Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lucy maud montgomery

  • Looking for Anne of Green Gables

    looking-for-anne-of-green-gables.jpegLe challenge Lucy Maud Montgomery se terminait en 2010, je suis donc un peu en retard mais pour ma défense, je dirai que j'ai effectivement lu ce livre en 2010 mais que je n'ai pas eu le temps de poster avant.

     

    Comme le laisse présager son titre, il raconte la création du personnage le plus connu de l'auteur : Anne Shirley. A travers ce processus de création, on découvre aussi la vie de l'auteur. Ce livre n'est donc pas une biographie au sens strict du terme mais plutôt la découverte de tout ce qui a influencé Lucy Maud Montgomery dans l'écriture de son roman.

    Et ce livre est tout simplement passionnant ! Me plonger dans les coulisses de la création littéraire et dans la vie de l'auteur à cette époque était un véritable plaisir à chaque fois que je retrouvais ce livre. Il propose de nombreuses photographies de l'auteur et de ses proches, des reproductions de magazines, dont la photo de la jeune fille qui a inspiré le visage d'Anne :

    evelyn_nesbit.jpg

    Irene Gammel a vraiment fait un travail fouillé en recherchant les vieux magazines que lisait LMM à l'époque, en étudiant son journal et ses échanges épistolaires pour proposer un livre très étoffé qui ne laisse de côté aucune piste pouvant mener à l'écriture d'Anne of Green Gables. Car on se penche aussi sur le mythe de la jeune orpheline, thème assez courant à l'époque dans la littérature enfantine, mais pas que. Le personnage d'Anne est donc un certain aboutissement de ce genre car s'il reprend certains codes, il les détourne ou les dépasse pour créer un personnage tellement marquant qu'il en efface ses prédécesseurs.

    Si le parallèle entre la vie de LMM et son livre sont souvent mis en avant, personnellement, c'est surtout à Emily of New Moon que j'ai pensé. En effet, cette saga est la plus autobiographique de LMM, on y retrouve donc pas mal d'éléments de sa propre vie, notamment une relation plus que difficile avec sa famille maternelle et l'absence d'un père très idéalisé (décédé dans le roman, parti dans l'ouest avec sa nouvelle épouse IRL). Cette absence de vraie famille, LMM la compensera dans son roman par le foyer que Marilla et Matthew donnent à la jeune orpheline.

    L'auteur insiste aussi beaucoup sur l'importance des amitiés féminines dans la vie de LMM. Ses amies proches auront toujours plus d'importance pour elle que sa vie amoureuse, son mariage étant d'ailleurs un échec. Ces relations fortes se retrouverons dans le livre avec l'amitié qui unit Anne et Diana. 

    Comme je l'ai dit, ce livre nous en apprend aussi beaucoup sur la vie de LMM à cette époque. Une vie pas très joyeuse, avec des hivers interminables, une grand-mère vieillissante dont elle doit s'occuper et une famille qui aimerait bien la voir mariée comme il convient. Si le monde créé par LMM est si débordant de vie et heureux, c'est aussi pour oublier son propre état dépressif et ses problèmes personnels. N'étant pas moi-même dans une période très joyeuse à la lecture de ce livre, je pense que j'ai eu encore plus de sympathie envers elle.

     

    Ainsi se termine le challenge LMM, mais je compte bien continuer mon chemin à travers l'oeuvre de cet auteur :-)

    logo.jpg

  • Anne of Green Gables - les téléfilms

    Bon, en fait, alors, donc. Je continue le challenge LMM d'Anne Shirley et me voilà à la phase "visionnage des téléfilms", sauf que je ne les ai pas sous la main et je ne pense pas avoir le temps de me les procurer et encore moins de les visionner d'ici la fin de l'année donc en bonne feignasse qui se respecte, je copie-colle mon avis posté sur The Inn at Lambton l'an dernier (en même temps, je n'ai pas changé d'avis depuis). *ATTENTION SPOILERS*

    lmm.jpg

    Ce qui nous donne:

    Premier téléfilm :

    Que de souvenirs du dimanche après-midi sur Meuh6. Je ai trouvé ce premier téléfilm très fidèle au premier livre. Megan Fellows est très bien pour ce rôle, même si on arrive difficilement a croire qu'elle a treize ans au début, et pour cause, elle en avait 17. Mais ça ne m'a pas gêné plus que ça.
    Mathew est aussi adorable que dans le livre , je suis fan de la scène où il achète un râteau et du sucre parce qu'il n'ose pas demander à voir les robes. D'ailleurs la vendeuse joue le rôle de la tante de Sarah dans Les Contes d'Avonlea. Et l'actrice qui joue l'autre tante de Sarah a aussi un petit rôle dans ce téléfilm (l'actrice que déclame avant Anne à l'hôtel), comme quoi, même sur l'île du prince Édouard, toutélié. Bref, j'ai retrouvé la bonne humeur et les personnages attachants du livre !

    anne 1.png
    Deuxième téléfilm:
    Bon, je ne suis pas sûre que c'était l'idée du siècle de "squeezer" trois livres en un film, même s'il dure trois heures. Enfin, je me suis amusée à essayer de reconnaitre les intrigues des livres dans celle du téléfilm. Morgan Harris faisant office de Roy de rechange, bah, pourquoi pas. La scène de la poursuite de la vache dans la gadoue est géniale, surtout cette pauvre Diana avec sa robe immaculée ^^.
    Il y a plus de scènes d'amuuur entre Anne et Gilbert et  mon petit coeur de midinette ne s'en plaint pas. Ah, la scène où Gil annonce à Anne qu'il est fiancé...Ca ne se passe pas du tout comme ça dans le livre mais bon, pas grave XD Au final, je suis un peu déçue que le film s'attaque à trois tomes d'un coup avec les inévitables coupes que ça occasionne mais ça se laisse regarder.

    anne_marilla.jpg
    Troisième téléfilm :
    Première réaction Anne a pris un méga coup de vieux. Sur la jaquette du DVD il est écrit qu'elle a 25 ans mais on lui en donne facilement 10 de plus. Sa voix est beaucoup plus grave (je suppose qu'en VF c'est la même actrice qui double donc ça ne se remarque pas). On essaie donc de nous faire gober que 5 ans se sont écoulés depuis le dernier téléfilm (mais bien sûr), qu'Anne et Gil ne sont toujours pas mariés et que c'est la guerre . Ils reviennent à Avonlea, Diana est devenu une bourge prétentieuse , Green Gable est à moitié à l'abandon ben vi, sans l'arrivée des jumeaux dans le téléfilm précédent, personne pour reprendre la ferme. Et là ça vire au grand n'importe quoi, Gil va travailler dans un grand hôpital à New York, Anne le suit et travaille dans l'édition et un écrivain lui vole sont manuscrit Ils finissent par en avoir marre et retournent à Avonlea. Mais c'est la guerre (je l'ai pas déjà dit ça ?) et Gil s'engage dans l'armée, épouse Anne et part au front dans la foulée Pouf, 1918, comme Anne n'a pas de nouvelles de Gil, elle s'engage dans la Croix rouge pour le retrouver Et là je me suis ennuyée ferme (encore pire qu'avant) jusqu'à ce qu'Anne retrouve Gil. Bon ok, épouser Gil et devenir la femme du docteur Blythe avec une ribambelle de gosses, ce n'est peut-être pas assez mélodramatique pour les producteurs, mais là ça frise le ridicule. J'ai vraiment eu l'impression qu'on nous avait inventé de toutes pièces une histoire, pas hyper intéressante qui plus est, et qu'on a collé l'étiquette Anne of Green Gables dessus pour faire vendre. Pourtant j'aurais bien voulu voir le Capitaine Jim moi.

    anne3.jpg 

  • Emily's quest

    emily's quest.jpgMe voici déjà arrivée à la lecture du troisième et malheureusement dernier tome des aventures d'Emily. Ce tome m'a paru un peu plus triste et mélancholique que les précédents.

    Les amis d'Emily sont partis faire quelque chose de leur vie alors qu'elle reste seule à New Moon avec ses tantes et le cousin Jimmy. Au bout de seulement quelques chapitres, voilà qu'elle se blesse et doit garder le lit, je vous laisse imaginer ma tête, moi qui m'attendais à une lecture qui remonte le moral...

    Emily est maintenant une jeune femme et son entourage attend évidemment qu'elle se comporte comme on l'attend des membres de son sexe, comprenez : qu'elle se marie avec un jeune homme approuvé par les Murray, s'installe avec lui et fasse des enfants. Seulement, vous vous doutez bien qu'une forte tête comme Emily ne va pas se conformer aux usages et ça va jaser de Blair Water à Shrewsbury. Entre les amoureux éconduits et les histoires terminées aussi vite qu'elles ont commencé, les commères se régalent.

    Il faut dire qu'Emily ne peut s'empêcher de penser à son ami d'enfance, Teddy Kent. La fierté et l'imagination un peu trop fertile d'Emily font qu'elle est persuadée qu'il ne s'intéresse pas à elle, voire qu'il se moque d'elle. Et là, on a envie de la secouer un bon coup. Car si pour le lecteur, c'est flagrant que ces deux-là sont faits l'un pour l'autre depuis le premier livre, ils vont passer un sacré bout de temps à jouer à je te suis, tu me fuis, je te fuis, tu me suis.

    La carrière d'Emily prgresse également mais elle doit affronter de nombreuses déceptions avant d'enfin publier son premier livre. Ses prochent s'imaginent d'ailleurs se reconnaître dans certaines de ses publications et ses voisins racontent qu'il ne faut pas la contrarier, sinon elle vous mettra dans sa prochaine histoire, ce qui m'a beaucoup fait rire.

    lmm.jpg

    Bref, ce livre est un peu moins joyeux que les précédents mais le style de Lucy Maud Montgomery est toujours aussi agréable à lire et je l'ai donc dévoré aussi vite que les deux précédents. Je suis triste de laisser cette héroïne que j'ai vraiment appréciée au fil de ma lecture et aussi un peu frustrée de ne pas savoir ce qui va lui arriver ensuite. Je n'aurais pas dit non à un quatrième tome ^^.

    Je remercie encore Anne Shirley de m'avoir fait découvrir cette série !

  • Emily climbs

    Emily climbs.jpgVoici enfin mon billet sur le deuxième tome des aventures d’Emily Starr. Nous suivons la demoiselle au lycée de Shrewsbury. Pour la peine, Emily quitte New Moon et va vivre avec un autre membre de la famille. Vous trouviez tante Elizabeth revêche ? En comparaison avec tante Ruth, vous la trouverez sympathique et aimante. Tante Ruth, c’est limite l’antéchrist XD Elle est toujours sur le dos d’Emily, la traite de menteuse et imagine toujours le pire de sa nièce. Autant dire que si Emily s’épanouie au lycée, la cohabitation avec tante Ruth n’est pas toujours aisée.

    Heureusement, elle rentre aussi souvent que possible à New Moon et ses amis d’enfance sont aussi à Shrewsbury. Et le talent d’Emily commence à être reconnu, ses écrits étant publiés dans des magazines et lui rapportent même de l’argent. Petit à petit, la famille Murray reconnaît enfin qu’Emily est douée pour écrire et peut en tirer un revenu certain.

    Au fil du livre, on suit le passage d’Emily du monde de l’enfance à l’âge adulte, avec son cortège d’enthousiasmes et de déceptions.

    Ce qui m’a beaucoup marquée, c’est le poids des conventions sociales qui pesaient sur les jeunes filles à l’époque. J’étais déjà au courant mais j’ai vraiment eu un sentiment d’injustice face à la situation décrite dans ce livre où la pauvre Emily doit faire face à d’affreux ragots, heureusement, sa famille sait être là quand il faut. Le pauvre cousin Andrew, envoyé par la famille pour faire la cour à Emily et s’assurer qu’elle fasse un mariage qui leur plaira est assez ridicule et la façon dont Emily réagit prouve sa force de caractère.

    Une autre qui m’a par contre mise mal à l’aise, c’est le comportement de Dean. On voit très bien qu’il a des sentiments pour Emily alors qu’elle aurait l’âge d’être sa fille. Je sais bien qu’il n’en dit rien et que les mariages entre de très jeunes filles et des hommes plus âgés était monnaie courante à l’époque mais moi ça me dérange quand même de voir Dean attendre qu’Emily grandisse pour qu’il puisse la courtiser. Beurk !

    Encore une lecture très agréable et qui m’a donnée envie (comme toujours) de me jeter sur la suite et d’aller visiter l’Ile du Prince Edouard.

    lmm.jpg

  • Emily of New Moon

    emily-of-new-mmon.jpgAprès avoir terminé la sage d'Anne of Green Gables et lu les deux tomes des Chroniques d'Avonlea, je continue ma découverte de l'œuvre de Lucy Maud Montgomery avec la lecture d'Emily of New Moon dans le cadre du challenge organisé par Anne Shirley.

    Emily Starr, 12 ans, vient de perdre son père et doit aller vivre avec sa tante Elizabeth, une femme pas franchement sympathique, à la ferme familiale de New Moon. Contrairement à ce qu'elle pensait, la fillette va se plaire à New Moon et va se faire de nombreux amis. Ajoutons qu'Emily a une ambition dans la vie : devenir écrivain ! Tout un programme donc.

    Au bout de quelques pages, je savais déjà que j'allais adorer ce livre ! Le personnage d'Emily est attachant, elle a le chic pour se mettre dans des situations pas possibles mais sait ce qu'elle veut dans la vie et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Les autres personnages sont très bien croqués, de l'acariâtre tante Elizabeth à la gentille tante Laura en passant par le cousin Jimmy, pas tout là parce qu'il est tombé la tête la première dans un puits enfant.

    Le style du LM Montgomery est toujours aussi agréable et ses descriptions de la nature me donnent toujours autant envie de m'envoler pour l'Ile du Prince Edouard.

     

    emily18.jpg

     

    Evidemment, il est difficile de ne pas comparer Emily avec Anne mais les histoires sont très différentes selon moi. Certes les deux héroïnes ont le même âge et son orphelines mais Emily semble plus humaine et réaliste qu'Anne, elle est également très ambitieuse et sait ce qu'elle veut faire de sa vie. Sa relation avec sa meilleure amie, Ilse, n'a rien à voir avec celle d'Anne et Diana puisqu'elles passent leur temps à se disputer et qu'Ilse est un vrai garçon manqué. Là où Anne n'a pas vraiment de passé, Emily prend vite conscience qu'elle est la descendante des fiers Murray de New Moon et qu'elle a une ribambelle d'ancêtres hauts en couleurs. On retrouve cependant ce qui fait le charme des livres de LM Montgomery : la vie d'une petite communauté rurale du tournant du siècle avec sa galerie de personnages bien croqués et de petites aventures qui font tout son charme.

     

    lmm.jpg

     

    J'ai dû me faire violence pour ne pas me jeter sur la suite tellement j'ai adoré ce livre. J'ai d'ailleurs déjà lu le deuxième tome et si ça ne tenait qu'à moi, j'aurais lu les trois tomes à la suite mais j'ai peur de m'emmêler les pinceaux pour rédiger mes billets donc je vais déjà publier mon avis sur le tome deux avant de lire la suite (oui, je sais, je suis maso ^^).

    En cherchant de quoi illustrer ce billet, j'ai découvert qu'il existait une daptation de cette saga (d'où la photo est extraite) ainsi qu'une version manga dont je n'avais jamais entendu parler. Quelqu'un connaît ?