Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Tales of the city

    tales-of-the-city.jpgSan Francisco, fin des années 70, pile entre la libération sexuelle et l'arrivée du SIDA. Mary Ann, une jeune fille naïve, débarque en ville. Elle s'installe dans une pension tenue par Mrs Madrigal, qui lui offre un joint en cadeau de bienvenue. On suit alors les histoires des habitants de la pension : Mona qui ne sais pas trop ce qu'elle veut, son coloc gay Michael qui enchaîne les coups d'un soir mais croit au grand amour, Brian le dragueur macho-relou et d'autre personnages qui viennent se greffer là-dessus : Mr Halcyon, le boss de Mary Ann, sa femme Frannie, sa fille Dede, son gendre Beauchamp. Et aussi Jon, Connie, Dorothy et j'en oublie.

    Je ne suis jamais allée à San Francisco et la seule image que j'en ai se situe quelque part entre les photos de vacances d'un ami, Kerouac, Bullitt et Zodiac. Tout ça pour dire que je suis incapable de dire si Maupin décrit bien la ville. Ce que je sais en revanche, c'est que j'étais pleine de bonne volonté et prête à aimer ce livre et que la sauce n'a pas pris. Mais alors pas du tout. Je me suis profondément ennuyée du début à la fin, j'ai dû lutter pour le terminer et je ne pense pas lire la suite dans l'immédiat.

    Qu'est-ce qui s'est passé ? J'avais commencé à lire dans le métro, mais trop compliqué de se souvenir de tous les personnages. J'ai donc décidé de le lire chez moi, au calme, mais j'avais toujours autant de mal à accrocher. Les chapitres sont très courts, on passe d'un personnage à l'autre sans avoir vraiment le temps de s'intéresser à lui. Il s'agit effectivement de chroniques, des petites histoires qui arrivent à des gens qui se côtoient de près ou de loin mais il manque quelque chose. A peine une histoire devient intéressante, pouf, on passe à autre chose et on ne reparle plus du personnage avant plusieurs chapitres. Il y a plein de personnages mais on les survole plus qu'autre chose donc difficile de les apprécier. J'avais entendu tellement de bien de ce livre que je me demande vraiment si j'ai loupé un truc. Je ne me suis attachée à personne et je n'ai pas ressenti l'envie de boucler ma valise et de m'envoler pour San Francisco No

  • La BO de ma vie

    Suite au topic du même nom dans une certaine auberge et aux BO de Galy, Mam'zelle Poupée et ShopGirl, j'ai décidé de me lancer.C'est plus difficile qu'on ne le croit, entre les morceaux que j'adore, les morceaux que j'écoutais ado et que je n'avais pas entendu depuis des siècles donc j'ai réécouté l'album en entier, Deezer qui ne connaît pas tous ce que je cherche. Bref, j'y ai passé plusieurs heures mais je suis plutôt satisfaite.

     

    Générique : Eleanor put your boots on, Franz Ferdinand

    Naissance : Born to be wild, Steppenwolf (facile, je sais)

    Le réveil : 9 AM, Girls in Hawaii

    La Mère : Hallelujah, Jeff Buckley

    Etre une fille : Strange little girl, Tori Amos (sauf que pas moyen de retrouver le mp3 sur mon ordi et Deezer n'avait que la version des Stranglers)

    Un jour normal : Hanging around, Gemma Hayes

    La ville : London calling, The Clash

    Printemps : Mardy Bum, Arctic Monkeys

    Eté : My Rollercoaster, Kimya Dawson

    Automne : The first season, John Frusciante

    Hiver : My young bride, Midlake

    Noël : Christmas is all around, Billy Mack ^^

    L’adolescence : Rebel, Rebel, David Bowie

    Le désir : Make it wit Chu, Queens of the stone age

    Tomber amoureux : First day of my life, Bright eyes

    Etre amoureux : Walking after you, Foo fighters

    Se marier : Ti sposerò, Jovanotti

    Jalousie : Une carezza in un pugno, Adriano Celentano

    L’infidélité : Coal to diamonds, Gossip

    Se quitter : Walk away, Ben Harper

    Se réconcilier : Without you, El Presidente

    Une longue nuit seul(e) : Rest my chemistry, Interpol

    Pétage de plomb : I'm not Okay, My Chemical Romance

    En conduisant : What ever happened? The Strokes

    Sur la plage : Woudn't it be nice, Beach boys

    La pluie : A Stranger, A Perfect circle

    Une pensée profonde : Right where it belongs, NIN

    Tout va mieux : Don't stop me now, Queen

    Crépuscule : Montherlant, Mass Hysteria

    La nuit : Let Down, Radiohead

    A l'aube : No contest, Sharko

    Danse : Disco 2000, Pulp

    Retomber en enfance : Treehouse, I'm from Barcelona

    Regrets : Cut here, The Cure

    Espoir : We will still need a song, Hawksley Workman

    Mélancolie : La chanson des vieux amants, Jacques Brel

    Nostalgie : My sweet prince, Placebo

    La mort : Un singe en hiver, Indochine

    Générique de fin : Good riddance, Green day

     

     

  • Teen Spirit

    teen spirit.gifEt un livre de plus prêté par Cécilou. Si ça continue comme ça je vais pouvoir tous te les rendre la prochaine fois qu'on se verra !

    Nancy a 13 ans, une mère névrosée qui aime afficher sa réussite sociale. Et un jour, son père qu'elle n'a jamais vu débarque dans sa vie. Bruno a couché avec sa mère ya très très longtemps et n'a pas trop changé depuis, toujours aussi looser, la trentaine mais ado attardé. Alors forcément, quand il doit devenir l'adulte de la situation, ce n'est pas facile à gérer.

    Française ET contemporaine, je crois que je vais pulvériser mon record de lectures francophone de gens pas morts là ^^

    Que dire ? Un livre bien sympa, qui se lit vite. Un style très agréable, mais est-ce vraiment nécessaire d'utiliser autant de mots djeuns ? Mine de rien, ça vieilli mal (le livre est de 2002). Un personnage principal qui est un vrai branleur mais qu'on trouve sympa et même touchant. Dans ma bulle de chinchilla, je ne connaissait que vaguement Virginie Despentes. J'avais entendu parler de Baise-moi à cause de la censure machin tout ça et j'avais dû voir les Jolies choses quand il est passé à la télé il y a déjà un moment mais c'est tout. Disons que quand je serai venue à bout de ma PAL (on peut rêver, non ?) je compte lire d'autres de ses livres.

  • La loi des séries

    Consternant, isn't it ?

    Si tu es français et que tu aimes une série télé étrangère tu as le choix entre :

    - la regarder en streaming, mais qu'un épisode à la fois, sinon "you have watched 72 minutes of video today, please wait 54 minutes or click here to enjoy unlimited use of Megavideo" ou version salami sur youtube.

    - la télécharger mais c'est mal...et illégal accessoirement.

    - acheter le DVD zone 1, dézoner ton lecteur DVD et bien comprendre l'anglais parce que sauf si tu as un DVD canadien, tu n'auras pas de sous-titres français.

    - Acheter le DVD français à 50 € la saison, mais sans les épisodes de Noël. En plus si c'est un programme de la BBC, il manque des petits bouts.

    - Attendre sagement que ça passe à la télé. Si tu as des sous et un abonnement à Canal ou à des chaînes du câble qui passent des séries en VO, tu as de la chance.

    - Sinon, tu attends un an de plus qu'une chaîne hertziennes ou TNT se décide à passer la série. Et là, c'est le drame. Déjà pour que ton cerveau soit bien disponible pour qu'on te vende du Coca, c'est VF obligatoire. VF horrible d'ailleurs. D'une part, comme ce sont toujours les mêmes doubleurs, tu joues à "tiens, il a la même voix que Chandler Bing". En plus, pour pouvoir passer la série en prime time, on vire les gros mots et "fuck off you bastard" devient "Oh dit donc, t'es vraiment pas gentil toi alors", je caricature à peine. Pour arranger les choses, on a droit aux épisodes dans le désordre et tu peux être sûr que ça passera à la trappe pour un match de foot. Ou alors pour rentabiliser, on te promet une soirée dédiée à cette série, mais seul le premier épisode est nouveau, ensuite, tu dois te repérer à la coupe de cheveux des acteurs pour savoir de quelle saison il s'agit.

     

    J'en arrive donc à la conclusion suivante : les chaînes françaises ne veulent pas qu'on s'intéressent à des séries étrangères. Et la seule explication plausible, c'est que c'est un complot pour qu'on regarde tous Plus belle la vie. Au secours !!!!!

    le cri.jpg

     

  • Je suis un garçon

    je-suis-un-garcon.jpgEncore un livre prêté par Cécilou !

    Son nom est Cathrine, Arnaud Cathrine. Ça ne fait pas garçon comme nom. Pourtant, il est un garçon. Il aimerait le prouver, d’une manière ou d’une autre. Il essaie de boire du café mais il déteste ça. Dommage, il trouvait que ça faisait très garçon. Il essaie de péter la gueule à son meilleur copain qui lui a sorti une crasse. Ça marche assez bien (une incisive fêlée), mais ce n’est pas trop son genre d’être une brute. Un peu plus tard, il essaie d’embrasser une fille. C’est une réussite totale, mais qui ne regarde pas les autres. Alors les autres continuent à se moquer. Un jour, la prof de français note ce sujet de rédaction au tableau : « On vous donne la possibilité de changer une chose dans votre vie. Racontez. » Devinez ce qu’il choisit.

    C'est le tout premier livre que je lis de cet auteur. Ben oui, français ET contemporain, ça fait beaucoup pour moi. J'ai trouvé ce livre sympa mais sans plus (pardoooooooooooooonnnnnnnnnn Cécile). En plus, j'avoue, je n'ai pas trop aimé les illustrations de Françoiz Breut Embarassed

    Les pré-ado sont une espèce étrange et méconnu, en tout cas pour moi, et ce livre nous racontes les états d'âme d'un garçon de 12 ans de façon drôle et sensible mais pas cucul.

    Maintenant, reste à savoir si je vais lire des livres "de grands" écrit par Arnaud Cathrine...