Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Toxique

    littérature,françoise sagan,toxiqueAprès Un certain regard, je continue ma (re)découverte de Françoise Sagan avec Toxique.

    Françoise, jeune écrivain phénomène qui aime les bolides et la vitesse est victime d'un grave accident. Pour calmer la douleur, on lui donne un médicament dont elle deviendra accro et dont elle aura beaucoup de mal à se désintoxiquer. Toxique est donc son journal de désintox.

    Première impression, c'est quoi ce jaune ? D'accord, je me plains souvent de l'aspect tristoune des couvertures de livres français mais le jaune là, je trouve ça moyen, tendance laid. Mais ne jugeons pas ce livre à sa couverture. Autre surprise : très peu de pages avec très peu de texte sur chaque page. Le texte est accompagné de dessins de Dubuffet qui se marient très bien au sujet forcément sombre.

    Honnêtement, je ne sais pas quoi penser de ce livre. D'un côté, les bribes de pensées de cette jeune femme face à elle-même et son addiction rendent son témoignage poignant. D'un autre côté, la brieveté de ce livre est vraiment très frustrante et je l'ai lu en si peu de temps que j'avais l'impression que ma lecture était passée trop vite pour que je puisse réellement avoir une opinion sur ce livre. Je ne sais pas vraiment à quoi je m'attendais, mais certainement à quelque chose de plus consistant.

    Toxique me laisse donc une impression étrange d'immédiateté mais aussi d'inachevé. Je crois qu'une relecture s'impose !

    Critiques et infos sur Babelio.com
  • Métronome

     

    metronome.jpgVoilà un livre à côté duquel j'ai failli passer à cause de mon côté tordu qui fait que plus on me dit de lire un livre, moins j'ai envie de le lire. Métronome, succès en librairies, écrit par un acteur, c'est bien parce que Mr Chinchilla voulait le lire qu'il est entré chez moi. Eh puis Aurelia m'en ayant dit beaucoup de bien, je me suis plongé dedans, grand bien m'en a pris. 

    Au fil des siècles et des stations de métro parisiennes, Lorant Deutsch nous dévoile l'histoire de la cité et à travers elle, celle de la France. On part donc des celtes installées...à Nanterre et non sur l'île de la cité comme on l'a cru si longtemps pour traverser 2000 ans d'Histoire. Et c'est une histoire riche en batailles et en guerre, entre les romains, les Francs, les Vickings, les guerres de religions, la révolution, il y a de quoi faire.

    Ce qui est super avec ce bouquin, c'est qu'il rend l'Histoire accessible à tous, dans un français de meilleur qualité que la plupart des best-sellers actuels mais qui reste compréhensible par tous. Les événements relatés sont racontés de façon si vivante qu'on peu facilement se les imaginer. Il se situe quelque part entre manuel d'Histoire et guide touristique (incitant les promeneurs à s'incruster dans les cours intérieures des immeubles parisiens ^^) peuplé d'anectodes qui pourront sûrement réconcilier les plus récalcitrant avec les livres d'Histoire.

    Contrairement à un livre d'Histoire "classique", on sent ici que son auteur est un passionné et il donne vraiment envie d'aller voir de ses yeux les endroits qu'ils cite. C'est comme ça que la semaine dernière je suis allée au musée du Moyen Age de Cluny pour voir les restes des thermes. Un truc que je n'aurais pas forcément fait si je n'avais pas lu ce livre.

    Je dois cependant admettre que je n'aurais peut-être pas été aussi intéressée et enthousiaste si je n'habitais pas à Paris. Je me suis toujours intéressée à l'Histoire, c'était une de mes matières préférées à l'école et j'aime bien feuilleter des livres d'Histoire ou trainer sur des sites qui lui sont dédiés. Quand j'arrive quelque part, je m'intéresse au passé de ce lieu. Je peux donc vous raconter plein de choses sur l'Irlande, le Nord ou la Castille. Quant à ma région natale, je pourrais presque devenir guide touristique ^^ Mais l'histoire de Paris, avant d'y vivre, ça ne me passionnait pas plus que ça.

    Alors certes, l'histoire de Paris est liée à celle de la France dnc on apprend plein de choses mais si on ne maîtrise pas un minimum la géographie parisienne, on peut facilement passer à côté de pas mal de références, à moins d'avoir un plan de la ville sous les yeux, ce qui n'est pas idéal pour profiter de sa lecture. Sinon, on peut acheter la version illustrée.

     

  • Road trip part III: Maine

    Mieux vaut tard que jamais, voici enfin la suite de mon périple nord-américain ! 

    Donc après Montréal et Québec, nous voici parti aux Etats-Unis. Le passage à la douane fut épique avec un douanier qui se prenait pour un cowboy et nous a posé un milliard de questions allant de qu'est-ce que vous faites dans la vie à comment vous avez rencontré la personne chez qui vous allez. Et bien sûr, même si ce n'est pas l'envie qui manque, interdiction de faire de l'humour.

    Nous voilà enfin dans le Maine, arrêt au premier village pour faire le plein d'essence (à des prix qui feraient pleurer n'importe quel compatriote) et se restaurer. Nous faisons dans le local avec un diner vraiment très local, même que sur la carte il y a marqué qu'on peut apporter sa propre barbaque de caribou et ils vous la cuisinent, chouette. Nous nous sommes contentés des crevettes (avec une sauce cocktail parce que quand la serveuse nous a donné la liste des sauces, c'est le seul mot qu'on a compris XD)

    voyage,maine

    Nous avons ensuite passé quelques jours chez une amie dans la banlieue de Portland qui nous a accueill comme des rois. Elle nous a même emmenés au drive-in :

    voyage,maine

    Et comme elle connaît les propriétaires, nous avons pu visiter la salle de projection...vintage, n'est-ce pas ?

    voyage,maine

    Nous avons ensuite testé un resto très typique également, avec une déco d'un bon goût sans faute :

    voyage,maine

    Un petit passage par Portland et son phare :

    voyage,maine

    Nous sommes même allées nous baigner dans un lac qui doit faire la superficie d'un département français (admirer les pieds de Mr Chinchilla^^) :

    voyage,maine

    Nous avons profité de cette étape pour faire une expérience culturelle indispensable :

    voyage,maine

    Son rayon chips :

    voyage,maine

    Changement total de décor et départ pour le cottage de la soeur de ma copine :

    voyage,maine

    La vue au petit matin :

    voyage,maine

    Un classique des feux de camps au bord de la mer :

    voyage,maine

    Une balade dans les alentours, notamment les petits ports de pêche au homard :

    voyage,maine

    Nous avons aussi visité le phare de Pemaquid :

    voyage,maine

    voyage,maine

    Et comme il faut bien se restaurer, passage par un autre diner typique :

    voyage,maine

    Ensuite, retour chez les pêcheurs qui ont un humour particulier :

    voyage,maine

    voyage,maine

    voyage,maine

    voyage,maine

    Voici donc la bête : le homard le moins cher que j'ai vu avec une empreinte carbone défiant toute concurrence !

    voyage,maine

    J'ai bien envie de dire "à bientôt pour la suite" mais je ne sais pas quand je posterai donc je dis juste à la prochaine :)

  • La vie (pas) très cool de Carrie Pilby

     

    carrie pilby.jpgC'est chez Cunéipage que j'ai entendu parler de ce livre pour la première fois, une petite commande de livres pour mon anniversaire et le voilà entre mes mains.

    Je ne suis pas surdouée, je n'ai pas sauté 3 classes, ni même une seule d'ailleurs, je ne suis pas diplômée d'Harvard, pourtant, je n'ai pas pu m'empêcher de m'identifier à ce personnage. Carrie Pilby est très intelligente, n'aime pas les hypocrites, se sent mal à l'aise avec les autres, aime le soda à la cerise et chercher l'origine des mots dans le dictionnaire. Son père ayant les moyens de lui payer un loyer, elle vit seule à New York et passe le plus clair de son temps dans son lit. C'est là que je me reconnais dans ce personnage, le côté associal, mal à l'aise quand il s'agit d'entamer la conversation, moi aussi j'ai un peu tendance à rester dans mon cocon au lieu d'affronter la vraie vie. Et que dire du temps que je passe dans mon lit quand je ne dois pas me lever tôt ^^ Sinon, j'ai une dictionnaire des mots d'origine étrangère et j'adore le Dr Pepper.

    Le hic, c'est que Carrie est seule, très seule, et se rend bien compte que ça ne peut plus durer. La personne qu'elle voit le plus, c'est son psy, qui lui a d'ailleurs concocté une petite liste de défis à relever pour l'aider à sortir de sa coquille. L'histoire est sympa, certaines choses peut-être un peu trop convenues mais j'ai passé un très bon moment en lisant ce bouquin et j'avoue m'être sentie moins seule et moins bizarre que je le pensais, ça change. Je me dis d'ailleurs que sans une rencontre par hasard avec Mr Chinchilla et le ouèb pour rencontrer des gens avec qui j'ai plus d'affinité que nombre de ceux que je croise IRL, j'en serais sûrement au même point, mais sans diplôme d'Harvard ni appart à NY.

    Cette lecture est exactement ce qu'il me fallait : un livre à la fois léger et profond, une héroïne intelligente, drôle, sensible...et inadaptée ^^ Même si c'est classé chick-litt, que le titre français est un peu   , ne vous fiez pas aux apparences, Carrie n'a pas de souci de mec, de fringues ou de boss tyrannique, juste trop de principes pour un monde de moutons faux-culs, un manque de confiance en soi pour entrer en contact avec les autres et un quinzième degré assumé mais pas compris par le commun des mortels. 

     

  • Chroniques martiennes

    chroniques_martiennes.jpgTout commence en 1999 avec la première expédition vers Mars...qui ne reviendra pas. Puis une autre, puis un autre. Car Mars est peuplée de martiens qui réagissent différemment à chaque incursion humaine. La nouvelle où les martiens prennent les astronautes humains pour des fous et les envoient à l'asile vaut le détour. De plus en plus de colons terriens viennent s'installer sur Mars, exterminant au passage les martiens par inadvertance en leur transmettant...la varicelle.

    Si le début du livre est effectivement de la "pure" science fiction, la suite apparaît plus comme une critique sociale. La conquête de Mars et la disparition des martiens m'a fait penser à la conquête du continent américain par les européens et la disparition des amérindiens (ou quel que soit le terme politiquement correct actuellement). La colonisation qui suivra fait un peu penser à la conquête de l'Ouest. L'arrivée des humains et la destruction de Mars pour la remodeler à l'image de la terre mènera à détruire sa singularité et en fera une sorte de terre bis alors que les colons étaient justement venu pour échapper à ce qu'ils n'aimaient plus sur terre. La nature humaine étant ce qu'elle est, c'est finalement une guerre sur terre et le retour de tous les colons qui "sauvera" Mars.

    Les nouvelles abordent des thèmes assez différents, certaines sont drôles, d'autres flirtent avec le fantastique, voire l'horreur, comme la nouvelle qui fait référence à  Edgar Allan Poe. Les nouvelles qui m'ont le plus intéressées sont celles où les personnages remettent en cause ce qu'ils perçoivent comme réalité, que ce soit des machines ou des martiens qui lisent dans les pensées des humains pour incarner des personnes qu'ils connaissent.

    Je n'ai lu que très peu de romans de SF, c'est un peu une de mes "bonnes résolutions littéraires" de m'y intéresser et je ne regrette absolument pas d'avoir commencé par ces Chroniques Martiennes qui abordent des thèmes très variés avec un style riche et poétique.