Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le largage amical

Je ne parle pas des sagouins qui te larguent en terminant pas un lapidaire "on reste amis". Non, je parle du fait de se faire larguer par un/e ami/e. Quand tu te fais larguer par ton mec/ta copine, à moins de tomber sur une raclure qui se dit qu'il/elle va se contenter de ne plus donner de nouvelles et que tu vas finir par comprendre, quand tu te fais larguer, tu le sais, ça fait mal, et c'est donc socialement accepter de faire la loque humaine le temps que ça aille mieux. 

Quand tu te fais larguer par un/e ami/e c'est bien plus insidieux. D'abord, pas de rupture "officielle", de "je te quitte", "tout est fini entre nous". C'est bien plus pervers, à un moment, tu te rends compte qu'on te donne moins de nouvelles, qu'on met des plombes à répondre à tes messages, qu'il y a des silences inconfortables, moins d'occasions de se voir. Mais le temps que tu réalises, les choses sont déjà bien avancées et vous n'êtes plus proches, juste de vagues connaissances. Et c'est là que ça fait mal, parce qu'au final, tu ne sais pas ce qui s'est passé, tu te demandes ce que tu as bien pu faire. Il y a des gens dont j'ai été très proche quad j'étais plus jeune et nous nous sommes éloignés, que ce soit parce qu'on a évolué différemment ou pour des raisons plus géographiques. Mais c'est bien différent de ces relations que tu as bâties une fois adulte et que tu pensais solides. Et comme il n'y a pas eu de rupture officielle, tu ne sais pas trop comment réagir. Officiellement, vous êtes encore amis, il n'y a pas eu de dispute, de coup de pute, de raison de ne plus s'adresser la parole et la personne en face fait comme si tout était normal. Et c'est là que les moyens de communications modernes te pourrissent un peu plus la vie. Quand comme moi tu as pas mal bougé depuis que tu as quitté le nid familiale, tes amis n'habitent pas forcément à deux rues de chez toi, et le prix du train ou de l'essence (quand ce n'est pas l'avion) étant ce qu'ils sont, vous gardez le contact pas internet. Et là, Facebook a un outil bien pervers pour te déprimer un peu plus quand tu repenses à ce que cette amitié était. Vas sur la page de la personne, clique sur le bouton "friends" et sur "see friendship" dans le menu déroulant. Tu peux alors voir tous les échanges entre cette personne et toi. Donc tu te rends compte qu'il y a encore deux ans, vous remplissiez vos murs respectifs de liens qui pourraient intéresser l'autre personne, de private jokes à tout va et autres petits mots d'encouragement. Et puis récemment, un petit  joyeux anniversaire, même pas très personnalisé ni très drôle, juste pour être poli quoi. Et je parle même pas des mails quasi-quotidiens ou des factures détaillées de portable qui affichent plusieurs centaines de SMS, toujours aux mêmes numéros.

Et rien que ça, ça fout un cafard pas possible. Qu'est-ce qui s'est passé ? Qu'est-ce que j'ai fait ? Pourquoi cette personne s'en bat manifestement l'oeil avec une patte de mouche morte et m'a éjectée de sa vie comme si de rien était sans prendre la peine de m'expliquer pourquoi ? 

Voilà, ce post ne sert absolument à rien si ce n'est à mettre des mots sur une grosse déception amicale qui me ronge depuis un moment et à laquelle je repense assez régulièrement. Alors oui, il n'y a pas mort d'homme, j'ai d'autres amis et une famille sur lesquelles je peux compter, mais il n'empêche que ça fait mal et que c'est d'autant plus dur à surmonter qu'on est dans un flou relationnel là où ça serait sûrement plus simple de se faire jeter et de tourner la page pour de bon.

La chose à faire serait peut-être d'en parler ouvertement, mais ça ferait de moi la personne qui met officiellement fin à notre amitié et je n'arrive pas à m'y résoudre (qui a dit maso ?) Peut-être que j'ai aussi peur d'entendre les raisons qui font que je me suis faite jeter. Je n'en sais rien en fait, peut-être que j'espère encore que les choses vont s'arranger ou alors que l'autre personne finisse par me dire clairement qu'elle n'a plus envie d'être mon ami/e. 

Voilà, c'était la minute thérapie de comptoir, bientôt, le retour de vos programmes ;)

Commentaires

  • Cet article me parle fort... C'est d'autant plus dur qu'il n'y a pas toujours de faute à attribuer et que ça commence innocemment. Je sais que moi-même je peux m'éloigner en me disant "quand j'aurai un peu plus de temps", "quand ce sera un peu plus simple", etc, et au final le fossé se creuse et on n'ose pas sauter par-dessus.
    Câlin pour toi, en tout cas *coeur*.

  • Ca arrive à tout le monde de s'éloigner mais quand c'est aussi...unilatérale disons, c'est douloureux à vivre.Merci et câlin aussi

  • Je ne sais pas de qui/quoi tu parles, mais je suppose que tu m'expliqueras ça bientôt. Je vis une période difficile depuis quelques temps et encore plus depuis quelques semaines pour la même raison. Alors, je compatis d'autant plus...

  • Arf, désolée pour toi, je compatis à ton compatissement (gné ?)

  • Les rapports humains sont compliqués... Et les déceptions amicales bien plus difficiles à digérer à mon sens que les déceptions amoureuses.

    Bon courage à toi et même si tu ne veux pas faire face je te conseillerais de provoquer une discussion avec cette amie (surtout pas virtuelle la discussion!). Même si ça doit te faire mal, ça le fera d'un seul coup et la situation sera plus saine. Peut être que cette amie ne vit pas les choses comme toi, peut être qu'elle n'a même pas conscience de ton mal être actuel :)

  • Je sais bien mais pour ça il faudrait déjà qu'on arrive à se voir et comme on n'habite pas juste à côté et qu'à chaque fois que je propose une rencontre ça reste sans réponse, je crois qu'on peut dire que ça sent le sapin... :-/

  • Cela m'est arrivé quelque fois, un peu trop, et à chaque fois c'est la même boule au ventre, les mêmes interrogations, remises en question etc... C'est limite pire qu'une rupture amoureuse, parce que là il y a une autre forme de confiance et d'investissement qui se brise... Bref... Des bisous.

  • Je me retrouve dans ce billet... Il m'est arrivé exactement ça avec quelqu'un que je pensais mon amie, vraiment. Et oui, il y a cette impuissance, cette impression de parler à un mur quand on essaie de reprendre contact. Mais bon, avec le temps, ça pince un peu quand on se rend compte que les raisons que la personne te donne (occupée, pas en forme) ne sont valables que pour toi. Ceci pour dire que je compatis.

Les commentaires sont fermés.