Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bilan ciné 2009

    Il y a d'abord mes coups de coeur

    lars.jpgrevolutionary road.jpgStill walking.jpg
    The boat that rocked.jpgLookingfor Eric.jpg
    in the loop affiche.jpgGran Torino.jpgHarvey Milk.jpg
    Inglorious Basters affiche.jpg500DaysPoster.jpg

    Ensuite les autres films que j'ai beaucoup aimé

    miss pettigrew.jpgEasy virtue.jpgtwo-lovers.jpgfrozen river.jpg
    Ponyo-sur-la-falaise.jpgaffiche-docteur-parnassus1.jpgCoraline affiche.jpgdepartures-1.jpg

    Les films bien sympa

    Affiche.jpgslumdog millionaire.jpgMary&Max affiche.jpgMorse.jpgaway_we_go_xlg.jpgdrag me to hell.jpgWhatever works affiche.jpgChéri.jpgnuméro 9 affiche.jpg

    Les films que j'ai vu un peu par hasard et qui m'ont plu

    zombieland affiche.jpgToute l'histoire de mes échecs sexuels.jpgVictoria affiche.jpgLe_Vilain.jpgStar Trek.jpg

    Les films qui ne me tentaient pas plus que ça mais qu'en fait j'ai aimé

    terminator.jpgJeux de pouvoir.jpgvery bad trip.jpg
    Les beaux gosses affiche.jpgHarry potter 6 affiche.jpgL'age de glace 3 affiche.jpg

    Les films mouais, sans plus

    l_apprenti_Affiche.jpgwalkyrie.jpgvolt.jpgCoco avant Chanel.jpg
    Wolverine_affiche.jpgMillenium-film.jpgPosterTheWrestler.jpg

    les films que je ne suis toujours pas sûre d'avoir aimé ou non

    watchmen-affiche.jpghunger.jpgdistric 9.jpgthirst.jpg

    Les films qui m'ont déçu parce que j'en attendais trop

    micmacs-a-tire-larigot.jpgthe-box.jpgbenjamin button.jpg
    UP affiche.jpgthe reader affiche.jpgfish_tank_Affiche.jpg

    les films qui avaient l'air bien mais en fait non

    Le sens de la vie pour 9,99$.jpgChe.jpgPublic ennemies affiche.jpg
    Le hérisson.jpgThe Chaser.jpgLAscars.jpg

    Les films qui n'avaient pas l'air top mais que j'ai quand même été voir et en fait j'aurais pas dû

    la route.jpgBrüno.jpgthe ugly truth.jpg
  • Histoires de familles

    Dernier billet livresque de l'année (sauf si vous voulez un avis sur le Hatier d'histoire Géo au CRPE) consacré à deux livres de L'École des loisirs.

    papa-et-maman-sont-dans-un-bateau.jpgPapa et maman sont dans un bateau, de Marie-Aude Murail.

    Dans la famille Doinel, je demande le père, Marc, ancien gros dur reconverti en directeur régional d'une entreprise de transport qui doit faire face à une restructuration de sa boîte. La mère, Nadine, institutrice en maternelle, en a marre de faire des fiches d'évaluation de compétences pour l'atelier gommettes. Charline, dite Charlie, l'aînée, élève de 3e plus intéressée par les mangas que par la vraie vie. Et enfin, Esteban, le petit dernier, a sauté une classe mais est rejeté par ses petits camarades.

    Bref, pas trop cool la vie. Et leurs tracas leur font oublier le principal : ils sont une famille et ils s'aiment. Car quand Nadine rentre à la maison et gronde ses gosses parce qu'ils n'ont pas fait leurs devoirs, en vrai, elle aurait envie de leur dire qu'elle les adore. Et quand Charlie s'enferme dans sa chambre, c'est en espérant que son père vienne frapper à la porte en rentrant du boulot mais lui n'ose pas. Alors que tous rêvent secrètement de la yourte mongole vue dans le magazine de psycho acheté un jour d'ennui par Nadine et qui traîne entre les Téléramas du salon.

    Marie-Aude Murail s'intéresse dans ce livre à une famille en apparence heureuse : les parents n'ont pas divorcé, ils n'ont pas d'ennuis d'argent, les enfants sont de bons élèves. Et pourtant, en y regardant de plus près, chaque membre de cette famille est pris au piège de sa vie quotidienne et s'enferme dans son rôle (directeur d'agence indémontable, super maicresse, petit surdoué) et en oublie de communiquer avec les autres.

    Chacun en prend pour son grade, des multinationales qui vampirisent leurs employers et ne pensent qu'à faire du chiffre à l'Education Nationale qui résume les élèves à des compétence et leur fait ingurgiter des informations parce qu'il faut suivre le programme en passant par notre société qui tourne à 100 à l'heure où les gens en oublie de se parler.

    Le tout, raconté sur un ton drôle et tendre qui nous fait tout de suite nous sentir proche des personnages et nous rappelle certains aspect de notre  propre vie. Je me suis laissé prendre par la curiosité de savoir comment les Doinel allaient bien pouvoir s'en tirer et j'ai lu les quelques 300 pages de ce livre en très peu de temps.

     

    sombres citrouilles.gifSombres citrouilles, de Malika Ferdjoukh.

    Le 31 octobre chez les Coudrier, tout le monde se retrouve dans la maison de famille pour l'anniversaire de Papigrand. C'est Mamiegrand qui organise et personne n'ose dire non. On retrouve donc une tripoté d'oncles, de tantes et de cousins et aussi de cadavres dans le placard. En attendant, c'est dans le jardin qu'il y a un cadavre, découvert par Hermès, 13 ans, les jumelles Violette et Annette, 9 ans et Colin-Six ans, euh, six ans. On rembobine pour voir ce qui s'est passé avant, puis on enchaîne sur ce qui se passe ensuite.

    En enquêtant sur ce mystérieux inconnu, Hermès et sa cousine Madeleine dont il est secrètement amoureux vont découvrir des trucs pas très jolis sur cette famille fière qui tient à son rang social.

    Le début est très léger avec des touches d'humour mais avec le gros retournement de la fin l'histoire, ça vire très très sombre (comme l'indique le titre vous me direz). Si j'ai trouvé le début un peu un peu long, la suite m'a en revanche vraiment passionnée. Les personnages sont tous très bien développés et l'histoire m'a tenue en haleine jusqu'au bout.

    On alterne les points de vue et on en apprend chaque fois un peu plus sur les personnages, du peitit garçon qui s'occupe en cachette d'un renard blessé à la fille un peu dérangée qu'on cache aux voisins, en passant par les deux ados qui vont venir secourer tout ça. Là aussi, sous des airs de grande famille unie, les Coudriers ne sont pas si lisses qu'il n'y paraît. Les héros n'en sont pas et lesn gentils ne le sont pas tant que ça finalement. Quand au laissés pour compte, ce sont finalement eux qui valent mieux que les autres.

  • La route

    ou comment tuer l'esprit de Noël.

     

    la route.jpgJe voulais aller voir Le Noël de Scrooge ou Vincere, Mr Chinchilla voulait aller voir La Route ou Avatar. Ne me demandez pas comment on en est arrivé là, mais on a finit par aller voir La Route.

    Dans le monde d'avant l'histoire et donc de aujourd'hui de la vraie vie, Viggo et Charlize vivent dans une jolie maison avec des glycines dans le jardin, Charlize joue du piano et Viggo fait des calinous à son poney.

    Mais paf, apocalypse, plus de nanimaux, plus de récoltes donc plus de manger. On retrouve Viggo quelques années plus tard, sans Charlize mais avec son fils qui n'a donc connu que ce monde dévasté et qui se contente de dire papa régulièrement et de fixer les choses en ouvrant la bouche tel le bovidé face au train.

    Viggo et son fiston arpentent donc les Etats-Unis en direction de la côte en espérant un climat meilleur, le tout sapés comme des clodos pousseurs de caddie et en virant parano dès qu'ils rencontrent quelqu'un. Il faut dire que pour palier au manque de nourriture, certains donnent dans le cannibalisme et qu'on ne sait jamais sur qui on tombe. M'enfin, c'est pas une raison pour entrer dans des maisons chelou et aller fuiner à la cave pour tomber sur le garde-manger des cannibales en question, un peu de bon sens Viggo.

    C'est la déprime totale, les deux personnages traversent des paysages dévastés, le réalisateur ne nous épargne ni les cris de gens qui vont se faire bouffer, ni la scène ou Viggo se recoud une plaie à l'agrafeuse.

    la route 1.jpg

    Je vais passer pour une grosse cynique, mais moi, je suis comme maman Charlize, je pense que si c'est pour survivre dans ces conditions, mieux vaut se tirer une balle tout de suite. Car on sait dès le début que Viggo va finir par casser sa pipe, on passe donc 1h50 à se demander comment ça va arriver et à espérer que le réalisateur ne nous inflige pas une scène dégeu de plus pour l'occasion.

    En plus d'être profondément déprimant, ce film manque de rythme, trop contemplatif à mon goût. On regarde ce père et son fils cheminer dans un monde post apocalyptique, il leur arrive des trucs, des fois c'est des trucs bien, des fois c'est des trucs pas bien. Mouais, bof, en plus on ne sait pas vraiment ce qui a causé cette fin du monde, et c'est très frustrant.

    la route 2.jpg

    Viggo est parfait, comme toujours, il semble aimer se foutre à poil dans ses films d'ailleurs (traumatisée par la scène des Promesses de l'aube) mais ça ne compense pas l'absence de scénario et une relation père-fils sous-exploitée par le réalisateur.

    Bref, je me suis ennuyée et ça m'a franchement cassé le moral. Le point positif, c'est que la prochaine fois qu'on va au ciné, c'est à moi de choisir le film.

  • Bilan lecture 2009

    Bloquée à Paris pour cause de verglas entre chez moi et chez mes parents, j'en ai donc profité pour faire mon bilan livresque de l'année. Voici donc un petit top 5 de mes coups de coeur littéraires de 2009 (cliquez sur la couverture pour voir le billet correspondant au livre) :

    ne-tirez-pas-sur-loiseau-moqueur2.jpg

    Mon coup de coeur de l'année ! Mon seul regret, c'est de ne pas avoir découvert ce chef d'oeuvre plus tôt !

     

    miss_charity.jpg

    C'est grâce à ce livre que j'ai découvert Marie-Aude Murail. Un bel hommage aux classiques de la littérature anglaise que j'affectionne tant et une belle rencontre avec un auteur, qui plus est encore en vie.

     

    eureka street_1.jpg

    L'Irlande du Nord, les catholiques, les protestants, l'amitié, l'amour, la mort. Belfast comme si vous y étiez.

     

    aupres-de-moi1.jpg

    Interpelée par des avis très positifs et un mystère que personne ne voulait dévoiler à propos de ce livre, je me suis laissé tenter et je l'ai emprunté à KittKat. Bien m'en a pris car ce livre m'a vraiment marqué.

     

    ces extravagantes soeurs Mitford.jpg

    Si la lecture de La Poursuite de l'amour ne m'a pas marquée plus que ça, la mini biographie de l'auteur m'a donné envie d'en savoir plus sur elle et sa famille, et je n'ai pas été déçue !

     

    Et aussi Vanity Fair, la bio d'Harvey Milk (malgré la traduction pourrite), de Dickens, la suite des aventures de Thursday Next, L'Infortunée, Cranford, Into the wild et j'en passe.

  • Christmas pumpkin

    Les citrouilles, c'est plutôt pour Halloween mais Billy et les siens n'ont pas dérogé à la tradition de la chanson de Noël, et c'est plutôt réussi.