Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coraline

Coraline affiche.jpgLes parents de Coraline viennent d'emménager dans une vieille baraque au milieu de nul part. Comme si ce n'était pas assez, les dits parents sont tellement pris par leur travail qu'ils ne prêtent aucune attention à Coraline. Et ce n'est pas les voisins un poil déglingos qui vont la distraire, ni le seul enfant de son âge qu'elle rencontre et qui est plutôt du genre boulet ascendant moulin à parole.

Coraline 3.jpg

Bref, Coraline s'ennuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie et en plus il pleut.

C'est alors qu'elle découvre une porte toute petite dans le mur et qui donne...sur un mur de briques. Sauf que, quand elle se relève en pleine nuit et va ouvrir la porte, elle n'est pas condamnée mais ouvre sur un monde parallèle où tout est tellement plus beau et tellement mieux que dans la réalité. Ses autres parents sont tellement plus attentifs. Son autre mère lui cuisine de bons petits plats, son autre père joue du piano et s'occupe d'un jardin enchanteur, et le voisin boulet ne parle pas. Bref, tout serait vraiment super dans ce monde-là, si ce n'est que les gens ont des boutons à la place des yeux. Etrange....et Coraline commence à s'inquiéter quand ses autres parents lui demandent de se coudre des boutons sur les yeux pour pouvoir rester avec eux dans cet autre monde tellement plus beau.

coraline 5.jpg

Pas très rassurée, Coraline essaie de repartir dans son monde et c'est là que son autre mère montre son vrai visage, et le moins qu'on puisse dire, c'est que ce n'est pas joli joli. Coraline va devoir se montrer courageuse pour sauver ses vrais parents.

coraline 1.jpg

Coraline est adapté d'un livre de Neil Gaiman (qui a déjà atterri sur ma PAL) et même s'il est considéré comme un livre/film pour enfants, c'est quand même assez sombre. Aux commandes, Henry Selick, qui n'est autre que le réalisateur de L'étrange Noël de M. Jack. Pas la peine de dire que les images sont absolument superbes, surtout le jardin de l'autre monde. La réalisation est vraiment très bien, par exemple, la première fois qu'on découvre ce jardin, on le trouve superbe, plein de couleurs, mais quand Coraline y retourne, il se fait étrange et effrayant.

coraline jardin.jpg

L'histoire est très bien racontée, les décors sont superbes, la musique colle très bien (pas convaincue par les parties chantées, j'avoue). Et puis, ça fait du bien de voir un film d'animation pas entièrement fait à l'ordinateur mais à l'ancienne, filmé mouvement par mouvement et qui finit par donner un résultat vraiment époustouflant.

J'ai beaucoup aimé à chaque fois le parallèle entre la journée de Coraline dans le monde réel et dans cet autre monde, à chaque fois elle rencontre les mêmes personnages mais les choses se passent de façon complètement différente. L'histoire m'a vraiment fait penser à Alice au pays des merveilles, sauf que le Cheshire cat ressemble a une vieux matou maigrelet.

coraline chat.jpg

L'ambiance un peu dark, l'univers inquiétant et enchanteur de Coraline m'ont vraiment transporté. J'avais peur d'être déçue par la comparaison avec L'étrange Noël ou les Noces funèbres, mais pas du tout, agréable surprise au contraire.

Les commentaires sont fermés.