Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'image et le son

    Je suis en retard, en retard, en retard !J'ai d'ailleurs deux tags qui m'attendent.

     

    Tout d'abord, Anne Shirley m'a taguée : Il s'agit tout simplement d'ouvir son dossier image, de prendre le premier fichier et de poster la toute première photo qui s'y trouve en la commentant.

    Bon, ça ne va pas être facile sachant que mon PC est en train de rendre l'âme et que même apèrs l'avoir formaté, il refait des siennes. Donc je vais faire ça avec les photos de mon disque dur réseau. Je suis donc tombée sur  une photo de mon année Erasmus en Espagne, plus précisément ma visite de la ville d'Astorga, dans la province de Leon, d'où était oroginaire ma coloc bizarre. Il s'agit du palais episcopal de la ville et si le style vous rappelle quelque chose, c'est normal, c'est Gaudi qui l'a fait. Ici, on voit l'arrière du bâtiment et les anciennens murails de la ville.

    IMG_0632.JPG

     

    Deuxième tag, cette fois de Resmiranda : Vous faire (re)découvrir trois chansons de style pop/commercial que j'adore  et dont je ne me lasse pas, bien qu'elles ne ressemblent pas forcément à ce que j'écoute habituellement ?

    J'avoue un certain attrait pour les musiques de pub, comme le morceau de Mazarine, For Energy Infinite, découvert dans cette pub :

    J'ai tellement aimé que je me suis acheté l'album.

    Ensuite, VV Brown, dont j'aime bien la chanson I'm crying blood en ce moment :

    Et enfin, un morceau plus vieux que moi et très Eighties, amis des synthé voici pour vous Enola Gay d'OMD :

     

    Je tague qui veut :)

  • Saint Patrick

    Comme le savent tous les alcooliques de France, de Navarre et d'ailleurs aussi, aujourd'hui c'est la saint Patrick, fête nationale de la République d'Irlande. J'en profite pour vous dire comment vexer un Irlandais : il suffit de lui dire que Saint Patrick était anglais, à quoi on vous répondra que non, il était gallois.

    J'en profite aussi pour vous raconter un peu comment Patrick est devenu saint patron de l'Irlande. Il parait que Patrick avait été fait prisonnier par des pirates irlandais et c'est lors de sa période de captivité qu'il devint très religieux. C'est ainsi qu'une fois échappé, il alla en France faire un master de christianisation, option saint patron. De retour de France, il retourne en Irlande dans le but d'évangeliser l'île. Pour ce faire, Pat doit aller causer avec ce païen de roi d'Irlande et c'est là qu'il a une super idée. Le jour de la fête de Beltane, à peu près équivalent du 1er mai, la tradition veut que ce païen de roi d'Irlande allume un feu depuis son palais sur la colline de Tara et attention, interdiction formelle d'allumer un feu avant lui, sinon ça va ch*** ! Et que fait Pat ? Il va sur la colline d'à côté, the hill of Slaine et hop, il allume un feu. Il ne lui reste plus qu'à griller des chamallows ou toute autre denrée grillable à sa porté et à attendre.

    IMG_3453.JPG

    La statue de Patou sur la colline de Tara, photo prise par votre humble seriteuse.


    Pendant ce temps-là, sur la colline de Tara, ce païen de roi d'Irlande voit le feu de Patou, se fâche tout rouge, prend ses clics, ses clacs et file en char (la Rolls royce de l'époque) sur la colline d'à côté pour savoir qui ose le défier bon sang de bonsoir, nan mais c'est quoi ce b*rdel ?!

    Ce païen de roi d'Irlande débarque sur la colline de Slaine et là, l'ami Pat lui sort son speech intitulé "10 bonnes raisons de se convertir au christianisme". Ce païen de roi d'Irlande se laisserait bien tenter mais demande des preuves et ou des explications. C'est là que Pat, dans un éclair de génie cueille un trèfle pour lui expliquer le concept de sainte trinité. Parait aussi que Pat aurait chassé les serpents d'Irlande. Je ne sais pas si vous êtes déjà allé en Irlande, mais il pleut au moins une fois par jour et 20°, c'est la canicule donc pas de quoi attirer les serpents, parait que c'est une métaphore pour parler de Satan. Le roi d'Irlande se convertit et comme ses sujets n'ont pas de personnalité, ils se convertissent aussi. Et c'est ainsi que Pat évangelisa l'Irlande, soufflant au passage la vedette aux deux autres saints patrons de l'ïle : Sainte Brigid et Saint Colum.

    Comment la fête à Patou est devenu une beuverie planétaire, ça, c'est une autre histoire.

    Reste que la façon de célèbrer la fête nationale en Irlande n'a rien à voir avec le défilé militaire du 14 juillet qu'on a en France. A Dublin, le festival de la Saint Patrick dure presque une semaine avec une fête foraine, des spectacles, des concerts et comme point d'orgue, une parade tendance carnaval qui se déroule dans O'Connell Street. Ensuite, tout le monde fait la fête (et picole) dans les rue et les pubs. Un fois joyeux, on essaie de danser des danses irlandaises traditionnelles dans un céili (bal traditionnel).

    Joyeuse Saint Patrick à tous !

    IMG_3236.JPG
    Ah ben zut, maintenant j'ai une folle envie de retourner à Dublin. Mais je sais bien qu'y aller en tant que touriste, ça ne sera jamais pareil qu'y vivre. Ca me file le bourdon tout ça.
  • A little bit of everything

    crpe.jpgDernière ligne droite avant les écrits, le stress commence à bien se faire sentir (et m'a fait prendre 5 kilo, grrr). Après des "vacances" passées à bosser le concours, j'ai enchaîné sur mon stage en CP. Sympa même si j'aurais préféré voir une classe de cycle 3 mais l'administration de l'IUFM est ainsi faite et je l'ai dans l'os, pas de bol. J'ai eu le plaisir d'apprendre qu'une des maîtresses croyait que je faisais mon stage de...3e et pensait donc que j'avais 15 ans. Je suppose que dans 10 ans, je serai ravie qu'on me donne 10 ans de moins mais là, je l'ai plutôt mal vécu. 15 ans, non mais WTF ?!

    En ce moment, j'en suis à boucler mes exposés pour ne plus y toucher d'ici mai et me concentrer sur les écrits, histoire d'avoir encore moins de vie. Je pense donc que mon blog va comater encore plus que d'habitude d'ici l'été. Et pas sûr que les choses s'arrangent ensuite car Mr Chinchilla et moi-même sommes en train de planifier un voyage au Canada et aux Etats-Unis pour cet été :) Enfin, on n'y est pas encore.

    Je passe mon temps à lire de le littérature de jeunesse dans les transports (avec le regard consterné des autres passagers), je viens d'ailleurs de dévorer Peter Pan. Ma bibliothèque de quartier est très bien fournie (trop ?) donc je repars toujours avec des livres qui n,'étaient pas sur ma liste et ça n'arrange pas ma PAL tout ça. Mais ça m'a permis de lire Simple et Malo de Lange de Marie-Aude Murail que j'ai beaucoup appréciés.

    peter pan.gif simple.gif malode lange.gif

    Je suis allée voir une exposition intitulée Arts de l'Islam à l'Institut du Monde Arabe et en ces temps de campagne électorale où certains veulent nous faire croire que tous les musulman sont des fanatiques qui cachent leurs femmes sous des burqas en s'empiffrant de hamburgers hallal, ça ne peut pas faire de mal. La collection présentée était très riche, présentant des œuvres religieuses mais aussi profanes. C'est un plaisir pour les yeux et en plus j'ai appris plein de choses donc je ne regrette absolument pas d'y être allée. J'ai malheureusement tendance à attendre la fin des expo pour les voir  je n'ai pas fait mieux pour celle-ci qui se termine le 14 mars.

    arts islam.jpg

    Pendant les vacances, je suis allée voir Océan, des images superbes mais très peu de commentaires ce qui m'a paru assez dommage car bien souvent, je n'avais pas la moindre idée du nom de la bêbêtes que je voyais à l'écran. J'ai aussi fini par voir Sherlock Holmes, je ne vais pas trop en parler car je pense que tout le monde ou presque l'a déjà fait mais je dois dire que Robert Downey Junior est toujours aussi über graou devant l'éternel.

    océan.jpg sherlock.jpg shutter island.jpg

    Hier, je suis allée voir Shutter Island. Ce n'est pas le meilleur film de Scorsese mais c'est un thriller très efficace avec une ambiance très oppressante pendant tout le film et une bonne intrigue, même si depuis Fight Club quand il se passe des trucs bizarres, j'ai tendance à penser que c'est dans la tête du personnage principale. DiCaprio est vraiment génial dans ce rôle et confirme encore une fois qu'il est un excellent acteur. Je n'ai pas lu le roman donc je ne connaissais pas la fin et j'ai vraiment été happée par l'ambiance du film et les visions d'horreur du personnage principale qui a participé à la libération du camp de Dachau. Le suspense monte au fur et à mesure que le film avance, on ne sait jamais qui croire et on se demande bien ce qui se passe sur cette foutue île. La fin est très bien amenée mais m'a paru vraiment très triste, de quoi me filer le bourdon en sortant du ciné.

    Je me rends compte que ce billet est plutôt décousu (mais je vous retranscrits ça pêle-mêle aussi) alors je vais m'arrêter là avant que ça n'empire.

  • A single man

    a sinlge man.jpgComme tous les matins, le réveil de George est difficile. Pas parce qu'il n'est pas du matin, mais parce que ce retour à la réalité lui rappelle la douloureuse vérité : il est seul. Jim, l'homme de sa vie, est mort dans un accident de voiture et George est inconsolable.

    Mais il faut bien vivre alors George se lève, se prépare, va faire cours à la fac, comme d'habitude. Mais aujourd'hui est une journée un peu spéciale : George a décidé de se suicider. On suit donc cette journée mélancolique et oppressante entrecoupée de brefs moments où des rencontres ramène George à la vie.

    Ce film, je suis d'abord allée le voir pour Colin Firth, parce que c'est un acteur que j'apprécie énormément et pour qui je suis prête à voir le dernier nanard s'il joue dedans. Et il ne m'a pas déçue ! Colin Firth est absolument parfait dans ce rôle d'homme complexe, dévasté par le chagrin. Les autres acteurs sont également très bons même si on les voit peu. Les scènes avec Matthew Goode ou avec Julianne Moore sont vraiment réussies, on sent une véritable complicité entre les personnages. Les images sont sublimes, d'une beauté glacée qui donne un côté presque irréel à ce qui se passe.

    a serious man 3.jpg

    Et pourtant, j'ai trouvé ça un peu creux. Compte tenu du thème, je m'attendais à verser toute les larmes de mon corps, à être bouleversée et à penser à ce film pendant des jours. Ben non, même pas une petite larmichette pour la route. En y repensant, je me demande si ce n'est pas l'aspect trop soigné du film qui a créé comme une mise à distance. Pour un mec inconsolable, il est quand même vachement bien habillé, ce George. L'esthétique et le maniérisme à outrance éloignent tellement le film du réel qu'au final la distance que j'ai ressenti m'a empêché d'accéder aux sentiments du personnage.

    a sinlge man 3.jpg

    La réalisation est totalement maitrisée, parfaite, peut-être trop d'ailleurs, on finit par se croire devant une pub ou quelque chose comme ça, très beau mais vide de sens. Alors que bon un prof homo dans les années 60, le deuil de l'être aimé, deux meilleurs amis qui se soutiennent l'un l'autre, ce sont des sujets complexes qui m'attiraient vraiment mais c'était trop lisse, trop stylisé, trop dans l'apparence pour me toucher.

    a sinlge man 2.jpg

    Reste la performance de Colin Firth, pour la quelle je ne regrette absolument pas d'avoir vu ce film. Mais je reste un peu sur ma faim face à ce qu'aurait pu être ce film. Je tenterai peut-être la lecture du livre d'Isherwood pour me faire une idée à l'occasion.

  • And dance and drink and screw, because there's nothing else to do

    Au détour de mon énooooorme dossier meupeu3, je refaisais tranquillement ma playlist pour courir quand je suis tombée sur Pulp. J'adore ce groupe mais, honte à moi, ça faisait un petit moment que je ne les avais pas écouté.

    Common people, c'est un chanson que j'adore parce qu'elle entre dans la catégorie "chanson-que-ça-fait-du-bien-quand-on-l-écoute" (copyright KittKat), elle met la pêche et on peu sauter partout et chanter à tue-tête en l'écoutant mais aussi parce que j'aime beaucoup les paroles et ce que Jarvis raconte sur cette gosse de riches qui veut vivre comme les gens du peuple.