Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Emily of New Moon

    emily-of-new-mmon.jpgAprès avoir terminé la sage d'Anne of Green Gables et lu les deux tomes des Chroniques d'Avonlea, je continue ma découverte de l'œuvre de Lucy Maud Montgomery avec la lecture d'Emily of New Moon dans le cadre du challenge organisé par Anne Shirley.

    Emily Starr, 12 ans, vient de perdre son père et doit aller vivre avec sa tante Elizabeth, une femme pas franchement sympathique, à la ferme familiale de New Moon. Contrairement à ce qu'elle pensait, la fillette va se plaire à New Moon et va se faire de nombreux amis. Ajoutons qu'Emily a une ambition dans la vie : devenir écrivain ! Tout un programme donc.

    Au bout de quelques pages, je savais déjà que j'allais adorer ce livre ! Le personnage d'Emily est attachant, elle a le chic pour se mettre dans des situations pas possibles mais sait ce qu'elle veut dans la vie et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Les autres personnages sont très bien croqués, de l'acariâtre tante Elizabeth à la gentille tante Laura en passant par le cousin Jimmy, pas tout là parce qu'il est tombé la tête la première dans un puits enfant.

    Le style du LM Montgomery est toujours aussi agréable et ses descriptions de la nature me donnent toujours autant envie de m'envoler pour l'Ile du Prince Edouard.

     

    emily18.jpg

     

    Evidemment, il est difficile de ne pas comparer Emily avec Anne mais les histoires sont très différentes selon moi. Certes les deux héroïnes ont le même âge et son orphelines mais Emily semble plus humaine et réaliste qu'Anne, elle est également très ambitieuse et sait ce qu'elle veut faire de sa vie. Sa relation avec sa meilleure amie, Ilse, n'a rien à voir avec celle d'Anne et Diana puisqu'elles passent leur temps à se disputer et qu'Ilse est un vrai garçon manqué. Là où Anne n'a pas vraiment de passé, Emily prend vite conscience qu'elle est la descendante des fiers Murray de New Moon et qu'elle a une ribambelle d'ancêtres hauts en couleurs. On retrouve cependant ce qui fait le charme des livres de LM Montgomery : la vie d'une petite communauté rurale du tournant du siècle avec sa galerie de personnages bien croqués et de petites aventures qui font tout son charme.

     

    lmm.jpg

     

    J'ai dû me faire violence pour ne pas me jeter sur la suite tellement j'ai adoré ce livre. J'ai d'ailleurs déjà lu le deuxième tome et si ça ne tenait qu'à moi, j'aurais lu les trois tomes à la suite mais j'ai peur de m'emmêler les pinceaux pour rédiger mes billets donc je vais déjà publier mon avis sur le tome deux avant de lire la suite (oui, je sais, je suis maso ^^).

    En cherchant de quoi illustrer ce billet, j'ai découvert qu'il existait une daptation de cette saga (d'où la photo est extraite) ainsi qu'une version manga dont je n'avais jamais entendu parler. Quelqu'un connaît ?

  • The Hobbit

    Avec beaucoup de retard, voici mon premier billet du challenge Middle Earth : The Hobbit !

    logo-One-ring.jpg

    Alors que l'adaptation du roman de Tolkien patauge sérieusement en Nouvelle Zélande (aux dernières nouvelles, Guillermo del Toro a lâché l'affaire et on n'a toujours pas d'acteur pour le rôle titre, même si la rumeur parle cette fois de Martin Freeman), je profite donc du challenge pour enfin lire The Hobbit parce que si j'attends l'adaptation, je risque d'attendre encore longtemps.

    Bilbo Baggins est un hobbit sans histoires, comme tous les Baggins avant lui, jusqu'à ce que Gandalf organise une réunion de nains en mal d'aventure chez lui à l'heure du thé. Bilbo est ainsi engagé par la compagnie de nains pour les aider à voler un trésor à un dragon. S'en suit les aventures de la petite bande par monts (dedans et dehors) et par forêts flippantes, avenc des elfes, des goblins, toussa, toussa.

    hobbiton.jpg

    Là où Le Seigneur des anneaux est une grande fresque magistral,The Hobbit est plus proche du roman jeunesse et donc moins indigeste que le premier tome du Seigneur des anneaux que j'ai eu bien du mal à lire il y a quelques années. Bon, faut dire que mon niveau d'anglais n'était peut-être pas à la hauteur de la tâche. Cela dit, dès l'arrivée chez Elron, ça va mieux ! Bref, on verra ce que ça donne quand je le relirai pour la suite du challenge.

    The Hobbit est aussi plus léger que la trilogie et j'ai beaucoup aimé lire les aventures de Bilbo, notamment sa rencontre avec Gollum. On croise des personnages qu'on reverra dans le Seigneur des anneaux comme Elron et surtout Gandalf, un personnage que j'aime beaucoup et que j'étais ravie de revoir.

    En plus maintenant, je gagne un point au Geek test puisque je connais le nom d'au moins 5 nains dans The Hobbit, youpi (les petites joies de la non-vie) : Thorin, Kili, Fili, Oin, Gloin, Bifur, Bofur, Bambur, Balin, Dwalin, Ori, Nori et Dori.

  • Avec la RATP, lisez plus

    Si jamais je me lasse de l'enseignement, j'ai un avenir tout tracé dans le marketing XD

    J'ai plein de billets en retard et très peu de temps pour bloguer donc pour rattraper ce retard, je vous propose un billet global sur mes lectures récentes, hors challenges.

    quatre soeurs.jpgQuatre soeurs

    Sachant que les trois mousquetaires étaient quatre, ça ne supprendra personne que les quatre soeurs soient en fait cinq, même s'il n'y a que quatre tomes. J'avais lu le premier il y a fort fort longtemps (l'an dernier en fait) et j'ai dévoré les trois suivant fin août. J'ai adoré suivre la vie des soeurs Verdelaine, orphelines depuis un an. Il y a Enid, la plus jeune, puis Hortense, Bettina, Geneviève et l'aînée, Charlie qui fait de son mieux pour élever ses jeunes soeurs et garder en état leur maison : la Vil'Hervé. Chaque tome porte le nom d'une des soeurs, à l'exception de Charlie (alors que ça m'aurait bien intéressée d'en savoir plus, moi !) et la série nous raconte la vie quotidienne de cette famille avec ses joies et ses malheurs, la difficulté de grandir et de se reconstruire après la perte des parents. Ca n'a pas l'air hyper drôle dit comme ça, et certains passages sont effectivement assez mélancholiques mais le récit est tour à tour drôle et plus grave, l'auteure maniant à la perfection la nuance. Je ne peux donc que vous encouragez à lire cette série si ce n'est pas déjà fait. Il existe d'ailleurs une édition en un seul livre.

    stardust.jpegStardust

    Je continue ma découverte de Neil Gaiman, un auteur qui me plaît de plus en plus. Angleterre, XIXe siècle (déjà rien que là, ça me plaît ^^), le petit village de Wall serait un peit village anglais comme les autres, si ce n'est ce mur dont il tire son nom et qui le sépare de la Faërie, le pays des fées. Personne n'a le droit de traverser, sauf une fois tous les 9 ans pour la foire de Wall, durant laquelle les habitants des deux mondes se côtoient. Mais on quitte rapidement le village avec le héros, Tristan Thorn, parti à la recherche d'une étoile qui est tombée en Faërie. Le souci, c'est qu'il n'est pas le seul à chercher cette étoile. L'histoire de Tristan a un côté voyage initiatique qui m'a beaucoup plus et les personnages qui croisent son chemin sont tour à tour effrayants et fascinants.

    Prochain livre sur ma liste : De bons présages, un livre écrit à quatre mains par Gaiman et Terry Pratchett.

    first among sequels.jpgFirst amoung sequels

    Le cinquième tome des aventures de Thursday Next m'attendait gentillement sur l'étagère depuis pas mal de temps et comme toujours cette lecture fut un vrai plaisir. L'histoire est toujours aussi bien ficelée et les références littéraires foisonnent. Jasper Fforde nous apprend donc le pourquoi du comment du piano qui arrive chez Miss Fairfax dans Emma (quoi, c'est pas Franck Chruchill ?) et on a même droit à une référence à Doctor Who, que demander de plus ? Bon, j'ai pas tout suivi avec les voyages dans le temps mais c'est pas grave. Et l'histoire des livres sur Thursday et de ses doubles est très sympa à lire. J'ai hâte de me jeter sur la suite à sa sortie !

     

     

    artemis-fowl-jpg1.jpgArtemis Fowl

    Vous vous souvenez peut-être de cette liste des livres trop trop bien selon la BBC (qui m'a confrontée à mon inculture). Les commentaires sur la série des aventures d'Artemis Fowl m'avaient donné très envie de m'y mettre, j'ai donc acheté les quatre premiers tomes en occasion à un prix défiant toute concurrence et j'ai dévoré le premier la semaine dernière. C'est inventif, bien écrit et frosting on the carrot cake, c'est irlandais (je sais, je suis superficielle). Artemis Fowl, jeune voleur surdoué d'à peine 12 ans décide de piquer leur or aux fées (oui, le chaudron d'or au pied de l'arc en ciel, c'est du chiqué mais il y a un fond de vérité). Mais on ne la fait pas aux FARfadets, l'unité d'intervention spéciale qui s'occupe d'éviter soigneusement que les humains soupçonnent l'existence d'un autre monde. Heureusement que j'ai la suite sous le coude, je pense m'y plonger d'ici peu.

     

    Et bientôt, les deux premiers tomes d'Emily of New Moon et Bilbo le Hobbit. Je n'avance pas beaucoup dans Jonathan Strange, ce n'est pas l'envie qui me manque mais il est un peu épais à transporter et je n'ai pas le temps de lire chez moi. Ca sera pour les vacances !

    Décidément, je crois que le RER A est une arme de réduction massive de la PAL !

     

    Et tant qu'on y est, je vous cause aussi un peu des deux derniers films que j'ai vu.

    killer inside me.jpgThe killer inside me

    Lou fait shérif adjoint dans une petite ville du Texas. Lou est poli, il présente bien, toussa toussa. Sauf que. Lou aime tabasser ses copines et tuer des gens. Et ça finit par se voir, inévitablement. Casey Affleck est tout simplement terrifiant dans ce rôle et j'ai eu du mal à supporter les scènes de violence envers les femmes (ben voui, un mec qui tape une fille, moi, ça me donne envie de l'émasculer avec des briques). J'ai eu du mal à vraiment accrocher à ce film mais il vaut le détour, ne serait-ce que pour la prestation de Casey Affleck.

     

     

     

     

    runaways.jpgThe Runaways

    C'est chez KittKat que j'ai d'abord entendu parler de ce film, il faut dire que la dame est fan du groupe et très forte en lobbying. The Runaways, c'est l'histoire d'un groupe de rock des années 70 qui a la particularité de n'être composé que de nanas, ce qui était inédit à l'époque. Les demoiselles sont d'ailleurs toute jeunes et la célébrité n'est pas facile à gérer quand on a à peine 15 ans et que l'époque est au sex drug and rock'n'roll. Dans le rôle de la chanteuse, la jeune belle et talentueuse (la vie est injuste) Dakota Fanning, qui a bien grandi et dans celui du Joan Jett, Kristen "Twilight" Stewart qui en fait, a plus de deux expressions et qui s'en sort pas trop mal, mais qui n'est pas non plus géniale. Petit bémol : les autres membres du groupe sont limite transparentes, je ne suis pas sûre d'avoir entendu une fois la bassiste parler. Alors ok, le film est basé sur la bio de Cherrie Currie mais à ce moment-là, il ne fallait pas appeler le film The Runaways. Reste la BO, qui m'a donné envie de mieux connaître ce groupe et qui prouve qu'en plus d'être jeune, belle et bonne actrice, Dakota Fanning chante plutôt bien. Et elle est née en 1994. Il ne me reste plus qu'à aller me pendre.

     

    A part ça, je suis allée à l'expo Kitano à la fondation Cartier qui était 'achement bien et j'ai acheté des bonbons japonais et le weekend dernier, j'ai visité l'Assemblée Nationale pendant les journées du patrimoine (où je n'ai rien acheté).

    Je suis crevée (les semaines de 6 jours, c'est violent à force), j'ai la gorge qui gratte, je passe mes soirées à faire des fiches de prép mais je fais un métier qui me plaît dans un pays où avoir un travail, c'est déjà bien donc je ne me plains pas. Mais si vous avez des conseils, je dis pas non, hein :)

  • Sophie Bastien by Selena

    Grâce à Selena, mon blog sort de sa torpeur ! Ayant posté le 3 333ème commentaire ici, elle a gagné le droit de publier un billet sur ce qu'elle veut. En l'occurrence, elle nous fait découvrir une artiste qu'elle adore. Je suis déjà sous le charme et j'espère que ça va vous plaire aussi !

    SophieB_Toni.JPG

    ******************************************
    Bonjour tout le monde !

    Un jour, Chinchilla m'a dit que j'avais posté le 3 333ème commentaire. C'était il y a 15 ans, mais voici mon billet.
    J'ai choisi de vous faire découvrir une artiste peintre que j'aime énormément (et pas seulement ses tableaux, parce que je ne cherche pas à vous impressionner, mais c'est une potesse à moi), à savoir Sophie Bastien.

    Un style coloré et sobre à la fois. Bon je suis pas très douée pour parler peinture, je vais laisser les photos parler d'elles-mêmes.

    SophieB_Sophie.JPG

    Sophie se présente ainsi, sur son site :

    Dès mon plus jeune âge, je n’ai jamais cessé de rechercher un moyen de concrétiser ma créativité. Photographie, dessin, sculpture, création de bijoux, peinture…
    C'est à l'école des beaux-arts que j'ai découvert la peinture.
    Au départ je peignais des natures mortes d'une manière tout a fait académique et je me suis essayée un jour à réaliser le portrait d'une amie, instinctivement j'ai peint son visage avec de multiples touches de couleurs, je ne parvenais pas à faire un visage lisse, figé, sans expression.
    Je vois dans le visage de chacun une multitude de couleurs.

    J'ai tout de suite su que ça serait pour moi la meilleure façon de m'exprimer.

    Aujourd' hui je peins d'après des photographies et des images trouvées dans des magazines ou sur internet. J'apporte une grande importance à l'expressivité du personnage ainsi qu'au cadrage qui renforce l'intensité du tableau. Je choisis la plupart du temps des photos de mode où les modèles ont des visages très lisses, très maquillés. J'aime montrer que même ces visages qui ressemblent à des poupées pour moi, sont plein de couleurs

     

    SophieB_Lucy J.JPG

     

    Elle est en ce moment exposée  la Strychnin Gallery de Berlin (la classe quoi ;o) et le sera prochainement à l'exposition Art.Fair 21 à Cologne (du 29/10 au 01/11 2010).

    Je sais qu'il existera bientôt des assiettes illustrées de certains de ses tableaux, chose qui lui a été proposée par des anglais (TheNewEnglish.co.uk), et ça c'est cool, surtout que le lancement a été fait sur 5th Avenue à New York. Si c'est pas la classe. Il y a des cartes postales aussi (j'en ai sur mon mur :D). Si vous voulez plus de renseignements, vous pouvez la contacter à cette adresse : contact[at]sophiebastien.com

     

    SophieB_Julie.JPG

     

    Et si vous kiffez autant que moi, vous pouvez devenir fan sur FB et la suivre sur deviantArt (où vous pourrez aussi voir plus de tableaux que sur le site, voir ses photos et en apprendre un peu plus sur elle).

    SophieB_Ines.JPG