Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Neverwhere

neverwhere.jpgNouveau Gaiman sur ma liste, offert par Mr Chinchilla (enfin, j’ai choisi les livres, il a payé).
Tout d’abord, remise en contexte : Neverwhere est un série que Gaiman a écrite pour la BBC, sauf que toutes ses idées ne pouvant entrer dans la série, il a écrit le roman en parallèle. Il l’a ensuite retravaillé pour faire la version américaine et la version que j’ai lue est la version ultime qui reprend la version britannique, la version américaine et qui a subi encore pas mal de changements.

Neverwhere nous raconte l’histoire de Richard, un monsieur tout le monde, peut-être un brin bordélique, qui, n’écoutant que son grand coeur, sauve une jeune fille blessée. La demoiselle en question s’appelle Door et vient d’un Londres souterrain inconnu des gens de la surface comme vous et moi (et Richard). L’incident aurait pu s’arrêter là si les gens à la recherche de Door n’avaient pas effacé Richard du monde de la surface, le rendant invisible à tous, même ses collègues et sa fiancée.
Le voilà donc forcé de faire partie de ce monde souterrain pas franchement accueillant et aux moeurs étranges. Accompagné de Door, du Marquis de Carabas et de Hunter, il va aider Door à découvrir qui lui veut du mal et pourquoi.

J’ai adoré ce livre. Le style, les personnages, le monde imaginaire que l’auteur arrive à créer m’ont captivée et je n‘ai plus lâché le livre jusqu’à la dernière page. Le monde souterrain est décrit de façon très détaillée et les personnages que l’ont croise sont tous très savoureux. Les deux méchants sont également un sacré morceau, à la fois drôles et flippants. Quant à l’ange, je suis admirative devant la mythologie qu’a su créé Gaiman.

Je n’ai pas vu la série et je n‘en ai pas très envie mais en lisant, j’ai tout de suite visualisé les personnages sous les traits d’acteurs : Dylan Moran (le célèbre Bernard de Black books) en Richard, Jeffrey Rush en costume de Barbossa pour le marquis, Benedict Cumberbatch en ange Islington  et Grace Jones jeune en Hunter. Bizarrement Door est l’un des rares personnages que j’ai imaginé de toutes pièces et qui n’a pas la tête d’une actrice, avec les méchants qui avient des têtes de personnnages de dessin animé, allez comprendre.
J’ai d’ailleurs vu sur IMDB qu’une possible version ciné est “en développement” depuis fort fort longtemps donc si jamais...^^

Prochain Gaiman sur ma liste : American Gods.

Les commentaires sont fermés.