Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le retour de vacances, ça pue

    ou un titre de billet trèèèès inspiré.

     

    Enfin voilà, je viens de rentrer de presque 4 semaines dans le sud ouest des Etats-Unis et le retour en France est plutôt difficile. Alors oui, je sais, se plaindre alors qu'on vient de faire un super voyage, c'est un peu se foutre de la gueule du monde. Je sais, c'était un voyage génial mais le retour à la réalité est d'autant plus difficile. Avec en plus de la fatigue du voyage et du décalage horaire, des questions existencielles sur ce que je fais de ma vie, mon boulot, toussa.

    D'ailleurs, si ça ne tenait qu'à moi, je m'installerais dès maintenant à San Francisco ! Pas dans une maison victorienne parce qu'à moins de gagner au loto ça ne va pas être dans mon budget mais même dans une boîte à chaussure insalubre, je rêve de vivre là-bas maintenant. Mais je sais qu'il y a un grand pas entre en rêver et le faire, quitter sa famille, ses amis, son boulot, son appart... 

    Donc voilà, j'ai passé presque un mois là-bas, j'ai visité Los Angeles, Las Vegas et <3 San Francisco <3 et crapahuté dans divers parcs nationaux et déserts : le grand Canyon, Monument Valley, Bryce Canyon, la Vallée de la mort, le Yosémite, Big Sur. C'est difficile de faire un choix, j'ai adoré tous les endroits que j'ai visité, à chaque fois, c'était un nouvel émerveillement (ça fait cliché de dire ça mais c'est tellement vrai).

    J'ai découvert que j'aime le désert, moi qui me sens mal dès qu'on dépasse les 25° à Paris, j'ai plutôt bien vécu la chaleur sèche du désert. Mais ce que j'ai aimé c'est le silence, le vrai (mon côté hermit ?^^).

    J'ai acheté tout un tas de trucs, de la gourde Yosemite à la collection de tshirts à messages (Keep calm and kill zombies reste mon préféré) en passant par une tasse Big Bang Theory ou un paquet dun kilo de MM's au peanut butter. Et j'ai bien sûr acheté des livres.

    A la libraire anarchiste de San Francisco, j'ai acheté un livre de Marx et Las Vegas Parano dont la VF m'avait traumatisé à l'époque et que je veux lire en VO.

    Et comme San Francisco c'est la ville de la Beat Generation, je suis allée chez City Light et j'ai rapporté Sur la Route, la version du manuscrit original, Howl de Ginsberg, How I became Hetti Jones, d'Hetti Jones et How to live Safely in a Science fictional univers, parce que le titre est cool (je suis frivole).

    on the road.jpg SF Universe.jpg

    Et comme c'est un peu la ville où il reste un semblant d'influence hippie, je dirai que c'est le karma qui fait que j'ai trouvé Anansi Boy sur un banc dans un parc alors que j'étais sur le point de terminer American Gods (il faudra que je vous en reparle plus tard, mais pour faire court j'ai adoré ce bouquin) .

    Et à Venice Beach, je suis allée chez Small World Books, une librairie coincée entre un Pipe Shop et un Diner où j'ai trouvé un livre sur Jane Austen dont j'ai déjà dévoré plus de moitié dans l'avion.

    janes-fame.jpg

    Et grâce à ça, le retour est un peu moins violent, mais j'ai quand même l'impression d'avoir une vie de merde et aucune envie de retourner bosser lundi. Même si je sais que sans boulot pas de sous pour se payer des vacances, je crois que ce voyage va causer une sérieuse remise en question sur ce que je fais de ma vie.

    Et bien sûr, j'ai plein de photos, mais sachant que je n'ai pas encore fini de poster celles de moins voyage de l'an dernier, il ne faudra pas se presser.