Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Jeux de pouvoir

    Jeux de pouvoir.jpgQuel est le rapport entre un pickpocket retrouvé mort dans une ruelle et le décès de l'assistante d'un membre du congrès américain ? A priori, aucun. Mais en y regardant de plus près, un journaliste mal coiffé va découvrir que les deux affaires sont liées à un complot politique impliquant la Défense et plusieurs milliard de dollars.

    State of play, c'est d'abord une excellente série britannique diffusée en France sur Canal + puis sur Arte. Pour d'obscures raisons, au lieu de proposer cette série au public américain, on a préféré en faire une sorte de remake en film, et donc de caser une intrigue de 6x52 minutes en 2 heures. Heureusement, le résultat n'est pas aussi catastrophique que ce que je craignais. Certaines intrigues secondaires ont été zappées et l'histoire principale reste cohérente malgré les coupes, mêmes si la fin m'a semblée un peu précipitée.

    La transposition de Westminster à Washington est plutôt réussi et le changement de complot sur l'énergie dans la version UK en complot qui implique la "war on terror" pour la version US est plutôt habile, même s'il prend des proportions un peu énormes, limite début de film d'anticipation^^

    Russel Crowe est parfait dans son rôle de jouraliste corriace mal dégrossi, Rachel McAdams ne se contente pas de faire la jolie fille qui n'a pas grand chose à dire. Helen Mirren est géniale en rédac chef qui sait rester classe même quand elle insulte son équipe, Robin Wright Penn réussit a ne pas être transparente dans un rôle qui aurait pu être plus développé et Ben Affleck....ne m'a pas donné envie de le frapper. En fait, il est même plutôt bon en jeune loups de la politique bien propre sur lui.

    Jeux de pouvoir 1.jpg

    Alors, qu'est-ce qui cloche ? Eh bien, un peu comme pour The Departed, j'ai trouvé le film très bon mais je ne vois pas à quoi sert un remake si peu de temps après la sortie de l'original quand on sait que celui-ci est déjà génial. Je sais que certains remakes dépassent l'original (qui se souvient du premier Scarface des années 30 ?) mais là, je trouve ça presque stéril. On va me dire que le succès du remake va faire de la pub à l'original, mais à ce moment-là, pourquoi ne pas faire plus d'effort pour la diffusion de l'original ?

    Enfin, je mégare.

    Reste l'intérêt du film qui dépeint les coulisses d'un grand quotiden national et le côté journalisme d'investigation qui me plait bien au cinéma, de bons acteurs et un scénario qui tient le spectateur en haleine (enfin, sauf s'il a déjà vu la série).

    Pour résumer, Jeux de pouvoirs est un bon film en soi mais si on le compare à la série originale, il lui manque un petit quelque chose.

    D'ailleurs, pour ceux que ça intéresserait, l'américanisation du casting nous donne :

    David Morrissey.jpg Ben Affleck.jpg

    David Morrissey                              Ben Affleck

     

    John Simms.jpg Russel Crowe.jpg

    John Simms                                     Russel Crowe

     

    Bill nighy.jpg Helen Mirren.jpg

    Bill Nighy                               Helen Mirren

    kelly macdonald.jpg Rachel McAdams.jpg

    Kelly MacDonald                              Rachel McAdams


    mark warren.jpg Jason Bateman.jpg

    Marc Warren                              Jason Bateman


     

    James McAvoy.png

    James MCAvoy ???? Arf, on en a perdu un en route

  • Les beaux gosses

    Les beaux gosses affiche.jpgLes beaux Gosses, c'est un film avec des ados qui ne sont pas vissés à leur téléphone portable et qui ne portent pas des jeans slims. Le héros, Hervé, est un ado moyen, mal sapé, avec une sale coupe de cheveux, de l'acné et un appareil dentaire. Sa mère lui colle la honte et il se tripote devant un catalogue de la Redoute à l'occasion. Son pote Karim, écoute du métal et porte le mulet, trop la classe donc. Leurs hormones les travaillent et ils aimeraient bien avoir une copine, mais ils ne sont vraiment pas doués. Allez savoir pourquoi, Aurore, une des plus jolies filles de la classe est intéressée par Hervé, mais comme il n'est franchement pas doué, ça n'est pas gagné.

    J'ai vraiment passé un excellent moment avec ce film, il est vraiment mieux que ce que la bande annonce laissait présager. Vous savez quand vous voyez la bande annonce d'un film qui a l'air trooop drôle et qu'au final toutes les blagues étaient dans la bande annonce ? Ben là, ce serait plutôt l'inverse. La bande annonce est très bof et le film est hilarant.

    Les beaux gosses.jpg

    Ce que j'ai apprécié, c'est que le film ne soit pas trop ancré dans une époque mais donne plutôt une vision on pourrait presque dire intemporelle de l'adolescence (enfin, intemporelle des 30 dernières années en fait^^). C'est très drôle sans virer dans le gras. Les personnages sont tous très bien croqués et vous rappelleront sûrement des potes de collège ou lycée, voire vous vous retrouverez un peu en eux. Ils ne sont pas aidés, c'est sûr, entre coupes de cheveux improbables, fringues qui ne ressemblent à rien (et qu'ils ne changent jamais, j'espère que c'est le côté BD), pustules plein la tronche et autres appareils dentaires. Les profs sont également géniaux, même si on les voit très peu, en quelques secondes, on se dit que même si c'est un peu caricatural, on a eu un prof du même genre à l'époque (le prof de musique chevelu, le prof d'histoire écrivain torturé à ses heures....) et ça donne un côté "tranche de vie" qui sonne juste. Les dialogues sont juste parfaits, avec des répliques cinglantes et des scènes vouées à devenir cultes.

    les beaux gosses2.jpg

    J'ai trouvé ce film très vrai, très représentatif de l'adolescence, en tout cas, des ados qui ne sont ni des gosses de riches parisiens ni des délinquants de quartiers difficiles mais juste des ados normaux, à la fois intéressés et effrayés par le sexe opposé, pas doués avec les filles et complètement immatures. Le film ne se prend jamais au sérieux et c'est aussi ça qui m'a plu, on n'essaie pas de nous refiler une morale ou un jugement de valeurs sur la jeunesse.

    L'adolescence, ce n'est pas facile pour personne et je suis bien contente d'en être sortie mais ce film porte un regard tellement drôle sur cette époque de la vie que j'en serais presque nostalgique (et pourtant, le collège c'était un peu la pire époque de ma vie).

    Maintenant, j'ai bien envie de me pencher sur la BD Retour au collège de Riad Sattouf, ça va pas arranger ma PAL ça...

  • Lascars

    LAscars.jpgJ'aimais bien la série télé Lascars sur Canal + et l'animation française, ça m'intéresse toujours (il n'y a pas que Pixar et Miyazaki dans la vie) donc j'avais bien envie de découvrir le film Lascars.

    Petit résumé : Tony Merguez et José Frelate ont foiré leur plan vacances se retrouvent coincés à la cité pour l'été au lieu de partir se dorer la pilule à Santo Rico. Tony, aimant à embrouilles, décide donc de dealer un peu pour se refaire et payer ces vacances. Sauf que forcément, ça va mal se passer.

    J'ai été plutôt déçue par le scénario malheureusement. Difficile de tenir sur la longueur avec une histoire aussi peu originale. Ca se laisse regarder mais c'est archi téléphoné et je me suis vraiment ennuyée.

    Ok, le graphisme est super, j'adore les couleurs, les personnages sont sympas, certaines scènes sont hilarantes, mais pour moi ça ne compense pas le fait que le scénario n'est pas assez travaillé. J'ai plus eu l'impression d'assister à une succession de sketchs qu'à une véritable histoire. Peut-être parce qu'il y a beaucoup de personnages mais sans vrais liens entre eux, bref, le scénario part un peu dans tous les sens pour pas grand chose.

    Lascars2.jpg

    Quand au doublage fait par des gens connus, ah ben c'est sûr que ça fait une bonne promo au film mais qu'est-ce que ça apporte vraiment à part ça ? J'ai souvent eu l'impression que les voix choisies ne correspondaient pas au personnage. Le budget doublage aurait pu être investi dans le salaire d'un scénariste, ça n'aurait pas fait de mal. Oups, ça recommence, je suis méchante. D'ailleurs, je me demande si ce film aurait été aussi médiatisé et aurait reçu d'aussi bonne critiques sans doubleurs VIP.

    Enfin bref, je ne vais même pas parler des clichés sur la banlieue, c'était marrant en format court, ici l'accumulation rend ça beaucoup moins digeste.

    Heureusement que la chanson finale m'a bien fait rire et a donc conclue le film sur une note positive, sinon je crois que je me serais surtout souvenu du fait que j'ai trouvé ça chiant. Le format court était tellement plus drôle. Petit rappel :

  • Parce qu'il n'y a pas que Bambi

    Et pourtant pas grand monde pour parler de Farrah Fawcett
    farrahfawcett.jpg

  • Coraline

    Coraline affiche.jpgLes parents de Coraline viennent d'emménager dans une vieille baraque au milieu de nul part. Comme si ce n'était pas assez, les dits parents sont tellement pris par leur travail qu'ils ne prêtent aucune attention à Coraline. Et ce n'est pas les voisins un poil déglingos qui vont la distraire, ni le seul enfant de son âge qu'elle rencontre et qui est plutôt du genre boulet ascendant moulin à parole.

    Coraline 3.jpg

    Bref, Coraline s'ennuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie et en plus il pleut.

    C'est alors qu'elle découvre une porte toute petite dans le mur et qui donne...sur un mur de briques. Sauf que, quand elle se relève en pleine nuit et va ouvrir la porte, elle n'est pas condamnée mais ouvre sur un monde parallèle où tout est tellement plus beau et tellement mieux que dans la réalité. Ses autres parents sont tellement plus attentifs. Son autre mère lui cuisine de bons petits plats, son autre père joue du piano et s'occupe d'un jardin enchanteur, et le voisin boulet ne parle pas. Bref, tout serait vraiment super dans ce monde-là, si ce n'est que les gens ont des boutons à la place des yeux. Etrange....et Coraline commence à s'inquiéter quand ses autres parents lui demandent de se coudre des boutons sur les yeux pour pouvoir rester avec eux dans cet autre monde tellement plus beau.

    coraline 5.jpg

    Pas très rassurée, Coraline essaie de repartir dans son monde et c'est là que son autre mère montre son vrai visage, et le moins qu'on puisse dire, c'est que ce n'est pas joli joli. Coraline va devoir se montrer courageuse pour sauver ses vrais parents.

    coraline 1.jpg

    Coraline est adapté d'un livre de Neil Gaiman (qui a déjà atterri sur ma PAL) et même s'il est considéré comme un livre/film pour enfants, c'est quand même assez sombre. Aux commandes, Henry Selick, qui n'est autre que le réalisateur de L'étrange Noël de M. Jack. Pas la peine de dire que les images sont absolument superbes, surtout le jardin de l'autre monde. La réalisation est vraiment très bien, par exemple, la première fois qu'on découvre ce jardin, on le trouve superbe, plein de couleurs, mais quand Coraline y retourne, il se fait étrange et effrayant.

    coraline jardin.jpg

    L'histoire est très bien racontée, les décors sont superbes, la musique colle très bien (pas convaincue par les parties chantées, j'avoue). Et puis, ça fait du bien de voir un film d'animation pas entièrement fait à l'ordinateur mais à l'ancienne, filmé mouvement par mouvement et qui finit par donner un résultat vraiment époustouflant.

    J'ai beaucoup aimé à chaque fois le parallèle entre la journée de Coraline dans le monde réel et dans cet autre monde, à chaque fois elle rencontre les mêmes personnages mais les choses se passent de façon complètement différente. L'histoire m'a vraiment fait penser à Alice au pays des merveilles, sauf que le Cheshire cat ressemble a une vieux matou maigrelet.

    coraline chat.jpg

    L'ambiance un peu dark, l'univers inquiétant et enchanteur de Coraline m'ont vraiment transporté. J'avais peur d'être déçue par la comparaison avec L'étrange Noël ou les Noces funèbres, mais pas du tout, agréable surprise au contraire.