Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Harvey Milk

Harvey Milk.jpgVendredi soir, je suis allée voir Harvey Milk. Je partais avec un a priori hyper positif : un fil avec Sean Penn, pour lequel il a eu un Oscar, qui parle d'un thème qui m'intéresse et qui est toujours d'actualité. Bref, de quoi en attendre trop et être déçue au final. Heureusement, le film était à la hauteur !

Sean Penn est Harvey Milk, pas étonnant qu'il ait gagné l'Oscar. James Franco est très bien et très miam et Emile Hirsch confirme tout le bien que je pensais de lui après avoir vu Into the Wild (réalisé par Sean Penn).

Après les très, euh, contemplatifs (?), Elephant et Last days (je n'ai même pas osé aller voir Paranoid park), Gus Van Sant revient à une narration plus classique mais aussi à un film où il se passe des trucs, et ça, ça fait du bien.

Harvey Milk, assureur new yorkais, vit son homosexualité comme beaucoup d'autres au début des années 70 : il n'en parle à personne, au risque de perdre son boulot. A 40 ans, il sort enfin du placard et s'installe à San Francisco. Il va s'impliquer de plus en plus dans le combat pour les droits des homosexuels jusqu'à devenir le premier élu ouvertement gay. Évidemment, dans un pays où les extrêmistes chrétiens sont légion, il va finir assassiné, mais grâce à la lui, les mentalités vont changer. Enfin, jusqu'à un certain point...

Au delà de la reconstitution du San Francisco des années 70, de l'utilisation d'images d'archives et du retour sur la situation politique de l'époque, ce film présente la vie d'un homme que rien ne destinait à devenir une icône. Mais, face à tant d'injustice (discriminations, descentes de police dans les bars gays, meurtres qui restent impunis...) il ne peut pas rester sans rien faire. C'est ainsi qu'un homme très ordinaire, devient le représentant d'une cause.

Je suis vraiment très contente d'avoir vu ce film qui m'a fait découvrir Harvey Milk et j'espère que grâce à sa grande diffusion et à l'Oscar de Sean Penn, il permettra de lutter contre l'homophobie ambiante malheureusement toujours présente. J'ai aussi eu très peur d'Anyta Bryant et ça ne me rassure pas de me dire que beaucoup de gens pensent encore la même chose qu'elle :-S En voyant ce film, on se dit aussi qu'on a parcouru beaucoup de chemin en relativement peu de temps.

J'ai trouvé ce personnage tellement intéressant que le lendemain, au salon du Livre, j'ai acheté la biographie Harvey Milk, sa vie, son époque de Randy Shilts et j'ai eu un badge en cadeau, le même que celui que Sean Penn porte sur l'affiche, trop classe, quoi.

Milk.jpg Badge.jpg

Les commentaires sont fermés.