Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

The Wrestler

Un film où que Mickey Rouque il fait un catcheur

 

Officiellement, je n'avais pas envie d'aller voir The Wrestler, mais j'ai fait l'effort pour Mr Chinchilla, qui en échange, est venu voir Miss Pettigrew. Ca s'appelle faire des concessions. Sauf que moi, je triche. C'est pas réglo, mais ça marche. Nyak, nyak, nyak.

PosterTheWrestler.jpgRandy "Ram" Robinson était une star du catch dans les eighties. Vingts ans plus tard, c'est la loose. Ram fait toujours du catch, mais à la MJC du coin, sa fille ne lui adresse plus la parole et il vit dans un mobile home. Tout ce qui lui reste, c'est une pseudo relation avec une strip teaseuse sur le retour et l'admiration de ses fans.

Au cours d'un de ces matchs entre catcheurs has-been, Randy fait une crise cardiaque. Les docteurs sont formels : il faut arrêter le catch. Mais s'il arrête le catch, que reste-t-il a Randy ?

On découvre les coulisses du catch (quoi, c'est pas pour de vrai ???) et une personnage au bout du rouleau mais qui reste fidèle à sa passion, jusqu'au bout.

C'est un film beaucoup moins prise de tête que le précédent Aronofsky. Que celui qui a TOUT compris du premier coup dans The Fountain me lance la première pierre m'explique. Un film poignant, qui nous montre le résultat d'années de baston, d'anabolisants et autres, une vie passée sur le ring au lieu de créer des liens avec les autres. Mickey Rourke est impressionnant en mec désabusé, à qui il ne reste plus rien et qui ne survit que grâce à l'admiration de ses quelques fans.

La fin en est d'ailleurs la preuve. Aussi violente soit-elle, Randy n'avait pas d'autre choix.

Les commentaires sont fermés.