Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

That's just me

  • Cher Kurt

    Vous l'aurez peut-etre remarqué, on fête (bien mauvais choix de mot) ce mois-ci les 20 ans de la mort de Kurt Cobain. Bon, techniquement, la date exact c'était le 5 avril mais c'eut été tellement prévisible de publier un billet ce jour-là (pis aussi j'avais pas le temps). Pour marquer le coup, j'ai donc réécouter les albums de Nirvana et j'ai eu envie d'en parler directement à l'intéressé.

    musique,nirvana,kurt cobain

    J'avais cette photo en poster dans ma chambre quand j'avais 12 ans

     

    Cher Kurt,

    Quand j'ai commencé à écouter ta musique, tu étais déjà mort.

    Quand ton groupe a sorti son premier album, je vivais la vie oisive d'une élève de maternelle qui finit toujours ses exercices super vite pour aller jouer.

    Quand vous avez sorti Nevermind, j'apprenais à écrire.

    Quand tu es mort, j'avais 9 ans et j'étais super contente parce que ma classe partait en classe verte faire du poney. Bref, j'avais pas vraiment les mêmes priorités. Les grands fères et grandes soeurs de mes petits camarades étaient sûrement très affectés mais en tant que fille unique, je n'ai pas vraiment remarqué.

    C'est en entrant au collège que j'ai commencé à écouter ta musique. Parce qu'autant l'école primaire c'était cool, autant le collège, j'ai détesté. Qu'est-ce que j'ai pu regretter ma petite école de quartier, ses grandes fenêtres desquelles on pouvait regarder les écureuils dans les marronniers, ses vieilles salles de classes avec leurs pupitres en bois, la bibliothèque avec une édition géante du Prince de Motordu. L'arrivée au collège a été un choc, le bâtiment le plus laid et déprimant possible, peuplés de djeuns en pleine puberté, le cauchemar ! Pour ne rien arranger, j'ai dû commencer à porter des lunettes et comme j'avais des bonnes notes et que j'étais plutôt timide, j'ai tout de suite été étiqueté "intello". Je ne sais plus comment je me suis intéressée à ta musique, j'ai sûrement croisé ta tronche sur les t-shirts noirs d'ado qui se pensaient rebelles. Ca faisait deux an que tu n'étais plus mais les albums de Nirvana étaient disponibles chez tous les bons disquaires mais surtout au supermarché du coin.

    musique,nirvana,kurt cobain

    Pis j'avais un t-shirt avec cette photo dessus

    Ca peut paraître un poil exagéré mais je pense vraiment que ta musique m'a aidé à survivre à la fin de mon enfance, cette période assez foireuse faite d'acné et de spleen qui ne laisse que des mauvais souvenirs. Tu as en plus eu la délicatesse de ne pas dire trop de conneries en interview, voire même de dire des trucs intelligents, refusant de tomber dans le machisme, l'homophobie ou l'apologie de la drogue et ça c'est cool. Tu m'a aidé à survivre au collège, ce microcosme où il faut rentrer dans le rang, être comme tout le monde si tu veux qu'on te foute la paix. Sauf que je n'avais aucune envie d'écouter du rap français et de m'habiller chez Jennyfer. Ca n'a pas aidé mon intégration sociale mais ça m'a permis de réaliser qu'on n'est pas obligé de faire comme les autres juste pour être comme tout le monde et que la norme, c'est chiant (bon ok, j'ai mis un certain temps à réaliser ça et à assumer.) 

    Mais je dois aussi te remercier de m'avoir fait découvrir le rock. J'ai écouté Bowie à cause de votre reprise de The man who sold the world. Sans toi je ne serais peut-etre pas allée à mon premier festival de rock quelques années plus tard, je n'y aurais pas rencontré Mr Chinchilla et je n'aurais pas une mini-Chinchilla à habiller en t-shirt Nirvana taille 2 ans. Parce qu'il faut que je te dise Kurt, tu es devenu mainstream. Aujourd'hui, on trouve des t-shirts Nirvana chez H&M et Pimkie, ce qui arrange pas mal mes affaires parce que c'est vachement moins cher et mieux taillé que les trucs pour headbanger chevelu de 2m au garrot que même le S est trois fois trop grand. Et les gamins d'aujourd'hui écoutent toujourts ta musique, et les groupes de rocks te citent souvent comme référence. Ta femme et ta fille sont sur Twitter. Finalement ça n'est pas plus mal que tu échappes à ça.

    Je ne sais pas où tu es, un tas de cendre quelque part, dans le carré VIP "club des 27" du paradis des rockers, vivant une vie anonyme après avoir simulé ta propre mort, sur une île déserte avec Elvis et Marilyn (qui doivent être séniles et incontinents depuis le temps, mais bon.) Perso je ne crois pas à la vie après la mort, quand on est mort on est mort, point barre. La seule forme de "vie" après la mort à laquelle je crois, c'est qu'on continue à "exister" dans l'esprit des gens tant qu'ils se souviennent de vous et dans ton cas, je crois que tu es tranquille pour un paquet d'années.

  • Le largage amical

    Je ne parle pas des sagouins qui te larguent en terminant pas un lapidaire "on reste amis". Non, je parle du fait de se faire larguer par un/e ami/e. Quand tu te fais larguer par ton mec/ta copine, à moins de tomber sur une raclure qui se dit qu'il/elle va se contenter de ne plus donner de nouvelles et que tu vas finir par comprendre, quand tu te fais larguer, tu le sais, ça fait mal, et c'est donc socialement accepter de faire la loque humaine le temps que ça aille mieux. 

    Quand tu te fais larguer par un/e ami/e c'est bien plus insidieux. D'abord, pas de rupture "officielle", de "je te quitte", "tout est fini entre nous". C'est bien plus pervers, à un moment, tu te rends compte qu'on te donne moins de nouvelles, qu'on met des plombes à répondre à tes messages, qu'il y a des silences inconfortables, moins d'occasions de se voir. Mais le temps que tu réalises, les choses sont déjà bien avancées et vous n'êtes plus proches, juste de vagues connaissances. Et c'est là que ça fait mal, parce qu'au final, tu ne sais pas ce qui s'est passé, tu te demandes ce que tu as bien pu faire. Il y a des gens dont j'ai été très proche quad j'étais plus jeune et nous nous sommes éloignés, que ce soit parce qu'on a évolué différemment ou pour des raisons plus géographiques. Mais c'est bien différent de ces relations que tu as bâties une fois adulte et que tu pensais solides. Et comme il n'y a pas eu de rupture officielle, tu ne sais pas trop comment réagir. Officiellement, vous êtes encore amis, il n'y a pas eu de dispute, de coup de pute, de raison de ne plus s'adresser la parole et la personne en face fait comme si tout était normal. Et c'est là que les moyens de communications modernes te pourrissent un peu plus la vie. Quand comme moi tu as pas mal bougé depuis que tu as quitté le nid familiale, tes amis n'habitent pas forcément à deux rues de chez toi, et le prix du train ou de l'essence (quand ce n'est pas l'avion) étant ce qu'ils sont, vous gardez le contact pas internet. Et là, Facebook a un outil bien pervers pour te déprimer un peu plus quand tu repenses à ce que cette amitié était. Vas sur la page de la personne, clique sur le bouton "friends" et sur "see friendship" dans le menu déroulant. Tu peux alors voir tous les échanges entre cette personne et toi. Donc tu te rends compte qu'il y a encore deux ans, vous remplissiez vos murs respectifs de liens qui pourraient intéresser l'autre personne, de private jokes à tout va et autres petits mots d'encouragement. Et puis récemment, un petit  joyeux anniversaire, même pas très personnalisé ni très drôle, juste pour être poli quoi. Et je parle même pas des mails quasi-quotidiens ou des factures détaillées de portable qui affichent plusieurs centaines de SMS, toujours aux mêmes numéros.

    Et rien que ça, ça fout un cafard pas possible. Qu'est-ce qui s'est passé ? Qu'est-ce que j'ai fait ? Pourquoi cette personne s'en bat manifestement l'oeil avec une patte de mouche morte et m'a éjectée de sa vie comme si de rien était sans prendre la peine de m'expliquer pourquoi ? 

    Voilà, ce post ne sert absolument à rien si ce n'est à mettre des mots sur une grosse déception amicale qui me ronge depuis un moment et à laquelle je repense assez régulièrement. Alors oui, il n'y a pas mort d'homme, j'ai d'autres amis et une famille sur lesquelles je peux compter, mais il n'empêche que ça fait mal et que c'est d'autant plus dur à surmonter qu'on est dans un flou relationnel là où ça serait sûrement plus simple de se faire jeter et de tourner la page pour de bon.

    La chose à faire serait peut-être d'en parler ouvertement, mais ça ferait de moi la personne qui met officiellement fin à notre amitié et je n'arrive pas à m'y résoudre (qui a dit maso ?) Peut-être que j'ai aussi peur d'entendre les raisons qui font que je me suis faite jeter. Je n'en sais rien en fait, peut-être que j'espère encore que les choses vont s'arranger ou alors que l'autre personne finisse par me dire clairement qu'elle n'a plus envie d'être mon ami/e. 

    Voilà, c'était la minute thérapie de comptoir, bientôt, le retour de vos programmes ;)

  • Live from Belgium

    Désolé pour le silence radio sur ce blog, j'étais fort occupée ces derniers temps. 

    C'est que déménager d'un petit appart parisien à une maison, à l'étrangé, avec une mini-Chinchilla qui demande quand même pas mal d'attention, ça ne s'improvise pas. Nous voilà enfin à peu près posé, avec de nouveaux meubles (dont deux nouvelles bibliothèques pour mes livres *__*) et nos cartons presque tous défaits. On a un super jardin avec terrasse, une chambre d'ami ET un bureau et je viens de découvrir qu'il y a les chaînes de la BBC sur la box télé, que demander de plus !

    Mais ne vous en faites pas, maintenant que je suis installée, je vais me remettre à bloguer ! En plus, lors d'un passage éclair dans l'Est pour cause d'Eurockéennes, j'ai (encore) craqué à la librairie de la ville donc j'ai un bon stock de livres sous la main.

    J'avais d'ailleurs un livre de Lovecraft lu il y a quelques temps déjà mais dont je voulais parler pour le challenge geek, un livre de Barbara Pym débuté pour le mois anglais mais qui a fini dans un carton plus tôt que prévu et que je viens juste de retrouver et comme je suis dans mon trip Russie depuis cet hiver, je suis en pleine lecture de Crime et Châtiment.

    Je vous dis donc à très vite :)

  • Mes voisins sont des cons

    et pas juste parce qu'ils ne sont pas foutus de trier leurs déchets correctement.

     

    J'ai la "chance" d'habiter le même quartier que vous savez qui, la cheftaine des homophobes que je ne nommerai pas car je trouve que son quart d'heure de célébrité a déjà bien trop duré. J'habite un immeuble où vivent aussi des gens bien pensant qui vont à la messe le dimanche avec leur ribambelle de mioches. Jusqu'ici, je me contentais de leur désapprobation devant les deux noms de famille sur ma boîte à lettres et leurs regards qui cherchent désespérément une alliance à mon doigt quand ils me voient avec ma fille. 

    Mais ces derniers temps, j'ai vu des drapeaux bleus, blancs et rose fleurir sur les balcons de mon immeuble et ça me donne envie de vomir. Je suis allée voir la concierge en lui disant que c'est interdit par le règlement mais les drapeaux sont toujours là donc j'ai préparé une lettre pour le syndic.

    En fait, ces drapeaux, ça me fait surtout de la peine (et ça me fout accessoirement la honte quand j'invite des amis, a fortiori des amis gays). Ces gens charmants qui me disent bonjour dans l'ascenseur sont prêts à trimballer leurs enfants dans des manifs pour refuser que d'autres personnes bénéficient du même droit qu'eux. Parce que ce qui me sidère le plus dans toute cette histoire, c'est qu'au final, cette loi n'affectera pas leur vie à eux. Elle ne leur enlève rien. Donc je me demande vraiment pourquoi ils manifestent. Nan, sérieux, qu'est-ce que ça peut bien leur faire ?

    Et là vous allez me dire, "t'es pas homo, t'es même pas mariée, en quoi ça te concerne ?" Alors, par où commencer ?

    hétéro solidaire.jpg

    - Parce qu'en tant que citoyenne de ce pays je trouve normal que les homos aussi aient le droit de se marier.

    - Parce que ça ne changera pas ma vie mais celle de plein d'autres gens, en bien.

    - Parce qu'au delà du droit de se marier, c'est bien à la banalisation de propos homophobes qu'on assiste ces derniers temps et c'est trop grave pour ne rien faire.

    - Parce que je suis féministe et admettre l'idée que deux personnes du même sexe puissent former un couple voire une famille, ça remet en cause les stéréotypes sur les hommes, ces queutards incapables de laver leurs chaussettes même si leur vie en dépendait, et les femmes, ces petits êtres fragiles et soumis qui ne peuvent s'épanouir que dans la maternité. Dans ta face, le patriarcat.

    - Parce qu'on est au XXIe siècle bordel !!!

    - Parce que j'ai envie de boire et manger à l'oeil au mariage de mes copains pédé.

    - Parce que si mini Chinchilla préfère les filles je veux qu'elle puisse vivre sa vie comme elle l'entend.

    - Parce que c'était dans le programme de Hollande et qu'il ne va clairement pas tenir toutes ses promesses alors soyez sympas et laissez-lui au moins tenir celle-là, quoi.

    - Parce que comme une conne, je pensais qu'on était dans un pays laïc où l'Eglise ne se mêle pas de politique. Au passage, scoop, il y a aussi des catholiques pratiquants pour le mariage gay et ils en ont un peu plein de cul des fous qui prient dans la rue et parlent soi-disant en leur nom.

    - Parce qu'une famille, c'est un concept CULTUREL, et que un papa, une maman et les nenfants c'est juste le modèle de famille bourgeoise du XIXe siècle, pas une "loi naturelle". Et sinon, je vous rappelle que Superman est adopté, que Spiderman a grandi avec son oncle et sa tante, que Batman a été élevé par un homme seul et que Wonderwoman vient d'une île peuplée de femmes.

    - Parce que la mère de ma meilleure amie est lesbienne et qu'elle a élevé la personne la plus formidable que je connaisse.

    - Parce que les manifs des "pro" sont vachement plus fun que celles des "anti". D'ailleurs je précise qu'aujourd'hui je n'étais pas place de La Bastille parce que moi, je n'emmène pas ma fille à une manif.

    - Parce que Rigide Cageot a organisé sa p*tain de manif à côté de chez moi LE JOUR DE MON ANNIVERSAIRE 

    - Parce qu'il y a DEJA des enfants élevés par des homos donc si on veut le bien de ces enfants, autant que leurs deux parents soient reconnus comme tels officiellement tant qu'à faire.

    - Parce que si je me souviens bien de mes cours de cathé, Dieu est amour et Son truc c'est d'aimer son prochain, pas de le tabasser parce qu'il est gay. Petite digression à ce sujet sur le sens du mot sodomie, parce qu'à écouter les manifestants, Dieu Il aime pas les pédés, la preuve, Il a détruit Sodome et Gomorrhe. Mes canards, non seulement le péché des habitants de ces deux villes n'était pas de faire le sexe entre messieurs, mais en plus pendant très longtemps le terme a désigné bien plus qu'un rapport annal. Pour faire simple, ça recouvrait toute forme de sexe qui n'était pas une relation entre époux dans le but de procréer. L'adultère ? Sodomie ! Le sexe oral ? Sodomie ! Deux hommes ensemble ? Sodomie ! Deux femmes aussi d'ailleurs. Tu te tripotes dans ton coin, coquinou ? Sodomie ! Monsieur et Madame mais Madame est dessus ? Mais c'est qu'elle risquerait d'aimer ça, sodomie !!! Et là, j'ose à peine imaginer les requêtes tordues qui vont amener des visiteurs sur mon blog, mais bon, c'est pour la bonne cause :)

    cons.jpg

    Après cette mise au point étymologique, je vais bientôt vous laisser tranquilles, promis, je veux juste ajouter trois choses.

    D'abord, ce qui dérange le plus les opposants au mariage gay, c'est de se dire que les homos sont des gens normaux. Ils ont cette vision de l'homosexuel "littéraire", Oscar Wilde, Marcel Proust, une personne un peu borderline, qui vit au ban de la société, qu'on tolère tant qu'elle se contente de la place qu'on daigne lui donner et qu'on peut facilement identifier et montrer du doigt en disant aux enfants que c'est sale. Ce qui les dérange au fond, c'est de voir que les homo ne sont pas tous des grandes folles qui habitent dans ce lieu de perdition qu'est Le Marais, ce sont en fait des gens comme tout le monde, ils ne vivent pas tous à Paris, ils exercent les même métiers que vous et moi, leur corps n'est pas recouvert d'écailles, ils n'essaient pas de vous "recruter", comble du comble, certains ont l'outrecuidance d'avoir les mêmes aspirations qu'eux : se marier et fonder une famille.

    Ensuite, ce qu'il faut bien dire, c'est que l'immense majorité des manifestants sont de droite, voire trèèès à droite, et, avouons-le, ça les fait vraiment ch*er que la gauche soit au pouvoir. Du coup, l'opposition au mariage gay cristallise un peu toutes leurs revendications et leur opposition à la gauche. Dommage que leur mécontentement pourrisse la vie d'autres personnes qui ne leur ont rien demandé. D'ailleurs, ça doit leur faire tout bizarre de se retrouver de l'autre côté des lacrymo (hein Christine), ils s'emballent tellement qu'ils commencent à se comparer à 1789 ou à mai 68. Je sais que ceci n'est pas un skyblog mais là je crois qu'un méga lol s'impose.

    Enfin, je vous annonce que cet été, je me casse (pas à cause des voisins relou, hein), je vais vivre en Belgique (pas pour échapper au fisc, je suis bien trop pauvre pour ça mes enfants). Un pays qui, je le rappelle, a légalisé le mariage pour les couples de même sexe et devinez quoi ? Le pays ne s'est pas effondré. A bon entendeur ;)

     

  • Growing up is over-rated

    Bon, j'ai encore lâché ce blog pendant un mois. Faudrait pas que ça devienne une habitude.

    En fait, j'ai lu un livre trop bien, Le roman du mariage de Jeffrey Eugenides, et depuis, je n'arrive plus à lire autre chose ni à écrire. Du coup, chaque tentative de bloguer s'est terminée en glandouillage en règle sur le ouèb.

    J'ai donc réactivé mon compte Twitter, remis les pieds sur Tumblr après des mois, créé une page Facebook pour mon blog et regardé la suite de The Lizzie Bennet Diaries car je m'étais arrêtée à l'épisode 20.

    Ca c'est pour le constructif, pour le reste, j'ai surtout regardé des vidéos sur Youtube en mangeant des M&M's au beurre de cacahuète, lu des blogs féministes et écouté de la musique que j'écoutais quand j'étais ado. Et comme je n'écoutais pas des trucs très jouasses, j'ai eu un petit passage à vide où je ne faisais rien d'utile de mes journées en écoutant les Smiths ou Jeff Buckley. 

    En y repensant, je crois que c'est parce que ce livre, c'est avant un livre sur le passage à l'âge adulte et que je ne sais pas trop où j'en suis à ce sujet. Certes, j'ai passé le bac il y a déjà 10 ans, j'ai un travail, je paie des impôts, je suis même un maman, mais je n'arrive toujours pas à me considérer comme une adulte. Je ne sais pas ce que ça veut dire, ce que c'est censé changer, si ça se fait naturellement, si on peut faire sans. C'est grave docteur ? En fait, j'ai décidé que sans virer Peter Pan, je m'en fous, tout simplement. Si je peux être une mère responsable tout en gardant un côté ado attardée, pourquoi changer ?

    Mais bon, j'ai repris le dessus, de tout façon je suis bien obligée, il faut que j'organise le baptême républicain de Mini Chinchilla donc j'ai commandé des cupcakes et des M&M's personnalisés. Ben quoi, on n'allait pas faire une pièce montée et des dragées dégueu, c'est pas le genre de la maison.

    On va aussi commencer à plannifier notre déménagement car cet été, on se casse de Paris o/ et accessoirement de notre immeuble où les balcons arborent des drapeaux de la Manif pour tous et donc où je deviens parano quand je croise mes voisins et je ne sais plus si j'ai envie de leur dire bonjour ou de partir en courant. Une chose est sûre, je ne vais pas me gêner pour écrire au syndic et afficher dans le hall le texte de la loi une fois qu'elle sera officiellement votée.

    J'ai aussi profité d'un passage dans l'Est pour voir mes coupines et pouvoir parler de trucs vraiments importants, comme le sens de la vie le fait que la saison 4 de Misifits elle est pas glop du tout ou se demander ce que Moffat allait encore nous faire avec la nouvelle compagne du Docteur et pourquoi il ne pouvait pas chosir une fille normale (ou un mec ou une mamie d'ailleurs).

    Mais bon, haut les coeurs, Game of Thrones est de retour ! Même qu'il y Thomas Brodie-Sangster, qui a toujours la tête de choupinou de 10 ans qu'il avait dans Love Actually, ce qui est assez dérangeant et Iwan Rheon (que j'aime beaucoup mais plutôt quand il chante en fait) mais surtout, SURTOUT, il y a des dragons *__*

    Et comme en plus il fait enfin beau, il est temps de ranger la déprime au placard avec les pulls qui grattent et promis je me motive à écrire un billet sur le fameux Roman du mariage et je me remets à lire. Faut dire que j'ai un challenge geek sur le feu et que comme si ça ne suffisait pas, je me suis inscrite au mois anglais ici.