Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Emily climbs

Emily climbs.jpgVoici enfin mon billet sur le deuxième tome des aventures d’Emily Starr. Nous suivons la demoiselle au lycée de Shrewsbury. Pour la peine, Emily quitte New Moon et va vivre avec un autre membre de la famille. Vous trouviez tante Elizabeth revêche ? En comparaison avec tante Ruth, vous la trouverez sympathique et aimante. Tante Ruth, c’est limite l’antéchrist XD Elle est toujours sur le dos d’Emily, la traite de menteuse et imagine toujours le pire de sa nièce. Autant dire que si Emily s’épanouie au lycée, la cohabitation avec tante Ruth n’est pas toujours aisée.

Heureusement, elle rentre aussi souvent que possible à New Moon et ses amis d’enfance sont aussi à Shrewsbury. Et le talent d’Emily commence à être reconnu, ses écrits étant publiés dans des magazines et lui rapportent même de l’argent. Petit à petit, la famille Murray reconnaît enfin qu’Emily est douée pour écrire et peut en tirer un revenu certain.

Au fil du livre, on suit le passage d’Emily du monde de l’enfance à l’âge adulte, avec son cortège d’enthousiasmes et de déceptions.

Ce qui m’a beaucoup marquée, c’est le poids des conventions sociales qui pesaient sur les jeunes filles à l’époque. J’étais déjà au courant mais j’ai vraiment eu un sentiment d’injustice face à la situation décrite dans ce livre où la pauvre Emily doit faire face à d’affreux ragots, heureusement, sa famille sait être là quand il faut. Le pauvre cousin Andrew, envoyé par la famille pour faire la cour à Emily et s’assurer qu’elle fasse un mariage qui leur plaira est assez ridicule et la façon dont Emily réagit prouve sa force de caractère.

Une autre qui m’a par contre mise mal à l’aise, c’est le comportement de Dean. On voit très bien qu’il a des sentiments pour Emily alors qu’elle aurait l’âge d’être sa fille. Je sais bien qu’il n’en dit rien et que les mariages entre de très jeunes filles et des hommes plus âgés était monnaie courante à l’époque mais moi ça me dérange quand même de voir Dean attendre qu’Emily grandisse pour qu’il puisse la courtiser. Beurk !

Encore une lecture très agréable et qui m’a donnée envie (comme toujours) de me jeter sur la suite et d’aller visiter l’Ile du Prince Edouard.

lmm.jpg

Les commentaires sont fermés.