Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

source code

  • Source code

    cinéma,source codeUn home se réveille en sursaut dans un train de banlieue. Rien de très spécial si ce n’est qu’il n’est pas lui et que 8 minutes plus tard le train explose. Gné ?

    En fait, l’homme en question est Colt Stevens, un pilote d’hélicoptère qui a été transféré dans un centre de recherche mystérieux et qui est envoyé dans le corps d’un passager du train en question pour revivre les 8 dernières minutes de la vie de ce dernier afin de découvrir qui est le terroriste responsalbe de l’explosion. A la clé, la sécurité de la ville de Chicago toute entière menacée par le terroriste qui ne compte pas rester là.
    Autant dire qu’être enfermé on ne sait pas trop où pour revivre les même événements à répétition et exploser plusieurs fois de suite n’est pas très agréable maos Colt n’a pas le choix.

    cinéma,source code



    Je n’étais pas emballée à l’idée de voir ce film mais avec une carte illimitée, on peut se permettre d’aller voir des films bof, donc pourquoi pas. Et finalement, c’est plutôt une bonne surprise. Source code est un film de SF plutôt bien fichu. Le scénario tient la route et Jake Gyllenhal est très bon dans ce rôlel de pilote d’hélico qui doit sauver le monde.
    Le film ne dure qu’un heure et demie mais il faut dire que revivre la même séquence de 8 minutes à plusieurs reprises, même s’il ne se passe jamais exactement la même chose est un peu lourd donc heureusement que ça ne dure pas plus longtemps.
    L’histoire est prenante : Colt va-t-il réussir à trouver le terroriste et à sauver le train ? Qu’est-ce qu’il fout là et que lui est-il arrivé au juste ? La situation fait qu’on s’intéresse à l’action mais aussi au sort des personnages, en particulier celui de Colt car on découvre les choses en même temps que lui.

    cinéma,source code

    Un bon film au scénario plus complexe que ne le laisse penser la bande annonce mais pas non plus complètement prise de tête car si on évoque bien un paradoxe, c’est vers la toute fin du film et on ne rentre pas dans les détails.