Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

terry pratchett

  • La huitième fille

    huitième fille.jpgAujourd'hui, c'est l'anniversaire de Terry Pratchett et pour fêter ça, j'ai lu un de ses livres. Et quand je vois l'heure qu'il est, je me dis qu'un peu plus et je ne terminais pas dans les temps, pfiou.

    Longtemps, j'ai résisté aux Annales du Disque-Monde. Tout simplement parce que lire un tome voulait dire ajouter un sacré nombre de livres à ma PAL virtuelle et elle n'a pas besoin de ça. Mais bon, une bonne(???) âme m'a offert les deux premiers tomes et me voilà tombée dedans. J'ai décidé d'y aller lentement et je n'en suis donc qu'au troisième tome : La Huitième fille.

    Car voyez-vous, sur le Disque-Monde, les pouvoirs des mages se transmettent de huitième fils en huitième fils. Sauf que là, le huitième fils...est une fille. Et que comme le monde des mages n'est pas très ouvert à la modernité, on n'a jamais entendu parler de femme mage, c'est contraire à la tradition, vous voyez. La petite Eskarina, Esk pour les intimes, montre portant des signes de magie, il n'y a là aucun doute. Mémé Ciredutemps, sorcière attitrée du village de Trou-d'Ucques, prend donc la fillette en apprentissage mais ça ne sera clairement pas suffisant.

    Ce troisème tome est toujours aussi agréable à lire, on y retrouve le style original et l'humour décalé qui m'ont plu dans mes lectures précédentes. La Mort parle toujours en majuscule, les jeux de mots sont légion et puis la référence à Lovecraft et le "Nécrotélécomnicon" sont absolument parfaites.

    Le personnage d'Esk est plutôt sympa à suivre et je suis fan de Mémé Ciredutemps, avec ses chèvres et sa têtologie. Mais bon faut dire que les sorcières, c'est plutôt cool en général de mon point de vue. L'intrigue est sympa à suivre, et j'ai continué ma découverte du Disque-Monde et de ses habitants.

    Bref, ce fut un plaisir de retrouver le monde déjanté de Terry Pratchett et j'ai les quatre tomes suivants  sous la main pour quand l'envie me reprendra d'y refaire un tour.

    Un billet pas très long et un avis pas très fouillé mais hey, j'ai encore des trucs à faire avant d'aller dodoter.

    Bonne soirée et à bientôt pour de nouvelles lectures dans le cadre du challenge Geek :)

    geek.jpg

  • Un livre, ça va

    c'est quand il y en a plusieurs que ça pose problème.

    Et comme j'ai toujours le temps de lire, mais pas trop de de bloguer, on va faire simple avec un billet pêle-mêle de mes lectures de novembre.

    de bons presages.jpgDe bons présages

    Je continue ma découverte de Neil Gaiman, cette fois en compagnie de Terry Pratchett avec un bouquin délirant et génial. Un ange et un démon, bien contents de se la couler douce sur terre, décident d'arrêter l'apocalypse qui va avoir lieu dans 11 jours. Mais tout ne se passe pas comme prévu car l'Antéchrist est en fait un gamin de 11 ans qui fait les quatre cents coups avec ses potes dans un village du Sud de l'Angleterre et celle-là, même les cavaliers de l'apocalypse ne l'avaient pas vue venir. J'ai adoré ce livre, à la fois loufoque et très réfléchi, avec sa propre mythologie et des références culturelles qui ne pouvaient que me plaire, dont le fameux précepte selon lequel toute cassette laissée plus de deux semaines dans une voiture se transforme inévitablement en Best of Queen. Et là, j'en vois déjà qui vont me dire de lire d'autres œuvres de Pratchett. C'est prévu, c'est juste que j'essaie de résister aux Annales du disque monde pour l'instant parce que si je m'y mets, ça va atomiser ma PAL.

     

    la grammaire est une chanson douce.jpgLa Grammaire est une chanson douce

    Ce livre, c'est Anne Shirley qui me l'a offert pour célébrer mon entrée dans le monde merveilleux des maîcresses. D'ailleurs, c'est trop un truc de maîcresses parce que la MF qui suit un de mes collègues PES l'utilise en classe (et là, grâce à Anne Shirley, comment j'ai pu ressortir ma science XD). Mais ce livre n'est pas réservé aux prof, loin de là, je pense même qu'il pourra réconcilier les plus réfractaires avec la grammaire. Imaginez l'histoire de deux enfants rescapés d'un crash aériens et qui se retrouvent incapables de parler et atterrissent sur une île. Loin d'être déserte, elle est peuplée de gens qui aiment les mots et de mots : des noms, précédés d'un déterminant à clochette pour les annoncer et qui parfois se marient avec des adjectifs. C'est un conte, c'est doux, c'est rigolo, ça se lit vite et c'est un véritable plaisir du début à la fin.

     


    the strain.jpg

    The Strain

     Vous en avez marre des vampires mollassons qui ne se repaissent plus de sang humain pour le quatre heures ? Alors ce livre est fait pour vous. Guillermo del Toro, à qui l'ont doit notamment Le Labyrinthe de Pan, et Chuck Hogan nous racontent une histoire de vampires plus proches des zombies que des mormons et qui fait peur, pour de vrai. Je vous explique : un avion atterrit à New York et puis pouf, plus rien, tout le monde est mort. Et ensuite, les corps disparaissent de la morgue et il se passe des trucs bizarres (et dégueu) un peu partout. Seuls quelques personnes réalisent vraiment ce qui se passe et essaient alors de lutter contre l'invasion. Ce livre est extrêmement bien fait avec des flash backs expliquant l'origine des vampires, des explications très détaillées sur le fonctionnement du corps des vampires et la confrontation d'habitants encore pas tout à fait remis du 11 septembre avec un truc incroyable et effrayant. Le suspense monte petit à petit depuis le début du livre jusqu'à devenir insoutenable et il n'y a même pas besoin de raconter dans les détails les scènes où les vampires se nourrissent, les auteurs se contentent de les suggérer, ce qui les rend encore plus horribles. Je n'ai qu'une chose à dire : prévoyez de la place au congélo avant d'entamer votre lecture !

     

    maurice.jpgMaurice

    J'ai vu l'adaptation d'Ivory (avec Hugh Grant tout jeunot mit pilosité faciale) il y a quelques années et comme toujours j'ai mis pas mal de temps avant de lire l'original. Maurice, jeune homme issue de la bourgeoisie de la City londonienne rencontre Clive, jeune propriétaire terrien, à Cambridge. Les deux jeunes gens se rapprochent et entame une relation amoureuse, ce qui est franchement mal vu à l'époque. Car Maurice, s'il a été publié en 1970, après la mort de Forster, a été écrit en 1913. Et ce qui m'a marquée, c'est sa modernité, malgré le fait qu'il date de presque un siècle. Modernité car il présente une histoire d'amour entre deux hommes (chaste il est vrai) à une époque où la chose était tabou et considérée comme une perversion ou une maladie. Forster aborde aussi la société de classes et notamment la déliquescence de la landed gentry à travers l'état de délabrement du domaine de Clive et son mariage si respectueux des convenances mais sans amour. Si Clive semble plus ouvert au début du roman, son attitude par la suite m'a surprise et déçue : Pouf, je vais en Grèce et je découvre qu'en fait, je ne suis pas homo, donc je t'abandonne comme une vieille chaussette. Je me suis d'ailleurs demandée si c'est à cause de la pression sociale que Clive réprime sa vraie nature ou alors s'il n'abordait l'homosexualité que d'un point de vue intellectuel, influencé par les classiques grecs. Bref, vaste débat. Reste que le style est sublime et que les sentiments et les états d'âme de Maurice sont magnifiquement dépeints.