Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

animation

  • Rango

    rango.jpg

    Un lézard (ou un caméméon ?) avec la voix de Johnny Depp qui parle tout seul pour tromper l'ennui et se prend pour un acteur se retrouve catapulté en plein désert du Mojave. Il va arriver dans un petite ville de bêbêtes très Far West dont il va se retrouver shérif à la suite de plusieurs quiproquo et va devoir aider ses habitants à récupérer leur bien le plus précieux : l'eau !

    Etrange film que ce dessin animé, entre western, film pour enfants, questionnements existentielles (qui suis-je), message écolo (faire des golfs dans le désert, c'est mal) et clins d'oeil à la carrirère de l'acteur (oh, un poisson volant. Eh, c'est pas Gonzo dans la décapotable là ?).

    Le début est assez barré et pas franchement compréhensible pour les enfants mais la suite l'est beaucoup moins avec une intrigue assez classique, des gentils gentils et des méchants méchants. 

    Les graphismes et les couleurs sont très bien, beaucoup plus réussis que certains films 3Difiés à la va-vite. Les références à d'autres films sont très présentes, en plus d'Arizona Dream et Las Vegas Parano, j'ai apprécié le moment énorme de l'esprit du désert en Clitis Wood version Le Bon, la brute et le truant, la référence à une scène d'Apocalypse Now un côté presque LOTR sous terre et évidemment, des scènes de westerns classiques comme le duel aux pistolets à midi pétante.

    Mais derrière ces clins d'oeil sympa, le film en lui même est très convenu et parfois un peu longuet. A voir en VO pour la voix de Johnny Depp (et aussi celle de Bill Nighy en serpent) mais pas indispensable. 

  • Cinés du mois de juillet : animation

    Le mois dernier, je suis allée voir 3 films d'animation au ciné.

    Despicable me

    Despicable Me Poster.jpg

    J'ai vu Despicable me au drive-in dans le Maine (je vous raconterai ça dans un prochain billet de voyage). Ce film qui sortira chez nous à l'automne sous le nom Moi, moche et méchant raconte l'histoire...d'un méchant. Un bon vieux méchant old school qui prend plaisir à faire le mal, vit dans une lugubre maison et fait peur aux gens. Son prochain coup : faire disparaître la lune, rien que ça ! Sauf qu'un autre méchant, plus jeune et plus ambitieux (et qui a un faux air de Bill Gates trop prononcé pour être une simple coïncidence) va lui mettre des bâtons dans les roues. Pour mettre son plan à exécution, notre méchant va adopter trois jeunes orphelines et, comme c'est souvent le cas dans les films d'animation, le vilain cynique va finir par devenir copain avec les gentilles et mignonnes orphelines. Bref, rien de révolutionnaire mais un film très drôle et bien réalisé avec des petits personnages tout jaunes et rigolos avec une drôle de voix.

    Voici la bande annonce :

     

    Shrek 4, il était une fin

    shrek 4.jpg

    Shrek, c’est sympa, innovant et drôle mais à force de nous servir des suites, ça devient un peu lassant. La dernière en date (et dernière tout court) nous invente donc une réalité parallèle où Shrek n'a jamais rencontré Fiona et où les ogres sont persécutés. Ce film m'a plus plu que le 3e volet des aventures de l'ogre tout vert mais ça sent quand même un peu le réchauffé. Après, je ne vais pas non plus bouder mon plaisir, le film est toujours aussi drôle, la BO plus qu'alléchante et les références à la pop culture toujours aussi bien faites. Le chat potté replet me rappelle un peu mon chat (même si j’ai du mal à l’admettre) et l’âne est toujours aussi drôle. Une bonne façon de dire au revoir à l'ogre vert, sa chérie, son pote l'âne et le chat potté donc.

     

    Toy Story 3

    toy story 3.jpg

    Croyez-le ou non, je n'ai jamais vu Toy Story. Mes parents ne m'amenaient pas au ciné quand j'étais petite et j'étais encore trop jeune pour y aller seule. Pour d'obscures raisons, je ne l'ai pas non plus vu à la télé. Mais je connais l'histoire (et je fais super bien Buzz au Time's up ^^) et il n'y a pas besoin d'avoir vu les précédents films pour comprendre celui-ci. Tous les enfants grandissent et finissent par laisser de côté les jouets avec lesquels ils se sont tant amusés. C'est le cas d'Andy qui prépare son départ à la fac et dont les jouets ne sont pas sortis de leur coffre depuis, pfiou, très longtemps. Les jouets finissent pourtant par atterrir dans une garderie, qu'ils prennent pour le paradis : des enfants qui vont enfin jouer avec eux !!! mais qui tourne vite au cauchemar avec des niards qui sont une vraie menace physique pour les jouets et un bisounours pas sympa et sa bande qui sèment la terreur. Seule solution : s'échapper, mais ça n'est pas si simple. Je ne sais pas si les fan des premiers films ont apprécié ce film, personnellement, je me suis bien amusée. Et il y a une peluche Totoro *__* !!!

  • A real nut job

    Bien stressée pour cause de non réponse au téléphone qui fait que je ne sais toujours pas si je pourrai faire mon stage, je suis tombée sur ce petit court métrage bien sympa où Scrat essaie encore et toujours d'attraper cette foutue noisette !

  • L'age de glace 3

    L'age de glace 3 affiche.jpgTout va bien pour nos bêbete de l'Age de glace, la vie suit son cours et Manny et Ellie attendent un heureux événement. C'est alors que Sid décide d'adopter des oeufs qui ne sont autres que des oeufs de dinosaures. Ben vi, figurez vous que les grosses bestioles qu'on croyait éteintes vivent dans un monde souterrain ! La maman dino n'apprécie pas trop et embarque Sid dans ce monde perdu (tiens, j'ai déjà entendu ça...) et ses amis partent à son secours. Le monde des dinosaures est rempli de dangers que nos héros ne sont absolument pas préparés à affronter. Heureusement, il rencontre une fouine/belette (pas sûre) chasseur de dino un peu zinzin, appelé Buck, doublé par....Simon Pegg !!! J'adore cet acteur et il est génial dans ce rôle/doublage. Comment la bande va-t-elle s'en sortir ? Et surtout, Scrat l'écureuil finira-t-il par attraper sa noisette ?

    Je ne l'ai pas vu en 3D mais j'ai trouvé l'animation toujours aussi bonne, si ce n'est encore meilleure que dans les deux précédents opus. Certaines scènes devaient effectivement mériter le détour en 3D, mais que voulez-vous, moi je préfère la VO en illimité. L'histoire n'a rien de révolutionnaire mais ça se tient quand même et l'humour est au rendez-vous. Les scènes s'enchaînent sans temps mort et on ne voit vraiment pas le temps passer.

    J'avais vraiment été déçue par Shreck le troisième mais L'Age de glace 3 est bien meilleur. Certes, on sent bien que l'originalité du premier n'est plus vraiment présente mais j'ai quand même passé un très agréable moment et ri de bon coeur. Certaines blagues s'adressent évidement à un public très jeune mais il y a aussi énormément de références qui plairont aux adultes, un film familial donc, dans le bon sens du terme !

    Je suis du genre à me méfier de l'ajout d'un nouveau personnage pour booster un peu l'histoire mais Buck est absolument tordant en survivor de la jungle / chasseur de dino frapadingue qui se parle à lui même, la scène du caillou portable est d'ailleurs hilarante.

    l'age de glace 3 buck.jpg

    Les aventures de Scrat sont également très drôles, avec un triangle amoureux entre lui, la miss écureuil et...la fameuse noisette qu'il poursuit depuis le premier film.

    l'age de glace 3.jpg

    Oh et le bébé mammouth est trop choupinounet, j'en veux un, j'en veux un, j'en veux un !!!!

    l'age de glace 3 bébé.jpg

    Au final, une suite honnête et un bon divertissement, rien de tel pour se changer les idées et se muscler les zigomatiques.

  • Coraline

    Coraline affiche.jpgLes parents de Coraline viennent d'emménager dans une vieille baraque au milieu de nul part. Comme si ce n'était pas assez, les dits parents sont tellement pris par leur travail qu'ils ne prêtent aucune attention à Coraline. Et ce n'est pas les voisins un poil déglingos qui vont la distraire, ni le seul enfant de son âge qu'elle rencontre et qui est plutôt du genre boulet ascendant moulin à parole.

    Coraline 3.jpg

    Bref, Coraline s'ennuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie et en plus il pleut.

    C'est alors qu'elle découvre une porte toute petite dans le mur et qui donne...sur un mur de briques. Sauf que, quand elle se relève en pleine nuit et va ouvrir la porte, elle n'est pas condamnée mais ouvre sur un monde parallèle où tout est tellement plus beau et tellement mieux que dans la réalité. Ses autres parents sont tellement plus attentifs. Son autre mère lui cuisine de bons petits plats, son autre père joue du piano et s'occupe d'un jardin enchanteur, et le voisin boulet ne parle pas. Bref, tout serait vraiment super dans ce monde-là, si ce n'est que les gens ont des boutons à la place des yeux. Etrange....et Coraline commence à s'inquiéter quand ses autres parents lui demandent de se coudre des boutons sur les yeux pour pouvoir rester avec eux dans cet autre monde tellement plus beau.

    coraline 5.jpg

    Pas très rassurée, Coraline essaie de repartir dans son monde et c'est là que son autre mère montre son vrai visage, et le moins qu'on puisse dire, c'est que ce n'est pas joli joli. Coraline va devoir se montrer courageuse pour sauver ses vrais parents.

    coraline 1.jpg

    Coraline est adapté d'un livre de Neil Gaiman (qui a déjà atterri sur ma PAL) et même s'il est considéré comme un livre/film pour enfants, c'est quand même assez sombre. Aux commandes, Henry Selick, qui n'est autre que le réalisateur de L'étrange Noël de M. Jack. Pas la peine de dire que les images sont absolument superbes, surtout le jardin de l'autre monde. La réalisation est vraiment très bien, par exemple, la première fois qu'on découvre ce jardin, on le trouve superbe, plein de couleurs, mais quand Coraline y retourne, il se fait étrange et effrayant.

    coraline jardin.jpg

    L'histoire est très bien racontée, les décors sont superbes, la musique colle très bien (pas convaincue par les parties chantées, j'avoue). Et puis, ça fait du bien de voir un film d'animation pas entièrement fait à l'ordinateur mais à l'ancienne, filmé mouvement par mouvement et qui finit par donner un résultat vraiment époustouflant.

    J'ai beaucoup aimé à chaque fois le parallèle entre la journée de Coraline dans le monde réel et dans cet autre monde, à chaque fois elle rencontre les mêmes personnages mais les choses se passent de façon complètement différente. L'histoire m'a vraiment fait penser à Alice au pays des merveilles, sauf que le Cheshire cat ressemble a une vieux matou maigrelet.

    coraline chat.jpg

    L'ambiance un peu dark, l'univers inquiétant et enchanteur de Coraline m'ont vraiment transporté. J'avais peur d'être déçue par la comparaison avec L'étrange Noël ou les Noces funèbres, mais pas du tout, agréable surprise au contraire.