Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Fitzwilliam Darcy: the last man in the world

    Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler d'une variation de Pride and Prejudice. En tant que fan de Jane Austen, il peut paraître étrange que je n'aie jamais parlé de suites et autres zombies / vampires / monstres marins. Mais tout ça est dû à un traumatisme après la lecture de l'horreur qu'est Mr Darcy takes wife (verbe à prendre dans son acception la plus graveleuse). Vous me direz, avec une telle couverture, il fallait s'y attendre mais quand même.

    mr-darcy-takes-a-wife.jpg

    J'étais jeune, j'étais innocente (façon de parler) et je venais de lire les romans de Jane Austen et de regarder les adaptations les plus récentes quand, comme d’autres lectrices avant moi, je me suis tournée vers une suite. Celle-ci avait à l'époque de bonnes critiques (comme quoi) je l'ai donc achetée et bien mal m'en a pris. En effet, si certaines idées sont plutôt bonnes (Wickham est le demi-frère de Darcy, Georgiana est amoureuse du colonel Fitzwilliam qui, lui, est secrètement amoureux de Lizzie), elles sont éclipsées par le fait que l'auteur passe son temps à nous décrire par le menu la vie sexuelle des Darcy. Je me doute bien qu'une fois mariés ils n'ont pas passé leurs soirées à jouer au backgammon mais on n'a pas besoin de TOUT savoir, surtout si c'est pour nous raconter ça avec des métaphores aussi ridicules que "his torch of love" BEURK LOL. Mais le pire reste la scène où Darcy prend Lizzie sauvagement et lui demande ensuite comme si c'était la chose la plus normale du monde de ne pas se laver car il veut aller au bal avec elle en sachant que "ça" lui dégouline entre les jambes. BEURK BEURK BEURK. Ajoutons à ça un anglais écrit par une américaine qui essaie d'écrire comme elle pense qu'on s'exprimait à l'époque, c'est franchement imbuvable. Bref, ce livre est maintenant connu chez moi sous le nom Dirty Darcy et je fuis comme la peste les réécritures et les suites.

    Et puis il y a quelques temps, j'ai lu une critique plutôt positive chez Pimpi de Fitzwilliman Darcy: The last man in the world d’Abigail Reynolds et je suis allée jeter un oeil aux premiers chapitres sur Google livre, ce qui m'a décidée à le commander. Ici, Darcy et Lizzie n'ont pas de jumeaux, Kitty et/ou Mary ne se transforme pas en jeune fille en fleur nouvelle BFF de Georgiana, Wickham et Lady Catherine ont le bon ton de ne pas venir faire des mesqueneries à la nouvelle Mrs Darcy et cette dernière ne devient pas la coqueluche de la saison londonienne. Pas de monstres et autres créatures fantastiques non plus à l'horizon, je me suis laissée convaincre.

    darcy.jpg

    Dans cette version, Lizzie est contrainte d’accepter la première demande en mariage de Mr Darcy. La voilà donc mariée à un homme qu'elle déteste, le rendant responsable (à tord) du sort de ce pauvre Wickham et (à raison) du non mariage de Jane et Bingley. Darcy lui, ne doute pas une seule seconde qu'Elizabeth soit folle de lui (personne pour le remettre à sa place et donc remettre sa fierté en question) et joue les jeunes mariés transis. Mais il lui faudra peu de temps pour réaliser que son épouse est bien moins enjouée qu'avant. Lizzie finira donc pas lui avouer la vérité et lui briser le coeur par la même occasion. De son côté, elle commence à se poser des questions sur le bienfondé de son opinion sur son mari. S'ensuivra une relation difficile et douloureuse mais comme on peut s'y attendre avec ces deux là, ils finirons pas se rapprocher et s'apprécier.

    Puristes et janéites hardcores de tous poils, passez votre chemin ! Si les personnages sont assez proches de l'idée que je me faisais d'eux en lisant Pride and Prejudice, les situations sont très éloignées des romans de Jane Austen. Une fois qu'on a dit ça et qu'on prend ce livre pour ce qu'il est, on passe un très bon moment. Pour ma part, je l'ai lu en une nuit d'insomnie pour cause de décalage horaire.

    lizzie.jpg

    Les relations des deux personnages sont d’ailleurs sûrement plus proches de ce que vivaient des jeunes mariés à l'époque que ne le laissent présager les oeuvres de Jane Austen, il suffit d'imaginer la nuit de noce de Charlotte Lucas pour se dire celles qui faisaient un mariage d'amour avaient bien de la chance. Ici, les époux tentent de se comprendre et d'apprendre à se connaître mais l'éducation qu'ils ont reçue les empêche de communiquer ouvertement. Lizzie se retrouve donc très seule, loin de sa famille et sans amis à qui se confier, face à un mari qu'elle n'arrive pas à cerner. L'auteur ne cache d'ailleurs pas qu'à l'époque, une femme mariée était à la merci de son mari, raison pour laquelle Lizzie n'ose pas trop dire ce qu'elle pense à son mari alors que c'est justement ce trait de caractère qui avait plu à Darcy. Bref, ils mettront du temps à se comprendre et c'est un peu ce que je reproche à l'auteur : dès que les choses semblent s'arranger, une nouvelle incompréhension, à force, j'en avais un peu marre. Même en prenant en compte la différence d'époque, j'ai, à plusieurs reprises, eu envie d'en prendre un pour taper sur l'autre. J'ai aussi eu un peu de mal avec la tournure parfois un peu gnan gnan que prenait le récit, surtout vers la fin, alors que le début m'a beaucoup plu. Au final, ça reste une bonne lecture, qui a au moins eu le mérite de me réconcilier avec les livres inspirés de ceux de Jane Austen. Je ne dis pas non plus que je vais me jeter sur Pride and prejudice and zombies, hein ^^

    Et vous, les suites et les variations ? Vous aimez, vous détestez, vous avez déjà essayé ?

  • Road trip part I : Montréal

    Me voilà enfin remise (plus ou moins) du retour en France, je m'attèle donc à mon premier billet sur mon voyage au Canada et aux Etats-Unis. Donc commençons pas le début, Montréal !

    Mr Chinchilla et moi avons d'abord passé quelques jours chez le frère de Gé qui nous a gracieusement prêté sa chambre pendant qu'il partait en voyage avec sa chérie puis à la fin de notre voyage, nous sommes revenus à Montréal (cette fois chez Gé) avant de reprendre l'avion.

    Nous avons débuté notre visite de la ville par notre lieu de résidence temporaire : le Plateau, un quartier très sympa et plutôt cosmopolite où se croisent jeunes gens branchouilles et juifs orthodoxes.

    P1030334.JPG
    P1030337.JPG
    P1000429.JPG

    Il y a de quoi faire question bars, resto et boutiques et l'ambiance est vraiment très détendue et sympathique, nous n'étions donc pas très pressés d'aller voir ailleurs. Et puis, Gé a trouvé de quoi nous convaincre dès notre arrivée avec ça :

     

    P1000421.JPG

     

    Décalage horaire oblige, nous étions levés à l'aube, c'est comme ça que, dès le deuxième jour, nous nous sommes retrouvés à marcher sur les sentiers du Mont Royal, entre les écureuils et les joggeurs. Et franchement, c'est quand même 'achement plus sympa que le champ de Mars pour courir le matin ! En haut, une vue imprenable sur la ville :

     

    P1000459.JPG

     

     

    P1000473.JPG

     

    Nous avons également fait un petit tour au Jardin botanique, situé non loin du stade olympique où nous avons pu faire les idiots devant la soucoupe volante le stade.

     

    P1000494.JPG

    Le jardin botanique est vraiment très joli, mention spéciale pour le jardin chinois et son eau colorée en bleu, un peu étrange mais dépaysant.

    P1000528.JPG

    Autre visite sympa, la petite italie et le marché Jean Talon avec Gé.

    P1000620.JPG
    P1000642.JPG
    Nous avons également visité le centre et la vieille ville mais nous avons pris assez peu de photos.
    P1030361.JPG
    P1030373.JPG
    P1030403.JPG
    P1000655.JPG

    Nous avons également visité l'exposition sur Miles Davis, We want Miles au musée des beaux arts que je vous conseille vivement si vous êtes dans le coin !

    P1030415.JPG

    Une chose que j'ai vraiment bien aimé à Montréal, c'est l'art de rue, voici donc quelques exemples :

    P1000741.JPG
    P1000743.JPG
    P1030349.JPG
    P1030347.JPG
    P1030407.JPG

    Et un billet de voyage ne serait pas complet chez moi si je n'y parlais pas d'une chose qui tient une place importante dans ma vie : la nourriture ! Voici donc en vrac :

    Bagel de chez St Viateur

    P1000490.JPG

    Key lime pie (comme dans Dexter) et tarte au citron meringué

    P1030331.JPG

    La poutine ! J'ai toujours pas compris le principe des frites molles mais ça se laisse manger

    P1030399.JPG

    Les meilleurs muffins au bleuets de la ville

    P1030417.JPG

    Et le déjeuner bien nourrissant de la Grand-mère poule !

    P1030418.JPG

     

    Je vous dis à bientôt avec la suite de mes aventures au pays du caribou !