Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Interesting facts

  • Saint Patrick

    Comme le savent tous les alcooliques de France, de Navarre et d'ailleurs aussi, aujourd'hui c'est la saint Patrick, fête nationale de la République d'Irlande. J'en profite pour vous dire comment vexer un Irlandais : il suffit de lui dire que Saint Patrick était anglais, à quoi on vous répondra que non, il était gallois.

    J'en profite aussi pour vous raconter un peu comment Patrick est devenu saint patron de l'Irlande. Il parait que Patrick avait été fait prisonnier par des pirates irlandais et c'est lors de sa période de captivité qu'il devint très religieux. C'est ainsi qu'une fois échappé, il alla en France faire un master de christianisation, option saint patron. De retour de France, il retourne en Irlande dans le but d'évangeliser l'île. Pour ce faire, Pat doit aller causer avec ce païen de roi d'Irlande et c'est là qu'il a une super idée. Le jour de la fête de Beltane, à peu près équivalent du 1er mai, la tradition veut que ce païen de roi d'Irlande allume un feu depuis son palais sur la colline de Tara et attention, interdiction formelle d'allumer un feu avant lui, sinon ça va ch*** ! Et que fait Pat ? Il va sur la colline d'à côté, the hill of Slaine et hop, il allume un feu. Il ne lui reste plus qu'à griller des chamallows ou toute autre denrée grillable à sa porté et à attendre.

    IMG_3453.JPG

    La statue de Patou sur la colline de Tara, photo prise par votre humble seriteuse.


    Pendant ce temps-là, sur la colline de Tara, ce païen de roi d'Irlande voit le feu de Patou, se fâche tout rouge, prend ses clics, ses clacs et file en char (la Rolls royce de l'époque) sur la colline d'à côté pour savoir qui ose le défier bon sang de bonsoir, nan mais c'est quoi ce b*rdel ?!

    Ce païen de roi d'Irlande débarque sur la colline de Slaine et là, l'ami Pat lui sort son speech intitulé "10 bonnes raisons de se convertir au christianisme". Ce païen de roi d'Irlande se laisserait bien tenter mais demande des preuves et ou des explications. C'est là que Pat, dans un éclair de génie cueille un trèfle pour lui expliquer le concept de sainte trinité. Parait aussi que Pat aurait chassé les serpents d'Irlande. Je ne sais pas si vous êtes déjà allé en Irlande, mais il pleut au moins une fois par jour et 20°, c'est la canicule donc pas de quoi attirer les serpents, parait que c'est une métaphore pour parler de Satan. Le roi d'Irlande se convertit et comme ses sujets n'ont pas de personnalité, ils se convertissent aussi. Et c'est ainsi que Pat évangelisa l'Irlande, soufflant au passage la vedette aux deux autres saints patrons de l'ïle : Sainte Brigid et Saint Colum.

    Comment la fête à Patou est devenu une beuverie planétaire, ça, c'est une autre histoire.

    Reste que la façon de célèbrer la fête nationale en Irlande n'a rien à voir avec le défilé militaire du 14 juillet qu'on a en France. A Dublin, le festival de la Saint Patrick dure presque une semaine avec une fête foraine, des spectacles, des concerts et comme point d'orgue, une parade tendance carnaval qui se déroule dans O'Connell Street. Ensuite, tout le monde fait la fête (et picole) dans les rue et les pubs. Un fois joyeux, on essaie de danser des danses irlandaises traditionnelles dans un céili (bal traditionnel).

    Joyeuse Saint Patrick à tous !

    IMG_3236.JPG
    Ah ben zut, maintenant j'ai une folle envie de retourner à Dublin. Mais je sais bien qu'y aller en tant que touriste, ça ne sera jamais pareil qu'y vivre. Ca me file le bourdon tout ça.
  • Le jour de la marmotte (entre autres choses)

    ou Groundhog day est célébré le 2 février en Amérique du Nord. Pas besoin de vous expliquer, vous avez vu le film avec le génial Bill Murray et Andy McDowell avant que sa carrière ne se résume à des pubs pour des crèmes antirides. Si ce n'est pas le cas, je vous y encourage fortement et je suis sûre qu'une chaîne de la TNT vous fera une fleur en rediffusant le film un de ces soirs.

    groundhog_day.jpg

    Cette histoire de marmotte qui voit son ombre remonte à une tradition du Nord de l'Europe relative à la fin de l'hibernation des ours, remplacée chez nous par la fête catholique de la chandeleur. Et même si j'aime bien les marmottes, je préfère les crêpes ! Donc Mr Chinchilla fait des crêpes (moi, je révise, pas le temps de cuisiner).

    Pas grand chose à raconter, je n'ai toujours pas de vie et le concours blanc se rapproche dangereusement, plus que 10 jours !!! Mes profs me semblent de plus en plus incompétants, pas concernés, à l'ouest, rayer la mention inutile, et ça me stresse encore plus pour le concours. J'en profite pour remercier Kusa et Violette de m'avoir prêté leurs livres et Anne Shirley de m'avoir prêté ses cours (qui sont de vrais cours, pas comme ce que j'ai à l'IUFM).

    Je continue à lire de la littérature jeunesse et des livres trop passionnants sur la psychologie des nenfants, l'échec scolaire et autres sujets palpitants. Mais au rayon jeunesse de ma bibliothèque de quartier, je suis tombée sur L'étrange vie de Nobody Owens qui me faisait les yeux doux donc je l'ai emprunté. J'aime tellement que je vais sûrement me l'acheter (faut pas chercher à comprendre) mais en anglais (pour comparer certaines expressions un peu bizarres dans la VF avec l'original). Dommage parce que la couverture française est plus jolie pour une fois.

    nobody owens.gif The Graveyard Book.jpg

    J'essaie de maintenir un semblant de vie en dehors de RER-IUFM-révisions-dodo, je suis allée à l'expo sur Madeleine Vionnet qui se terminait le 31 janvier. Je fais partie de ces filles toujours en jean baskets qui ne peuvent pas s'empêcher de baver devant les belles robes, j'ai été servie. J'en ai profité pour découvrir le musée des arts décoratifs qui est très sympa mais énooorme. J'y retournerai pour l'expo Playmobils, mais pas un dimanche avec plein de nenfants que leurs parents laissent courir, sauter et hurler sans rien dire.

    vionnet.jpg

    Je suis aussi allée voir Mr Nobody, je n'ai pas trop le temps de m'étendre, je vous dirai juste que c'est très réussi esthétiquement, que les acteurs, dont Jared Leto über-graou, sont très bien et que l'histoire vous retourne un peu le cerveau dans le bon sen du terme mais qu'il manque un je ne sais quoi pour en faire un film dont je me souviendrai. En cela, mon avis se rapproche beaucoup de celui de Cachou je crois.

    Je suis aussi allée voir A serious man des frères Coen, moins drôle que ce que laissait présager la bande annonce mais un très bon film. Le personnage principale s'en prend plein la tronche et on a envie de le secouer un peu. Pour les fans de The big bang theory : l'acteur qui joue Howard a un petit rôle dans ce film :)

    mr nobody.jpg a serious man.jpg

    Je conclurai ce billet fourre-tout en disant que j'ai été assez déçue qu'on parle si peu de la mort de JD Salinger et pas du tout de celle d'Howard Zinn. Faut dire que le ferme célébrités, c'est tellement mieux pour vendre du Coca aux téléspectateurs...Bref, une petite relecture de L'Attrape coeur et d'Une histoire populaire des Etats-Unis sera au programme post-concours je crois.

    salinger.jpg zinn.jpg
    Sur ce, je retourne à mes exercices de géométrie, youpi...
  • Happy Burns day!

    Interesting fact du jour : Aujourd'hui 25 janvier, au pays-du-Loch-Ness-et-monstre-du, on célèbre la naissance du plus grand poète écossais : Robert Burns.

    robert_burns_1.jpg

    Né en 1759, Burns est considéré comme un pionnier du romantisme et une icône de la culture écossaise, même s'il est surtout connu en dehors de l'Ecosse pour être l'auteur du poème Auld Lang Syne, mis en musique des années plus tard.

    Et pour célébrer le fils préféré de l'Ecosse (rien que ça), on organise des "Burn suppers", comprenez, on se réunit pour manger du haggis et réciter des poèmes de Burns, dont le fameux Address to a Haggis. Ces dîners, célébrés depuis le début du XIXe siècle suivent toujours les même rituels et obéissent à un ordre bien codifié, alternant plats traditionnels écossais et toasts à n'en plus finir, et enfin, les invités se donnent tous la main et chantent Auld Lang Syne.

    Un jour, j'espère bien assister à un vrai Burns supper, de préférance en Ecosse, mais en attendant, je vais me contenter d'écouter la chanson, dans la version de Mairi Campbell (vous savez, celle qu'on entend dans le film Sex and City).

    Sinon, je dois bien pouvoir trouver du haggis digne de ce nom à Paris, non ? J'y ai goûté lors d'un séjour en Ecosse, il ne faut pas penser à ce qu'on met dedans, mais à part ça c'est bien bon.