Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Chéri

    Chéri.jpgDéjà deux semaines que je suis allée voir Chewi et je n'ai pas encore trouvé le temps de poster mon avis.

    L'histoire : dans le Paris de la Belle Époque, Léa fait pute de luxe sur le retour. Comme c'est un métier plutôt mal considéré, ses seules copines font le même métier qu'elle. C'est ainsi qu'en allant déjeuner chez une collègue, Léa se rapproche du fils de celle-ci, Frédéric, aka Chéri. Elle entame alors une liaison avec le jeune homme qui va durer plusieurs années, jusqu'à ce que la mère de Chéri décide qu'il est temps qu'il se marie avec la fille d'une autre collègue. Comme Léa et Chéri ne se sont jamais juré amour éternel et savaient très bien que de toute façon ça n'allait pas durer entre eux, ils pensent pouvoir se séparer sans que ça ne leur fasse rien. Mais c'est qu'ils avaient fini par s'attacher et la chose s'avère plus douloureuse que prévue.

    Les costumes et les décors sont très soignés, la photo et la réalisation aussi. Michelle Pfeiffer est superbe dans ce rôle, Kathy Bates est également géniale en mère de Chéri et je suis déçue de ne pas avoir vu plus de Felicity Jones (Catherine Morland dans Northangey Abbey). Quant à Rupert Friend, Mr Keira à la ville, s'en sort très bien mais je n'ai pas réussi à m'attacher au personnage de Chéri. Ni vraiment à celui de Léa d'ailleurs. L'histoire semble hésiter entre ironie et drame, trop d'humour, certe caustique, pour ressentir la mélancholie de l'histoire. Je n'ai pas lu le livre de Colette donc je ne peux pas dire si le film y est fidèle mais il ne m'a pas non plus donné envie de me plonger dans l'oeuvre de la romancière.

    Au final, je ne me suis pas ennuyée mais je n'ai pas non plus été transportée. Je vais me faire taper mais je trouve ce film trop British. Pourtant, il suffit de faire un tour sur mon blog pour se rendre compte que j'adooore tout ce qui est british. Seulement là, ça ne colle pas. Chéri fait trop Dandy, l'ambiance ne m'a pas vraiment fait pensé à la France de la Belle Époque. Par moment, ça me faisait presque penser à Oscar Wilde (peut-être parce que je lisant Dorian Gray ?). C'est étrange parce que je n'avais pas du tout ressenti ça avec les Liaisons Dangereuses (bon faut dire que j'étais un peu en adoration devant John Malkovich mais ça n'explique pas tout).

    En fait, ce qui m'embête le plus à propos de ce film, c'est qu'aucun réalisateur français n'ait eu envie de le faire. Je trouve vraiment ça dommage que la France s'intéresse si peu à son patrimoine littéraire alors que les anglo-saxons adaptent énormément de leurs "classiques". Pourtant, il y aurait de quoi faire...

    A part ça, je veux ressembler à Michelle Pfeiffer quand j'aurai son âge (on peut rêver non ?), je ne comprends pas comment on peut avoir une aventure avec un mec qui vous appelle Nounoune. Perso, ça me donnerait envie de lui mettre un coup de pelle dans la tronche (blimey, quelle violence). J'ai envie de retourner à Biarritz et j'adore Katy Bates.

  • Ponyo sur la falaise

    Ponyo-sur-la-falaise.jpgMiyazaki est mon dieu, je le vénère. Bon ok, j'ai plein d'autres dieux, et alors ?

    Depuis que j'ai découvert Princesse Mononoké en 2000, j'ai vu tous ses nouveaux films et les anciens enfin sortis en France. A chaque fois, je suis très impatiente de voir son nouveau film, et jusqu'à présent, je n'ai jamais été déçue.

    Ponyo ne fera pas exception, cette fois encore j'ai été conquise. Le dessin de Miyazaki est toujours aussi agréable, la 2 D n'est pas morte, et la poésie qui le caractérise est toujours aussi présente.

    Miyazaki revisite ici l'histoire de La Petite sirène d'Andersen. Le petit Sosuke vit dans  un village côtier avec sa mère et son père, marin, souvent absent. Un jour au bord de l'eau, il découvre un poisson rouge un peu particulier coincé dans une verrine. En effet, le poisson en question a une tête de petite fille. Le petit garçon se lie vite d'amitié avec ce poisson/fillette, qu'il appelle Ponyo. Pour lui, Ponyo va vouloir devenir une vraie petite fille et au passage provoquer pas mal de dégâts.

    Le film est parfait visuellement, plein de poésie et d'humour. Les thèmes chers à Miyazaki sont comme à l'habitude très présent, comme l'écologie. Les personnages sont délicieux, que ce soit la mère avec sa conduite « sportive » ou le gang des mamies de la maison de retraite.

    ponyo-sur-la-falaise_mamies.jpg

    Je suis ressortie du ciné totalement émerveillée et par les temps qui courent, ça fait vraiment du bien. Et si j'avais compris le japonais, j'aurais  chantonné la chanson du générique.

    Malheureusement, je ne parle pas japonais alors à la place, en rentrant chez moi, j'ai mangé des nouilles ^^

    ponyo-falaise-nouilles.jpg

    Et histoire d'achever de vous convaincre, hop bande annonce :

  • Jane Austen is bankable

    therefore, she's everywhere

     

    She's everywhere, c'est le motto d'Austen Blog. Un site tenu par des janéites hardcore, du genre à porter que des tuniques taille empire (pardon, Regency) et à passer outre les services de protection de l'enfance pour prénommer leur fils Fitzwilliam.

    Et il suffit de faire un petit tour sur ce fameux site pour se rendre compte que Jane Austen, elle a une sacrée actu pour quelqu'un qui a vécu il y a 200 ans. Entre les adaptations, les pièces de théâtres, les prequels, sequels, paralleloquels ? sidequels ? (ben quoi, comment on dit quand c'est le livre du point de vue d'un autre perso ?), timetravelingquels ? (version moderne d'une oeuvre). Et je ne vous parle même pas de toutes les fanfictions qui fleurissent sur le web.

     

    austen.jpg

     

    Jane Austen fait vendre.

    Prenez les adaptations. En quelques années on a eu droit au film de Joe Wright Pride and Prejudice, à la Jane Austen Season de ITV avec Persuasion, Northanger Abbey et Mansfield Park, et voilà que la BBC prépare une nouvelle adaptation d'Emma.

    Tiens d'ailleurs on connait le casting ! Pas de Riri à l'affiche (trop occupé par son poste de secrétaire général du club SM de Nottingham ?) mais

    - Johnny Lee Miller en Mr Knightley. Juste quand je m'étais habituéeà Sick Boy en Edmund, maintenant c'est Sick Boy en Mr Knightley. Il fait exprès ?

    - Romola Garai dans le rôle d'Emma (ya un concours de l'actrice britannique qui fait le plus de films en costume entre elle et Keira ou bien ?)

    - Rupert Evans, aka Frederick Hale, le frère de Margaret dans North and South, en Franck Churchuill (toutélié)

    - et le meilleurs pour la fin Dumbledore Michael Gambon en Mr Woodhouse !

    jonny-lee-miller.jpgromola-garai.jpgrupert-evans.jpgmichael-gambon.jpg

    Je suis bon public, j'attends cette adaptation avec impatience !!!

     

    Question romans dérivés, on trouve un peu de tout, certains ont d'ailleurs de bonnes critiques, mais depuis que je me suis aventurée à lire Mr Darcy takes a wife, j'ai été un peu refroidie donc je vais me contenter de relire les originaux.

    Et de toute façon, mon crénaux, c'est les livres sur Jane Austen, d'abord.

    Pour les fans, il y a bien sûr le Jane Austen Centre de Bath et je ne sais combien de visites de Stevenson, Chawton ou Winchester.

    La boutique en ligne du musée propose d'ailleurs des articles inutiles, et donc indispensables, comme un badge I love Darcy, du savon Elizabeth & Darcy ou un aimant à frigo avec le portrait de Jane Austen.

    badges.jpgL&Dsoaps.jpgmagnet JA.jpg


    Jane Asuten et son Pride and Prejiduce sont tellement bankable qu'elle a doit à sa BD ici
    Et, plus étrange, une version avec des zombies Celui-ci, j'avoue, rien que pour la couverture, je le veux !!!
    pride and prejudice BD.jpg pride and prejudice and zombies.jpg
    Le livre n'est même pas sortie qu'on parle déjà d'adaptation ciné. A quand Simon Pegg en Darcy et Nick Frost en Bingley ?

    Sinon, Sir Elton John aurait un projet de film de genre aussi, Pride and...Predator, si, si, s'est

    A quand une version vampire ? Avec un Darcy à paillettes XD
    Enfin bref or donc, même si je reste dubitative devant tant de Jane Austen related items, je me réjouis que cela permette à de nouveaux lecteurs de faire sa connaissance.

    De toute façon, je sais que je sis irrécupérable. Quand je lis un livre ou regarde un film, je ne peux pas m'empêcher de relever les références à JA et quand j'étais en Irlande, je suis allée à Kilruddery house, au city hall de Dublin et dans Henrietta Street juste parce Becoming Jane a été tournée là-bas et j'ai fait des photos très "fan de base" :
    Image hébergée par servimg.com
    Image hébergée par servimg.com

    Petite liste pas du tout exhaustive de sites :
    JASNA (Jane Austen Society of North America)
    Mais surtout mon auberge que j'aime (même si je ne poste pas trop en ce moment, vilain chinchilla) et grâce à qui j'ai découvert plein de trucs trop bien et rencontré des gens encore mieux : The Inn at Lambton bien sûr !!!


    EDIT
    Pour Plume : à Dublin j'ai visité
    le city hall, qui a servi de décor pour la salle de bal de Lady Gresham et le concert avec la chateuse d'opéra à la fin.
    Image hébergée par servimg.com
    la "king's inn" de henrietta street, utilisé pour l'extérieur de la cour de justice à Londres
    Image hébergée par servimg.com
    Kilruddery house, près de Bray (Co. Wikclow) les jardins ont servi de décors pour l'extérieur de chez Lady Gresham (les jardins ont aussi servi de décors à plusieurs épisodes des Tudors).
    Image hébergée par servimg.com

  • Cake salé et muffins aux fruits rouges

    Deux recettes d'un coups, l'une salée, l'autre sucrée, avec photos à l'appui.

     

    Cake salé à ce que vous voulez

    Alors, le principe c'est de mélanger

    - 200 g de farine

    - 3 oeufs

    - Un peu de lait

    - une cuillère à soupe d'huile d'olive

    - un sachet de levure chimique

    IMG_5032.JPG

    dans un saladier.

    IMG_5033.JPG

    Et ensuite, d'ajouter ce qu'on veut. Par exemple, ce weekend, j'ai choisi tomates confites, lardons, fromage de chèvre.

    IMG_5035.JPG

    Le truc, c'est d'ajouter des petits morceaux pour que la garniture se répartisse bien et que personne ne se fasse arnaquer avec un morceau de cake avec que de la pâte alors que son voisin a plein de trucs dans le sien.

    Verser ensuite le tout dans un moule à cake (ou dans des moules àmuffin, ça fait bien aussi, mais comme je faisais aussi des muffins, ben j'ai pas pu) et hop, au four. 40 minutes à 200°, plus ou moins. Pour vérifier la cuisson, plonger la lame d'un couteau dans le cake si elle ressort toute propre, le cake est cuit, s'il reste de la pâte dessus, il faut le laisser un peu plus.

    IMG_5036.JPG

    Oups, je viens de me rendre compte que je n'ai pas pris de photo du produits fini. C'est dommage parce qu'il avait une bonne tête. M'enfin, boulet un jour, boulet toujours.

     

    Muffins aux fruits rouges

    - 350 g de farine

    - un sachet de levure chimique

    - 200 g de sucre roux

    - 125 g de beurre

    - 2 oeufs

    - 25 cl de lait

    - au moins 250 g de fruits rouges surgelés, mélangés ou d'une seule sorte (myrtilles !!!). Enfin, si vous en avez des frais ça marche aussi hein.

    IMG_5037.JPG

    Mélangez la farine, la levure et le beurre façon pâte sablée puis faites un puit au milieu. Dans un bol, battez les oeufs et ajoutez le lait.

    IMG_5038.JPG

    Ajoutez ce mélange à la pâte sablée et mélangez mais pas trop, la pâte doit rester grumeleuse. Ajoutez ensuite les fruits sans trop mélanger là encore.

    IMG_5039.JPG

    Verser la pâte dans les moules à muffins, sans trop les remplir et en faisant une croix au couteau sur le dessus pour éviter l'effet "muffin mutant" à la cuisson.

    IMG_5040.JPG

    Enfournez pour 25 minutes à 220°.

    IMG_5041.JPG IMG_5042.JPG

    Et là, j'ai pas oublié les photos !

  • Trent Reznor

    Les dieux du Rock et St Lambton ont entendu mes prières : NIИ sera en concert à Paris le 7 juillet !! En entendant ça, je me suis mise à sautiller partout et à pouser de petits cris de chinchilla. J'ai déjà prévu de vendre un rein sur Ebay si besoin. Il faut dire que le chanteur de Nine Inch Nail, Trent Reznor, est un des hommes de ma vie.

    trent-reznor 20.jpg

    Au collège, du haut de mes 13 ans, j'étais une rebelle et j'écoutais Marilyn Manson. Oui, il y a 10 ans, c'était trop rebelle d'écouter le Révérend. Les temps changent. MM étant d'ailleurs le protégé d'un certain Trent Reznor et c'est comme ça que je me suis intéressée à NIИ. Et j'ai bien fait :) D'ailleurs rien que pour ça, je n'ai pas vraiment pu en vouloir à Manson lors de sa prestation foireuse aux Eurock il y a deux ans.

    TrentReznorMarilynManson.jpg

    Mais bon, Trent n'est pas devenu un homme de ma vie du jour au lendemain, je ne suis pas une fille facile moi, Monsieur.

    Eurckéennes de Belfort 2005, Trent monte sur la grande scène, je suis bouche B et sur le Q. Malgré l'océan de head-bangers chevelus qui nous séparent et qui me forcent à me mettre sur la pointe des pieds pour le voir en vrai, je suis conquise et Trent rejoint les rangs des hommes de ma vie.

    trent-reznor 4.jpg

    Trent, c'est NIИ et inversement. C'est lui qui le dit sur le livret de son premier album Pretty Hate Machine : Nine Inch Nails is Trent Reznor. Il écrit, compose, chante, joue et bidouille en studio. En gros, ses musiciens le rejoignent en tournée et guère avec.

    Il a fait des études d'informatique, comme quoi on peut être un geek et devenir une rockstar (sauf Howard Wolowitz, ça va pas être possible).

    Trent il est un peu torturé comme garçon, il est passé par la drogue et la dépression et le titre de certains albums sont pas joyeux joyeux : Broken, The Donward Spiral...Mais ça a l'air d'aller mieux maintenant, ouf. Fini l'époque ou il pesait 40 kilo tout mouillé, Trent il est tout musclé, même un peu ventru maintenant et il s'est coupé les cheveux, dommache.

    TrentReznor 13.jpg trent reznor 9.jpg

    Trent, il n'est pas du genre à nous casser les couilles avec la loi Hadopi. Bon OK, il est américain donc il n'en a jamais entendu parlé. Mais surtout, il a tout compris comment ça marche le web 2.0 et il balance ses albums en téléchargement gratuit, légal et tout et tout sur son site, eh ouais, grand saigneur le Trent ! Il n'hésite pas à pourrir Universal parce que le prix de son album Year Zero est trop élevé selon lui (vous connaissez des artistes qui feraient ça, vous ?).

    Trent Reznor 7.jpg

    En plus, c'est le roi de la blagounette car sa tournée avec Jane's addiction s'intitule Ninja, quel comique ce Trent ^^

    nin-ja.jpg

    Enfin voilà, Trentounet, c'est mon compagnon de spleen mais aussi de rage de vaincre eye-of-the-tiger, faut juste pas se planter de chanson.

    trent reznor 5.jpgtrent reznor 11.jpgtrent_reznor_24.jpgtrent-reznor 12.jpgtrent-reznor-8.jpgtrent-reznor 19.jpgtrent_reznor_5.jpgtrent-reznor 16.jpgtrent-reznor-14.jpgtrent-reznor 15.jpgtrent-reznor 18.jpgTrent_Reznor_10.jpg