Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A single man

a sinlge man.jpgComme tous les matins, le réveil de George est difficile. Pas parce qu'il n'est pas du matin, mais parce que ce retour à la réalité lui rappelle la douloureuse vérité : il est seul. Jim, l'homme de sa vie, est mort dans un accident de voiture et George est inconsolable.

Mais il faut bien vivre alors George se lève, se prépare, va faire cours à la fac, comme d'habitude. Mais aujourd'hui est une journée un peu spéciale : George a décidé de se suicider. On suit donc cette journée mélancolique et oppressante entrecoupée de brefs moments où des rencontres ramène George à la vie.

Ce film, je suis d'abord allée le voir pour Colin Firth, parce que c'est un acteur que j'apprécie énormément et pour qui je suis prête à voir le dernier nanard s'il joue dedans. Et il ne m'a pas déçue ! Colin Firth est absolument parfait dans ce rôle d'homme complexe, dévasté par le chagrin. Les autres acteurs sont également très bons même si on les voit peu. Les scènes avec Matthew Goode ou avec Julianne Moore sont vraiment réussies, on sent une véritable complicité entre les personnages. Les images sont sublimes, d'une beauté glacée qui donne un côté presque irréel à ce qui se passe.

a serious man 3.jpg

Et pourtant, j'ai trouvé ça un peu creux. Compte tenu du thème, je m'attendais à verser toute les larmes de mon corps, à être bouleversée et à penser à ce film pendant des jours. Ben non, même pas une petite larmichette pour la route. En y repensant, je me demande si ce n'est pas l'aspect trop soigné du film qui a créé comme une mise à distance. Pour un mec inconsolable, il est quand même vachement bien habillé, ce George. L'esthétique et le maniérisme à outrance éloignent tellement le film du réel qu'au final la distance que j'ai ressenti m'a empêché d'accéder aux sentiments du personnage.

a sinlge man 3.jpg

La réalisation est totalement maitrisée, parfaite, peut-être trop d'ailleurs, on finit par se croire devant une pub ou quelque chose comme ça, très beau mais vide de sens. Alors que bon un prof homo dans les années 60, le deuil de l'être aimé, deux meilleurs amis qui se soutiennent l'un l'autre, ce sont des sujets complexes qui m'attiraient vraiment mais c'était trop lisse, trop stylisé, trop dans l'apparence pour me toucher.

a sinlge man 2.jpg

Reste la performance de Colin Firth, pour la quelle je ne regrette absolument pas d'avoir vu ce film. Mais je reste un peu sur ma faim face à ce qu'aurait pu être ce film. Je tenterai peut-être la lecture du livre d'Isherwood pour me faire une idée à l'occasion.

Les commentaires sont fermés.