Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • "Je ne suis pas féministe, mais"

    Les phrases qui débutent comme ça ont le don de m'énerver profondément. Comme si c'était une tare d'être féministe, une maladie honteuse. Ben oui, c'est bien connu que les féministes détestent les hommes, souhaitent les castrer et/ou les éradiquer, qu'en plus elles sont poilues et mal baisées (argument qui m'a toujours bien fait rire parce que techniquement, si c'est le cas, c'est la faute des mecs, non ?).

    Donc être féministe, c'est soooo last season et ça n'a plus lieu d'être, limite, c'est sale. Euh, hein ? Remise en cause du droit à l'avortement, inégalités salariales, plafond de verre, rôles sociaux ancrés dans les mentalités depuis l'enfance (les filles ça joue à la poupée parce qu'ensuite, c'est bobonne qui s'occupera des mioches). Et là, je ne vous parle que des pays dit développés, parce que si on commence à parler des  droits des femmes dnas le monde, ça sera bien pire.

    Juste pour info, être féministe, ça ne veut pas dire détester les hommes, c'est juste penser que tous les êtres humains sont égaux et devrait être traités de la même façon. Pour moi, être féministe, c'est comme être contre le racisme ou contre l'homophobie. D'ailleurs, scoop : il y a aussi des hommes féministes, pas nombreux certes, en même temps avec la connotation négative du terme, faut les comprendre (être féministe quand on est une femme, c'est sale, mais quand on est un mec, c'est une hérésie).

    feminist1.jpg

    Et quand j'entends des arguments du style, le rôle des femmes a toujours été de rester à la maison, déjà à la préhistoire, madame cro magnon s'occupait des marmots et de nettoyer les crottes de mammouth sur les tapis en peaux de bête de la grotte conjugale pendant que le mâle allait chasser pour nourrir sa famille, les bras m'en tombent. Alors, quand ça fait des millénaires que les femmes sont rabaissées, effectivement, c'est difficile de changer les choses. Pourtant, les caractéristiques qu'on considère comme "féminines" ou "masculines", c'est vraiment inné, ou ça vient juste de notre éducation ? Lors de ma préparation au CRPE, je me suis beaucoup intéressée à la contruction sociale du genre, un sujet presque tabou en France. Quoi, les petites filles ne sont pas NATURELLEMENT attirées par le rose ? Ben non, c'est CULTUREL. Avant même la naissance d'une petite fille, dès que les parents connaissent le sexe du bébé, la future chambre d'enfant se remplit de rose, de volants, de fanfreluches en tout genre. Et quand ce ne sont pas les parents, c'ets l'entourage qui offre des Barbie-princesse-toute-rose-sur-sa-licorne. 

    Et là, vous me direz que ce n'est pas bien méchant de donner des jouets roses aux filles. Vous avez déjà vu les jouets pour filles ? Faites un tour dans un magasin de jouets. Côté fille : des poupées, de l'électroménager miniature, un balai "pour faire comme maman". Alors que tous les jouets un tant soit peu intéressants et éducatifs....se trouvent dans le rayon garçon.

    Un autre exemple : une amie à moi a voulu offrir un poupon à son neveu, son beau-frère a très mal réagit et ne voulait pas que son fils joue avec un truc de fille. Vous pensez, ça va le rendre payday un truc pareil. Et c'est comme ça qu'on en arrive à des métiers "de filles", inférieurs aux métiers "d'hommes". D'ailleurs, une femme qui devient ingénieur, on l'admire car elle a réussit à sortir de sa condition et à s'élever à une métier d'homme, donc valorisant. Reste à savoir qui s'occupera des enfants, car une femme veut forcément des enfants, hein, c'est connu. Alors qu'un homme qui fait un métier "de femme", déjà, il se rabaisse socialement et perd sa virilité. Mais sinon, on ne vit pas dans une société sexiste,non, non, non.

    D'ailleurs, la disctinction commence à l'école, avec le classique "les filles sonr nulles en maths". Comme si le gène des maths se trouvait sur le chromosome Y. Un exemple d'étude sur le sujet : on a demandé à des enfants de faire le même exercice en disant à un groupe que c'était des maths et à un autre que c'était de l'art plastique. Dans le groupe maths, les filles ont majoritairement foiré l'exercice, dans le groupe art, elles ont réussi aussi bien, voire mieux que les garçons. Vous connaissez la prophécie réalisatrice ? A force de dire quelque chose, ça devient vrai. A force de rabacher aux filles qu'elles sont nulles en maths, elles se persuadent que c'est vrai et partent perdantes. Et ensuite, on les orentiera vers une carrière où elles n'auront pas trop de responsabilités, elle pourront même se mettre à mi-temps pour s'occuper de leurs enfants. De toute façon, elles n'auront pas besoin d'un gros salaire, leur mari touchera sûrement plus qu'elles.

    we-can-do-it.png

    Autre chose qui m'irrite profondément, la littérature jeunesse où maman fait la cuisine pendant que papa se tourne les pouces lit le journal. La vaste majorité des livres pour enfants perpétue les clichés sur les sexes. A ce sujet, que vous soyez parent ou enseignant, je ne peux que vous conseiller cette liste de livres jeunesse non-sexistes, proposée par le site de l'association Adequations, où on retrouve entre autres Mathilda de Roald Dahl.

    D'ailleurs, je viens d'une famille atypique, puisque chez moi, c'est papa qui a arrêté de bosser pour s'occuper de moi. Je me souviens d'ailleurs très bien quand j'étais en maternelle et qu'on annonçait "l'heure des mamans", je reprenais tout le monde en disant que c'était "l'heure des parents". Si jeune et déjà féministe ^^ D'ailleurs, je suis tombée de haut lors de ma première visite dans ma future belle-famille en découvrant que mon beau-père ne participait jamais aux tâches ménagères. Autant vous dire que quand j'ai emménagé avec Mr Chinchilla, il a eu droit à une formation lessive, repassage, ménage et cuisine. De mon côté, je peux changer une roue, monter un meuble, installer une étagère et  changer un robinet. Merci papa et maman de ne pas m'avoir cantonnée aux poupées ! 

    Alors voilà, aujoud'hui, c'est la journée de la femme, on laisse un peu la parole aux féministes pour les ignorer le reste de l'année. D'ailleurs, rien que le fait qu'une telle journée existe prouve bien qu'il y a encore du boulot pour parvenir à l'égalité.

    D'ailleurs, on trouvera toujours quelqu'un pour dire que les féministes se fâchent tout rouge pour un rien, suffit de faire une petite blague sur les blondes et elles vous tombent dessus. Sauf que c'est pas juste une petite blague de temps en temps, ça devient une habitude. Et essayez de remplacer blonde par noir ou arabe, on verra su vous rigolez toujours.

    Je crois que je vais m'arrêter là, sinon je vais écrire des kilomètres sur les femmes objets, la violence conjugale, le viol et la violence de genre, les retouches des photos qui poussent les filles a détester leur corps, le monde du travail et j'en passe.

    domination.jpeg

    Je vous conseille juste d'aller faire un tour sur le site d'Arte ou son replay depuis votre télé pour regarder le documentaire La domination masculine qui a été diffusé hier (et m'a donné envie d'écrire ce billet tellement je me suis énervée devant le vendeur de jouets).