Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Journées européennes du patrimoine

    Quand on me dit journées du patrimoine, je pense lambris, dorures et lustres en cristal. Alors forcément, quand j'ai reçu une invitation à une visite du Ministère de l'Economie grâce à Ulike, j'avoue que ça n'aurait pas été mon premier choix. Mais j'ai accepté parce qu'une visite privée, c'est forcément plus intéressant et j'ai bien fait ! De toute façon, j'ai eu de quoi faire niveau dorures par la suite.

    Bercy fête ses 20 ans.

    Rendez-vous à 11h30 pour cette fameuse visite privée du Ministère. On commence par une présentation autour de la maquette. Avant de s'installer ici, le ministère se trouvait au Louvres, classe mais pas du tout pratique, alors en 89, on déménage dans les locaux flambant neufs de Bercy. La conférencière nous a donc présenté les différents bâtiments sur la maquette et expliqué le fonctionnement du ministère, c'est qu'il y en a du monde la-dedans, une véritable ville dans la ville mais très bien pensée et fonctionnelle. Notre petit groupe a eu ensuite le droit de visiter des pièces qui ne sont normalement pas ouvertes au public avec en prime les explications de la conférencière. Pas de visite du bureau du ministre mais une belle vue sur la Seine et Paris du haut de l'Hôtel des ministres. Au final, cette visite a duré dans les deux heures et était vraiment passionnante.

     

    Ensuite, direction l'Ambassade de Grande Bretagne. Des lambris en veux-tu en voilà, on est dans un hôtel particulier du Faubourg Saint honoré, avec en prime un trône et une salle de bal. Mais ce qui m'a le plus marquée c'est bien sûr le jardin et son gazon très anglais. Il n'y a que des grands britons pour faire pousser un gazon moquette où tous les brins d'herbe ont le même hauteur et pas la moindre mauvaise herbe ne pointe son nez. Ajoutez à cela un temps superbe et le son du piano qui nous parvenait de l'intérieur, ça ne m'aurait pas surpris de croiser Lizzie et Darcy.

    ambassade GB.JPG

    C'est tout pour samedi.

     

    Dimanche, levé aux aurores (pour un dimanche) et en route pour le Sénat. Il y avait déjà pas mal de monde mais nous n'avons patienté qu'un petit quart d'heure avant d'entrer. Là aussi, du salon d'apparat à moquette rouge et lustre en cristal à gogo, Mr Chinchilla a pris un buste de ce pauvre M. Poincaré pour celui de Lenine (la barbichette pointue sans doute), nous avons bien sûr visité l'hémicycle et des pièces diverses et variées à la déco parfois trèèèès chargée (que genre une église italienne à côté elle paraît sobre). Y'a pas à dire, cette maison de retraite de luxe pour vieux hommes politiques sur le retour, elle est quand même vachement bien !

    senat_-_palais_du_luxembourg.png

     

    Direction ensuite la Sorbonne, on voit qu'il y a moins de sous, le dépliant est en noir et blanc. Je sais bien qu'il ne s'agit pas du bâtiment où les étudiants ont cours quotidiennement, mais franchement ça en jette d'avoir une fac comme ça ! On parlait justement des facs moches chez Axoo, voir ça quand on a fait ses études supérieures dans des trucs moches et délabrés, c'est limite rageant. Petit point je-suis-frand-comtoise-et-j'en-suis-fière-même-si-personne-sait-où-c'est du jour : dans la cours il y a deux statues, Hugo et Pasteurs, tous deux franc-comtois !!!

    La Sorbonne.jpg

     

    Puis en allant au centre culturel irlandais (surprenant de ma part, n'est-ce pas ?) on est passé devant le Panthéon, on a vu de la lumière on est entré qui était ouvert et où il n'y avait pas encore de file immense pour entrer. Il commençait à faire faim, j'avoue, donc je n'ai pas lu toutes les présentations, juste celles des personnages que je connais/aime bien. Ca peut sembler bête mais j'ai vraiment eu des frissons devant la tombe le cénotaphe de Jean Moulin, c'est vraiment un personnage historique qui m'a marquée depuis toute petite alors dans un lieu aussi solennel, je vous laisse imaginer.

    pantheon.jpg

     

    Pause miam puis visite du Centre culturel irlandais. Pas grand chose à voir à part la chapelle et une installation chelou dans la cours, mais la partie vraiment intéressante (en tout cas pour l'obsédée de bouquins que je suis) était la visite guidée de la bibliothèque patrimoniale : 8 000 livres anciens restaurés il y quelques années. D'ailleurs, petite anecdotes : pour accéder à la bibliothèque, il fallait laisser sacs et vestes à l'entrée, dans un placard fermé à clé, manquerait plus qu'un visiteur maladroit nous bousille un livre du XVe siècle. Et là, une vieille a tapé un caca parce que, quand même, laisser son sac, des fois qu'on lui piquerait, non mais où va le monde ma bonne dame. Elle est resté jusqu'à la fermeture du placard et a doublé tout le monde à la fin pour être la première à l'ouverture. Nan mais c'est quoi ces gens ?!

    bibliothèque.jpg

    Bref, un excellent weekend ensoleillé et culturisant. Encore merci à Ulike pour la visite VIP et vivement l'édition 2010.

  • Sheldon is my Moon Pie

    because he's nummy nummy and I could eat him up

     

    C'est lors d'un séjour hivernal chez KittKat qu'elle m'a fait découvrir The Big Bang Theory et rien que pour ça, je lui en serai éternellement reconnaissante ! Cette série est entrée directement dans mon top 5 de mes séries préférées du monde entier de toute la vie, ce n'est d'ailleurs pas pour rien si c'est la première série dont j'ai parlé sur ce blog, un petit billet pas très détaillé, c'est pourquoi j'ai décidé de consacrer un billet à celui qui est sans conteste mon personnage préféré : le Professeur Sheldon Cooper PhD. En plus, la diffusion de la saison 3 commence ce soir aux Etats-Unis avec le retour de nos geeks du Pôle Nord, si ça c'est pas du timing ^^

    The-Big-Bang-Theory-Season-3.jpg

    Sheldon a un QI de 187, il est entré à l'université quand le commun des mortel entre en sixième et a obtenu son premier doctorat à l'âge de 16 ans. Forcément, il se prend pour un être supérieur. Il vit en coloc avec Leonard, un autre scientique ascendant geek et le moins qu'on puisse dire, c'est que vivre avec Shledon, ça doit être horrible. Il ne faut pas lui prendre sa place, il a sa petite routine bien huilée, à chaque soir correspond un resto, et il est complètement parano car il ne veut pas qu'on touche sa nourriture et j'en passe.

    Bref, le cotoyer relève du cauchemard et ses amis mériteraient une médaille. D'ailleurs, ses amis sont tous des grosses têtes aussi, quelqu'un comme moi ne serait qu'un être inférieur pour Sheldon car, comme Howard, je n'ai qu'un master, même pas de doctorat. Alors, pourquoi j'aime autant ce personnage ? Parce que son côté surdoué inadapté socialement est tout simplement hilarant quand il est confronté à la vraie vie. Surtout qu'au fil de la série, on s'imagine ce qu'a pu être son enfance au Texas dans une famille très religieuse, à utiliser le mini four de sa soeur pour ses expériences et son désespoir quand il a reçu un motocross pour ses 12 ans. On le voit aussi évoluer, du début de la saison 1 où il ne perçoit pas le sarcasme à la fin de la saison 2 où il commence à faire des blagues, ça promet pour la suite.

    Car Sheldon a beaucoup à apprendre, il a essayer de sourire, a testé les cours de conduite mais il est trop intelligent et évolué pour conduire une voiture, il a eu une sorte de relation platonique avec une groupie mais bien d'autres aventures l'attendent encore. Ce qui me plairait ? Que Sheldon tombe amoureux et voir comment il se débrouille face à un sentiment tout sauf rationnel :)

    Je vous laisse avec quelques scènes hilarantes (ça a été hyper dur de choisir, je ne peux donc que vous conseiller d'aller faire un tour sur Youtube pour voir d'autres extraits) et vais attendre avec impatience le retour de mes geeks préférés, mit barbichette !

    Et vous, vos scènes /dialogues cultes de The Big Bang Theory?

  • District 9

    distric 9.jpgDistrict 9, c'est un film d'un réalisateur pas connu mais produit par Peter Jackson, qui cause d'un vaisseau alien au dessus de Johannesburg et qui a "fait le buzz" comme on dit, sur le web. C'est tout ce que je savais en allant voir ce film vendredi. A première vue, c'est tentant mais aussi très casse gueule, du genre à vite virer série B de la loose.

    Finalement, c'est une belle réussite. Qu'on aime ou pas la SF, que le film plaise ou pas, je pense qu'il mérite vraiment le coup d'oeil.

    C'est très différent des rencontres du troisième type qu'on a l'habitude de voir au ciné. Ici, pas de vilains naliens qui viennent nous attaquer et de valeureux héros qui va sauver le monde. Au contraire, ici les aliens sont arrivés il y a 20 ans et on ne sais pas trop quoi en faire alors on parque les crevettes comme on les surnomme dans un espèce de camps où ils sont livrés à eux-mêmes et vivent dans des taudis. Oh tiens, ça ne vous rappelle rien ? D'ailleurs, ce n'est pas pour rien que le vaisseau est arrivée en Afrique du Sud et pas à Niou York.

    Bref, la population en a marre et une société de sécurité a été chargée de les virer transférer dans un zoli camps avec des  tentes et des barbelés. Là aussi, ça ne vous rappelle pas quelque chose ?

    La société en question, la MNU (pour Multi-National United), n'a pas grand chose à faire du bien être des bêbêtes, elle veut juste s'approprier leur technologie et surtout leurs armes. Le hic, c'est que ces armes ne fonctionnent qu'avec l'ADN des crevettes. On ose à peine imaginer les expériences immondes effectuées suite à ça et on en arrive à la journée d'éviction des crevettes.

    Wikus.jpg

    Un brave bureaucrate un peu niais et au nom imprononçable, Wikus van der Merwe, va donc frapper aux portes des taudis du camps de crevettes pour leur faire signer un ordre d'éviction. Il est accompagné de forces de sécurité qui en profitent pour tabasser de la crevette et fouiller les maisons. Wikus tombe alors sur un pschitt alien qui lui pschitte à la tronche. Il fait comme si de rien n'était mais il commence à se sentir mal et découvre avec horreur que le bidule en question fait muter son ADN et qu'il va se transformer en crevette. Rien qu'en y pensant, le boss de MNU, accessoirement beau papa de Wikus entend les sousous lui tomber dans le porte monnaie. Wikus doit donc se cacher s'il ne veut pas finir en morceaux (littéralement), et quoi de mieux que le fameux distric 9 pour échapper à la police.

    Ce qui fait la force de ce film, en plus de l'originalité du scénario, c'est surtout la façon de le filmer. On passe d'un reportage sur Wikus et son job à des images de vidéo-surveillance en passant par les info commentés en live.

    Les aliens n'ont rien à voir avec les bonshommes humanoïdes à grosse tête type Roswell et n'ont pas de rasta comme dans Independance day et ils sont très réussis, les effets spéciaux sont très bien intégrés et ne font ni trop travaillé ni trop cheap. Je précise au passage qu'il faut avoir le coeur bien accroché car certaines scènes sont assez horribles (Wikus perd ses ongles, ses dents, ils sert de cobaye à des "chercheurs" de la MNU....).

    Derrière un film d'anticipation et d'action très bien ficelé, on se pose aussi pas mal de questions, notamment sur ce qui fait de nous des humains, comment nous traitons ceux qui sont différents et comment nous réagirions en pareille situation. On ne sais jamais vraiment qui soutenir dans ce film, les aliens ou les humains qui pour certains se comportent d'une façon absolument...inhumaine.

    wikus 2.jpg

    En sortant de la salle, je n'aurais pas pu dire si j'avais aimé ou pas. Je ne savais pas quoi penser de ce film, l'histoire était très originale, c'était hyper bien filmé mais quand même, il a un côté claque dans la tronche dont il faut un peu de temps pour se remettre. Deux jours plus tard, je l'affirme, ce film est époustouflant ! Courez le voir, il va devenir culte !

  • Trois livres d'Arnaud Cathrine

    Je n'avais pas franchement accroché à Je suis un garçon mais comme je suis sympa (et modeste), j'ai retenté le coup avec une sélection de Cécilou de trois livres d'Arnaud Cathrine. deux livres pour nenfants et un livre pour grand. J'ai bien accroché au livre pour grand, un peu moins au livres pour nenfants.

    nous ne grandirons pas ensemble.jpgNous ne grandirons pas ensemble

    Sylvain décide de quitter ses parents et son petit frère pour aller vivre chez sa copine Mahalia. Sauf que Sylvain a 12 ans et que son petit frère Martin ne veut pas qu'il parte. Ce petit livre sous forme de lettres est très original et fait souvent sourire grâce à son second degré et au décalage entre la naïveté et la candeur de Sylvain et sa lucidité sur certain thèmes. J'ai eu un peu de mal avec le ton un peu trop adulte de Sylvain mais d'un autre côté, il prend cette histoire très à coeur et très au sérieux, ce qui est bien caractéristique de son âge.
    Sortie de là, je me demande un peu comment ce livre est perçu par sa target audience : les 9-12 ans si on en croit l'Ecole des loisirs. Parce que pour un adulte, c'est très drôle de lire les lettres que Sylvain écrit à ses parents, son frère ou sa chérie mais quand on a 10 ans, est-ce qu'on trouvera ça aussi drôle et décalé ? Je m'interroge.

     

    la-vie-peut-etre.jpgLa vie peut-être

    Florian ne s'est pas remis de la mort de son amie Sofia. Mal dans ses baskets d'ado, il décide de faire un séjour dans l'hôpital psychiatrique où Sofia est morte. Il y rencontre Mehdi, un soignant avec qui il sympathise mais trouvera-t-il ce qu'il cherche ? Ajoutons à celà que l'infirmière s'appelle Mahalia et qu'un autre patient s'appelle Sylvain. J'ai très envie d'offrir un dictionnaire des prénoms à Arnaud Cathrine.
    Je n'ai pas particulièrement aimé ce livre, on se laisse un peu porté par Florian et ses états d'âme étalés sur une semaine où il repense à la mort de Sofia et au vide qu'elle a laissé dans sa vie. Et là, pouf, la fin. J'aurais aimé que le livre soit un peu plus étoffé et surtout plus long car cette fin m'a vraiment paru trop abrupte.

     

     

    sweet-home.jpgSweet home

    Enfin un livre "de grand". Effectivement, ça passe tout de suite mieux. Les personnages sont plus développés, même si niveau prénom, on a toujours un Martin. C'est sympa de donner le nom de gens qu'on aime bien à ses personnages mais un peu de variété ne fait pas de mal.
    Trois étés à dix ans d'intervalle, Lily, son jumeau Vincent et leur petit frère Martin racontent chacun leur tour l'histoire de leur famille avec en filigrane, leur difficulté à grandir avec ces non-dits à démêler le vrai du faux. En effet, comment vivre et se construire après le suicide de leur mère ? Le thème n'est pas forcément très facile à traiter mais l'auteur s'en sort très bien et ne vire pas grand lavage de linge sale en famille. Au contraire, le récit se fait tout en pudeur et le style est très fluide. L'ambiance est assez sombre et mélancolique, la façon de présenter les rapports familiaux m'ont rappelé certaines pièce de Jean-Luc Lagarce.
    J'ai trouvé ce livre très bien écrit et très abouti, la preuve, je l'ai lu d'une traite.

    Je pense donc que je lirais d'autres livres d'Arnaud Cathrine, pas des livres jeunesse parce que les trois que j'ai lu jusqu'ici ne m'ont pas franchement marqué.

  • Wonder women

    Pas trop de temps et pas hyper motivée à l'idée de rédiger des billets "de fond", je continue avec un autre tag, également de chez Axoo.

    Celle qui me fait le plus rire : Difficile d'en choisir une seule, mais je pense tout de suite à la série anglaise Smack the Pony, avec entre autres Sarah Alexander (Susan de Coupling) et Sally Philips (Shazz, la copine de Bridget Jones)

    Celle qui a un charme fou malgré son âge : Helen Mirren, aussi crédible en Elizabeth I que II.

    helen-mirren.png

    Celle que je jalouse au plus haut point : Je crois que je dirait Keira Knightley et Scarlett Johansson. Elles ont le même âge que moi et, ben, euh, comment dire, elles sont des actrices reconnues et tout et tout et moi je suis...moi.

    Celles que beaucoup trouvent belle et dont je vois pas pourquoi : Kirsten Dunst. En fait, c'est surtout parce que Mr Chinchilla la trouve jolie ^^ Je la trouvais mimi quand elle était jeune mais là, bof quoi.

    Celle que je trouve moche depuis toujours : Ben euh, je ne vois pas trop. Autant ça ne me dérange pas de me prononcer pour les hommes parce que je reluque à mort, autant les femmes, je trouve que c'est contraire à la solidarité féminine de critiquer une actrice sur son physique.

    Celle que j'aurais aimé avoir pour mère : Françoise Hardy, parce que je la trouve classe, qu'elle est maquée avec Dutronc et que Bowie la trouve canon. En plus avec un peu de chance elle me filerait ses fringues vintages des sixties.

    Francoise hardy.jpg

    Celle qui flatte mon égo patriote : Simone de Beauvoir, un chouillat plus classe que les Spice girls question girl power.

    simone de beauvoir.jpg

    La plus talentueuse : Kate Winslet, de Sense and Sensibility à Revolutionary road, elle est tout simplement merveilleuse.

    kate winslet.jpg

    Celle que je suis avec attention : Hayley Atwell, vue notemment dans The Duchess, Cassandra's dream et Mansfield Park.

    Hayley-Atwell-.jpg